•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Natation Artistique Canada s'excuse de ne pas avoir fait assez d'efforts

L'équipe nationale de Natation Artistique Canada aux championnats du monde de 2017

L'équipe nationale de Natation Artistique Canada

Photo : Getty Images / Al Bello

Radio-Canada

Visée par un recours collectif par cinq anciennes nageuses qui disent avoir été victimes d’abus psychologique, de négligence et de harcèlement sexuel et racial, Natation Artistique Canada (NAC) s'excuse de ne pas avoir été en mesure de permettre aux athlètes de pratiquer leur sport dans un milieu sain.

Par la voie d'un communiqué intitulé Nous devons faire mieux, la directrice générale de l'organisme, Jackie Buckingham, a fait cette déclaration en début de soirée dimanche.

Il y a des problèmes dans notre sport et de nombreuses mesures ont été prises depuis plusieurs années pour remédier à ceux qui nous ont été signalés. Suite aux témoignages reçus récemment, nous comprenons que ce n’était pas suffisant et nous nous en excusons sincèrement.

Mme Buckingham promet du même souffle que NAC prendra le taureau par les cornes et invite ses organisations provinciales ainsi que ses athlètes actifs et retraités à se joindre à ses efforts.

Nous nous engageons à nous améliorer afin de regagner la confiance de notre communauté et pour inspirer une nouvelle génération d’athlètes. D’ici les cinq prochains jours, nous fournirons plus d’informations sur les actions concrètes ainsi que sur un plan de sport sécuritaire révisé pour l’avenir.

Des « coquilles vides »

De passage à l'émission Tout le monde en parle, dimanche soir, la championne olympique Sylvie Fréchette a encore déploré la réaction de NAC à la vague de dénonciations qui secoue l'organisme.

La médaillée d'or des Jeux de 1992 a souligné que des leaders de NAC demeurent en poste même s'ils ont eu comme collègues trois entraîneurs visés par les allégations.

Ce qui m’enrage, c’est de voir le manque d’action de la fédération nationale, a expliqué Mme Fréchette. Ça fait 12 ans. Ça fait 12 ans qu’on en parle. Et encore là, les communiqués de presse qui sortent, ce sont des coquilles vides où on n’assume aucune responsabilité. C’est ça qui m’enrage.

Elle aussi invitée sur le plateau, Gabrielle Boisvert, qui fait partie des cinq nageuses à l'origine du recours, a soutenu que la précédente réponse de NAC, rendue publique le 9 mars, était un copier-coller d'une réponse qu'elle avait déjà reçue. Elle souhaite voir l'organisme prendre des mesures concrètes pour que le milieu change.

Nous, ce qu’on veut, ce n’est pas de l’argent. On veut un changement, a-t-elle indiqué. Dans un recours collectif, pour mettre du poids, il faut mettre de l’argent, mais au bout du compte, ce n’est pas ça la finalité. La finalité, c’est que la culture change, qu’il n’y ait pas d’autre fille qui vive le cauchemar que j’ai vécu. Je ne le souhaite à personne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !