•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que restera-t-il de la saison laboratoire de la LNH?

En rond, les joueurs des Hurricanes saluent la petite foule après un match.

Les Hurricanes font partie des 10 clubs qui laissent des partisans assister aux parties.

Photo : usa today sports / James Guillory

Il y a un an, le 12 mars 2020, le commissaire Gary Bettman annonçait la suspension des activités dans la Ligue nationale de hockey.

C'était l'unique conclusion à laquelle il pouvait en arriver, après avoir pris connaissance de la situation dans la NBA. Un joueur avait reçu un test positif, quelques minutes avant le début d'un match devant être disputé devant des gradins pleins à craquer.

Nous ne voulions pas nous retrouver dans une situation comme celle-là, a déclaré Bettman, dans un point de presse faisant le bilan des 12 derniers mois. Il était inévitable qu'un de nos joueurs allait recevoir un test positif aussi. Il fallait être proactif.

Quelques dates marquantes

Un an plus tard, la LNH et le sport professionnel commence à retrouver un semblant de normalité en Amérique du Nord. En ce moment, 10 équipes accueillent des partisans en nombre limité. Les amphithéâtres peuvent être un lieu sûr, estiment Bettman et son bras droit, Bill Daly.

On travaille en étroite collaboration avec les autorités locales pour respecter toutes les mesures, explique Bill Daly. Les masques et la distanciation offrent une certaine sécurité aux amateurs sur place.

Les joueurs saluent les rares partisans avec leur bâton au centre de la patinoire.

Les Blue Jackets autorisent l'accès à une poignée d'amateurs au Nationwide Arena.

Photo : usa today sports / Russell LaBounty

Les Coyotes, les Hurricanes, les Blue Jackets, les Stars, les Panthers, les Predators, les Devils et les Rangers autorisent un petit nombre de partisans aux parties. Les Bruins, les Sabres, les Red Wings et les Islanders prévoient emboîter le pas d'ici la fin du mois de mars.

Des leçons à tirer?

Après avoir connu le succès avec le format des bulles sécurisées à Edmonton et à Toronto, l'été dernier, Gary Bettman a planché sur une réorganisation des divisions, qui diminueraient les déplacements. Les sept clubs canadiens ont par exemple été regroupés.

Cette reconfiguration semble plaire aux Canadiens, selon un sondage de l'Institut Angus Reid. Cependant, seulement 37 % des personnes sondées souhaitent voir le format être reconduit pour la prochaine saison.

Les données que la LNH possède pointent également dans cette direction. Le circuit a mené une enquête auprès des partisans, déterminant que le deux tiers souhaitent un retour aux divisions habituelles.

Les gens aux États-Unis veulent voir Auston Matthews, Connor McDavid à l'oeuvre. Inversement, les Canadiens souhaitent voir Sidney Crosby en action.

Une citation de :Gary Bettman

Les amateurs se sont montrés ouverts, face à cette nouveauté, mais elle a été apportée dans l'urgence, pour répondre à des besoins reliés à la pandémie., ajoute-t-il.

Une autre nouveauté apportée par la force des choses est la tenue de duels organisés en rafale, à l'intérieur de la même ville, pour minimiser les déplacements. Là encore, Gary Bettman y voit certains avantages. Est-ce que ces innovations pourraient survivre à la pandémie et se pérenniser dans le temps?

On essaye de faire un peu d'introspection. Je peux envisager des saisons avec plus de matchs à l'intérieur de la même division, concède-t-il prudemment. Mais il faut aussi penser aux marchés. Qu'est-ce qui arrive si une équipe vient jouer une série de matchs dans une ville, mais que son joueur vedette est blessé, et que les partisans de ce marché perdent toute occasion de le voir à l'oeuvre?

Un héritage que la présente saison ne risque pas de léguer aux prochaines est l'accès aux vestiaires pour les médias, n'en déplaise à Drew Doughty.

Le défenseur des Kings a tout candidement avoué qu'il ne s'ennuie pas de la présence des journalistes dans les vestiaires après les matchs. Gary Bettman a tenu à rassurer les membres des médias à ce sujet : C'est une mesure temporaire. J'anticipe un retour à la normale très bientôt.

Le repêchage comme prévu

Même si elle conçoit que ses équipes font face à des difficultés considérables en ce moment, le circuit envisage tout de même de tenir le prochain repêchage à la même date programmée, en juillet 2021.

Certaines ligues juniors, comme la Ligue de l'Ontario, n'ont toujours pas repris leurs activités. Les dépisteurs sont également pris aux dépourvus pour faire leur travail, avec des restrictions liées au déplacement.

Certains dirigeants estiment que la ligue devait reporter l'encan à une date ultérieure, pour permettre aux recruteurs de bien faire leur devoir. Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, est du lot.

Nous sommes en discussion avec toutes les parties impliquées, y compris le syndicat des joueurs, pour évaluer les options. Mais, selon moi, je pense que le repêchage aura lieu comme prévu en juillet, a indiqué le commissaire adjoint Daly.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !