•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arslanbek Makhmudov dans le brouillard en attente de son prochain combat

Un boxeur en point de presse

Arslanbek Makhmudov

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Jean-François Chabot

Depuis l’annulation en catimini du combat qu’il devait livrer à Dallas le 20 mars, le poids lourd Arslanbek Makhmudov (11-0, 11 K.-O.) nage dans l’incertitude, ne sachant pas quand ni contre qui il remontera sur un ring.

Joint par Radio-Canada Sports, son promoteur, Camille Estephan, est le premier à reconnaître que la situation n’est pas optimale pour son protégé en mal d’un adversaire susceptible de lui permettre de grimper dans l’échelle mondiale de sa catégorie.

Ça n’a pas fonctionné le 20 mars. On espère maintenant qu’il pourra se battre le 24 avril, où il pourrait faire les frais de la demi-finale d’une carte mettant en vedette le poids moyen mexicain Jaime Munguia (36-0, 29 K.-O.), a d’abord indiqué Estephan.

En prévision du 20 mars dernier, à Dallas, le promoteur a rappelé qu’il avait initialement passé un accord avec le gérant d’un premier boxeur, lequel a ensuite décliné l’offre d’affronter Makhmudov en refusant de signer le contrat.

Un deuxième adversaire a été approché, mais aux dires d’Estephan, ce dernier a prétexté une contamination à la COVID-19 pour se désister. C’est comme ça que Makhmudov s’est retrouvé le bec à l’eau.

Puisque son entraîneur Marc Ramsay était déjà retenu à Moscou pour encadrer le duel qu’Artur Beterbiev livrait le même soir face à Adam Deines, le report de son combat permettra éventuellement au géant d’avoir Ramsay dans son coin.

Que des doutes...

Un adversaire potentiel a déjà été sélectionné pour Makhmudov, mais le patron d’Eye of the Tiger Management (EOOTM) n’est pas en mesure de divulguer son identité à ce moment-ci. Camille Estephan ignore même à quel endroit l’affrontement pourrait avoir lieu.

Présentement, on attend après le diffuseur DAZN, qui discute avec le promoteur américain Golden Boy Promotions pour obtenir l’assurance d’une date pour la tenue du gala, a révélé Estephan.

En fait, dans un gazouillis publié il y a deux jours, le président de Golden Boy, Oscar de la Hoya, écrivait lui aussi qu’il était en attente d’une confirmation de la part de DAZN concernant son poulain Jaime Munguia.

Les relations entre EOTTM et Golden Boy ont déjà connu des jours meilleurs. Ainsi, à la suite d’une entente à l’amiable avec de la Hoya, Camille Estephan a incité quatre de ses boxeurs à mettre un terme à leur association avec le promoteur américain. Il s’agit en l’occurrence de David Lemieux, de Steven Butler, d'Erik Bazinyan et de Junior Ulysse.

On a fait de très bonnes affaires avec eux. Ç’a été très bon pour eux, pour nous et spécialement pour les athlètes. Ça ne veut pas dire que la relation avec Golden Boy est entachée ou qu’elle n’est pas bonne. C’est juste qu’on voulait avoir la liberté de faire des affaires avec le diffuseur de notre choix.

Une citation de :Camille Estephan, président d'Eye of the Tiger Management

Makhmudov est à présent le seul pugiliste ayant toujours un lien contractuel à la fois avec EOTTM et Golden Boy. Camille Estephan n’a pas voulu dire pour combien de temps encore ce double lien allait demeurer en vigueur. Il s’est contenté de dire qu’il s’agissait d’un pacte à long terme et qu’il comptait le respecter.

Estephan admet que Makhmudov trépigne d'impatience. Mais à un mois jour pour jour de la nouvelle date envisagée pour sa prochaine sortie, il est clair qu’il devient urgent que le boxeur comme son promoteur sachent sur quel pied danser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !