•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurence Vincent Lapointe attend et espère

Elle pagaie.

Laurence Vincent Lapointe

Photo : Canoë-Kayak Canada

La Presse canadienne

Pour sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo, il ne reste plus que l'espoir pour Laurence Vincent Lapointe. La Québécoise ignore toutefois pendant combien de temps elle devra espérer ce dénouement positif.

La canoéiste de la Mauricie a raté ce week-end sa qualification en C-1 200 m aux essais nationaux, où elle a été battue deux fois par sa partenaire en C-2 500 m, l'Ontarienne Katie Vincent. Son seul espoir de se qualifier réside dans les démarches entreprises par Canoë Kayak Canada (CKC) afin d'obtenir une place en C-2 aux Jeux olympiques.

À ma connaissance, la qualification du C-2 devait se faire aux Championnats panaméricains, qui devaient avoir lieu au début d'avril, mais qui ont été annulés en raison de la COVID, a-t-elle confié en visioconférence mercredi

Cette option n'est pas garantie, car le Canada n'a pas officiellement qualifié un équipage pour cette épreuve. La deuxième finale des essais, prévue dimanche dernier, n'a pas été disputée en raison du protocole sanitaire enclenché par la poussée de fièvre qu'a vécue la Québécoise.

Si le Canada obtient son quota et que Katie Vincent peut pagayer en C-2 à Tokyo, sa partenaire obtiendra de facto une place en C-1. Mais CKC a promis dimanche que la finale serait disputée plus tard, ce qui signifie qu'un autre duo pourrait se qualifier pour le C-2.

Je ne sais pas quand on va compléter ou reprendre la deuxième course de C-2, a déclaré Laurence Vincent Lapointe. Je suis impatiente d'avoir des nouvelles. Tout ce que je peux faire, c'est de continuer à m'entraîner et me préparer pour d'éventuelles courses.

Je n'ai aucune idée (des critères qui seront retenus par la Fédération internationale pour répondre favorablement ou non à la demande du Canada). La requête a été faite sur la base de circonstances particulières : je n'ai pas pu courir le C-2 quand j'ai été suspendue (pour dopage), même si j'ai été blanchie. Ce n'est donc pas un cas de dopage qui nous a empêchées de courir. Le fait de ne pas avoir pu courir en raison de la COVID va peut-être aussi peser dans la balance, a-t-elle ajouté.

Laurence Vincent Lapointe revient sur les essais olympiques canadiens

Selon les résultats de la première finale, il appert que le tandem formé de Katie Vincent et de Laurence Vincent Lapointe est une coche au-dessus du lot. Mais il ne faut pas conclure au résultat d'une course avant qu'elle ait lieu.

En attendant, Laurence Vincent Lapointe profite d'une semaine de congé avant de retourner vers Burnaby, en Colombie-Britannique, où elle reprendra l'entraînement avec ses coéquipières de l'équipe nationale.

L'athlète ne sait pas plus quand aura lieu sa prochaine compétition. Les Coupes du monde programmées à la mi-mai ne sont toujours pas confirmées.

Tout le monde le sait : les deux dernières années ont été très difficiles. J'allais très bien en 2019 avant d'être suspendue. Ç'a été très difficile. Pendant six mois, j'ai été complètement laissée à moi-même, ne pouvant même pas parler à mon entraîneur ou mes coéquipiers, a-t-elle rappelé.

De façon assez surprenante, ça n'a pas trop affecté mes performances jusqu'ici. Mais à bientôt 29 ans, les six mois de suspension ont quand même laissé des traces. Je pense tout de même être en mesure de bien me préparer et être au sommet de ma forme cet été. Mais ç'a été difficile, surtout mentalement, a-t-elle reconnu.

Laurence Vincent Lapointe parle de ses chances de se qualifier pour les JO de Tokyo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !