•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reprise graduelle du sport au Québec

Elle est au micro avec des drapeaux du Québec derrière elle.

Isabelle Charest, la ministre québécoise responsable des Sports et des Loisirs

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C’est un retour progressif du sport encadré qui se prépare au Québec. À compter du 26 mars, les règles entourant la pratique sportive seront assouplies, même en zone rouge. C’est ce qu’ont annoncé vendredi la ministre responsable des Sports et des Loisirs, Isabelle Charest, et le Dr Richard Massé, conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique.

Toutes les infrastructures sportives intérieures pourront rouvrir en zone rouge, dont les gymnases, pour les entraînements en solo, en duo ou entre occupants d’une même résidence. En zone orange, les groupes de huit personnes pourront désormais fréquenter ces installations pour des cours ou des activités encadrées, dans le respect des mesures sanitaires habituelles.

Une personne responsable du respect des mesures sanitaires devra surveiller toute activité de groupe à l’intérieur. Les vestiaires seront cependant fermés, sauf dans le cadre des activités aquatiques.

En ce qui a trait aux activités extérieures, la limite de huit personnes de différentes résidences demeure en zone rouge. En zone orange, elle passe à 12 personnes.

Pour nous, c’était important que chacun puisse adapter sa pratique en fonction de sa discipline, mais de ne pas ouvrir les disciplines une à une et de limiter une discipline qui pourrait tout à fait s’adapter, a expliqué Mme Charest en conférence de presse. La nouvelle d’aujourd’hui, c’est facile d’application parce que ça concerne tout le monde, toutes les installations, avec un degré variable selon la zone où les participants se trouvent.

Comme l’avait annoncé Québec la semaine dernière, les activités parascolaires en classe-bulle pourront reprendre partout au Québec dès le 15 mars. Les sorties scolaires s’ajouteront aux activités permises en zone orange, où les élèves de classes-bulles différentes, mais d’une même école, pourront participer à des activités dans le respect des mesures sanitaires et des limites du nombre de participants.

Il n’est donc pas question pour l’instant de matchs ou de compétitions, mais bien d’activités encadrées et d’entraînements, le tout sans contact. Québec prévoit recevoir quelque sept millions de doses de vaccin contre la COVID-19 d'ici juin, a indiqué le Dr Massé, ce qui rapprocherait les sportifs des situations de match.

On est satisfaits des protocoles mis en place par les différentes fédérations, et on a vu que l’été dernier, ça s’est bien passé, a ajouté la ministre. J’ai confiance que dans les prochains mois, ça va très bien évoluer. La notion de vaccination va être élargie et fera en sorte que la clientèle vulnérable sera protégée et qu’ultimement, pas mal tout le monde sera protégé. Je pense qu’il va y avoir des matchs quand même relativement bientôt.

Une piscine intérieure.

Si la ministre Charest n'a pas voulu s'avancer quant à un possible échéancier du retour à la compétition, elle a invité les athlètes déçus de ne pas pouvoir jouer de match à voir leur sport et leur entraînement différemment. Elle a notamment cité le patineur de vitesse Laurent Dubreuil, récemment couronné champion du monde au 500 m sans avoir pu suivre son programme d'entraînement et de compétition habituel.

Dans un entraînement de hockey, on joue au hockey. Ce n’est pas un match, mais les aptitudes qu’on développe sont un atout pour l’athlète, a soutenu Mme Charest. On devrait se concentrer là-dessus, sur le fait que les enfants peuvent être sur la glace, sur le terrain, ensemble.

La présence de spectateurs demeure par ailleurs interdite pour toute activité, même à l’extérieur. Un accompagnateur est cependant autorisé pour une personne vivant avec un handicap ou un enfant de moins de 10 ans.

On a eu [des spectateurs avec masque et distanciation] à l’automne jusqu’à ce que ça pose différents enjeux, a souligné le Dr Massé. Je crois qu’on va y revenir. On n’est pas prêt nécessairement maintenant, alors c’est sans spectateurs. Mais je suis convaincu que ça reviendra dans des phases ultérieures.

Les équipes sportives de niveau collégial et universitaire pourront par ailleurs reprendre leurs activités, pourvu qu’elles respectent les directives en vigueur selon le palier d’alerte où elles sont situées.

Les plus récents allègements des restrictions dans la pratique sportive étaient survenus le 26 février, lorsque la santé publique a permis la réouverture des piscines et des arénas en zone rouge pour l’entraînement individuel, en duo ou à l’intérieur d’une bulle familiale. Cette permission était déjà accordée en zone orange, où certaines autres infrastructures sportives comme les gymnases sont également ouvertes sous certaines conditions.

Optimisme prudent à SportsQuébec et au RSEQ

Depuis des mois, les intervenants du milieu sportif disaient qu’ils voulaient faire partie de la solution. Julie Gosselin, présidente de SportsQuébec, affirme se sentir finalement entendue à cet égard après cette annonce.

On a vu en conférence de presse un grand témoignage de confiance de la santé publique envers le sport fédéré, le sport encadré, pour cette pratique sécuritaire qu’on connaît, a indiqué Mme Gosselin en vidéoconférence. Le sport vient avec des règles. On est habitué. Et on a la confiance de la santé publique pour le faire.

La présidente de SportsQuébec dit comprendre les soucis des adeptes de sports d’hiver, notamment, qui auraient voulu que ces allègements surviennent plus tôt.

On aurait pu le faire plus rapidement, on aurait été prêt à ouvrir demain matin, a reconnu Mme Gosselin. Mais, au moins, le plan est plus large que par le passé. Dans les discussions qu’on a avec tous les partenaires, on sent qu’il y a des réflexions, la flexibilité de dire que se dire que, si on a plus de régions en zone orange, ça se fait. Si on peut glisser en zone jaune, peut-être que d’autres choses seront faites.

On sent cette volonté de se donner des suivis réguliers pour savoir si on peut continuer progressivement, à une bonne cadence, de relancer le sport.

Une citation de :Julie Gosselin, présidente, SportsQuébec
Julie Gosselin

Les réactions de Julie Gosselin

Photo : SportsQuébec

Du côté du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), on se dit particulièrement satisfait que la pratique du sport retrouve une certaine cohérence, dans la mesure où les règles s’appliquent désormais à l’entraînement encadré pour tous.

On parle d’un retour du parascolaire, des activités dans la journée et aussi des équipes sportives qui peuvent reprendre l’entraînement, a précisé le président-directeur général, Gustave Roel. On est conscient que le souhait de la plupart des participants, c’est de recommencer les matchs dès que possible. Il y a quand même des étapes à franchir, et l’étape d’aujourd’hui est importante : ça fait plus d’un an que les jeunes ne peuvent pas être en mouvement.

Il y a une incohérence qui vient d’être réglée à l’effet qu’à l’école, rien n’était possible. Aujourd’hui, c’est possible.

Une citation de :Gustave Roel, président-directeur général, RSEQ

Le PDG du RSEQ admet cependant que les bonnes nouvelles se situent surtout dans les zones orange. Il a néanmoins bon espoir de voir des zones rouges basculer vers l’orange.

L’objectif est simple : la contamination doit diminuer, a souligné M. Roel. Je vous rappelle que dans le sport, il y a eu seulement 44 cas d’éclosion depuis un an, et majoritairement dans des ligues de garage. Ce n’est pas la majorité de la clientèle qui était responsable, donc on compte beaucoup sur cet élément pour influer sur la prise de décision.

Manon Simard, directrice du sport d'excellence des Carabins de l'Université de Montréal, essaie justement de trouver un peu d'espoir dans la situation de ses collègues en zones orange. Mais après des mois à l'écart, ses athlètes pourront enfin reprendre l'entraînement.

De retourner dans la salle d’entraînement, même si c’est dans un format plus individuel, ça permet à nos étudiants-athlètes de reprendre progressivement parce que plusieurs mois en arrêt comme ça, c’est tellement difficile pour eux, a indiqué Mme Simard. Le gymnase va rouvrir, le badminton va pouvoir reprendre en respectant les règles de distanciation. À la piscine, ils peuvent s’entraîner individuellement, mais je pense que de se remettre à bouger, d’avoir ces accès-là, c’est un départ.

L'engagement des parents

Au soccer, l'été dernier, des matchs ont pu être organisés dès juillet lorsqu'on a déconfiné le sport. Le directeur du développement à Soccer Québec, Mike Vitulano, reconnaît donc qu'il était naturel d'en souhaiter davantage, vendredi matin, que la simple reprise de l'entraînement.

Avec un peu de recul, M. Vitulano affirme néanmoins que c'était la décision à prendre, même si les protocoles mis au point la saison dernière peuvent être adaptés à une reprise complète assez rapidement. Déjà, les clubs acceptent des inscriptions pour la saison estivale.

On est chanceux d’avoir un conseil médical à Soccer Québec qui comprend des experts et des spécialistes du monde médical et sportif, a-t-il précisé. Ça nous donne une ligne directrice dans tout ce qu’on essaie de créer : les protocoles de reprise des activités, le concept du superviseur Horacio [qui veillait au respect des règles sanitaires], qui nous a aidés à travers tout ça, parce que les parents se sentaient engagés dans le processus pour créer ces environnements sécuritaires.

Comme dans un jeu vidéo, tu ne peux pas sauter d’étape, tu y vas un tableau à la fois. Quand tu prouves que tu as tout ce qu’il faut pour réussir, tu passes à la prochaine étape. C’est un peu le test que la santé publique nous envoie aujourd’hui.

Une citation de :Mike Vitulano, directeur du développement, Soccer Québec

Les réactions de Mike Vitulano

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !