•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abus, négligence : Natation Artistique Canada visée par un recours collectif

L'équipe canadienne de natation artistique aux championnats du monde de 2019

L'équipe canadienne de natation artistique

Photo : Getty Images / Catherine Ivill

Diane Sauvé
Jacinthe Taillon

Cinq anciennes membres de l’équipe nationale senior de natation artistique réclament justice. Elles disent avoir été victimes d’abus psychologique, de négligence et de harcèlement sexuel et racial par les entraîneurs et le personnel de Natation Artistique Canada (NAC).

Les requérantes accusent la fédération d’avoir fermé les yeux depuis 2010. L’une d’elles, Erin Willson, affirme souffrir encore des séquelles de son passage dans l’équipe nationale neuf ans après sa retraite.

J'ai reçu un diagnostic d’anxiété, de dépression, de trouble alimentaire, de trouble du sommeil et de trouble de stress post-traumatique... Il m’arrive encore de rêver à mon entraîneuse qui me crie après.

Une citation de :Erin Willson

Dans le document déposé en Cour supérieure du Québec, les cinq requérantes font état d’un environnement dangereux sous la gouverne de Julie Sauvé (2009-2012), de Meng Chen (2012-2017), de Leslie Sproule (2017-2018) et de Gabor Szauder, en poste depuis 2018.

Julie Sauvé obsédée par le poids

Chloé Isaac et Erin Willson disent avoir été soumises aux demandes de perte de poids déraisonnables de Julie Sauvé et de sa perception tordue de la nageuse artistique parfaite. L’entraîneuse, décédée en avril 2020, était obsédée par le poids, selon elles.

Elle sourit devant les micros.

Julie Sauvé, ancienne entraîneuse-chef de l'équipe nationale de natation artistique

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Erin Willson mesure 1,73 m (5 pi 8 po) et son poids oscillait alors entre 59 et 61 kg (130 et 135 lb). Elle se souvient d’avoir été choquée par la façon dont Julie Sauvé a critiqué son corps. 

Elle m’a dit que mes seins étaient trop gros pour la natation artistique, relate-t-elle. Elle critiquait aussi mes jambes et disait que, de façon générale, j’étais tout simplement trop grosse.

Chloé Isaac, qui a souffert d’anorexie et de boulimie, était terrifiée à l’idée que tous ses efforts soient anéantis pour quelques grammes en trop sur le pèse-personne. 

Isaac et Willson ont été harcelées publiquement pour leur poids.

C’était de l’humiliation devant d’autres nageuses, des entraîneurs, parfois des membres de l’équipe de soutien, psychologue, directeur technique, physiothérapeute. C'était de façon hebdomadaire, voire quotidienne.

Une citation de :Chloé Isaac

Les deux nageuses expliquent qu’après trois avertissements par écrit, elles pouvaient être retirées de l’équipe. 

Nous devions signer des ententes afin de respecter une limite de poids. Des conséquences sérieuses étaient prévues si nous étions à plus de 3 % de la cible.

Une citation de :Erin Willson

Julie Sauvé et NAC avaient rétrogradé Willson dans l’équipe B parce qu’elle n’avait pas atteint le poids indiqué.

Entrevue avec Chloé Isaac

Chloé Isaac a consulté plusieurs spécialistes de NAC pour l’aider à résoudre ses troubles alimentaires. Résultat : on lui a prescrit des antidépresseurs.

On m’a juste dit que c’était de ma faute, lance-t-elle. C’est moi qui ne gérais pas bien mon stress.

Incapable de satisfaire les demandes répétées de Julie Sauvé pour perdre du poids, Erin Willson dit n’avoir eu d’autre choix que de se restreindre à 500 calories par jour.

Ça reste certainement un combat pour moi, explique-t-elle. Je crois que je n’arriverai jamais à accepter mon image corporelle.

Bronzage et gros sous

Les critères esthétiques de Julie Sauvé comprenaient également le bronzage. Selon les requérantes, l’entraîneuse forçait ses athlètes à s’entraîner de nombreuses heures en plein soleil.

Parfois, on nous interdisait de mettre de la crème solaire alors qu'on avait déjà des brûlures… [Si on en mettait], elle nous disait qu’on n’était pas prêtes à tout faire pour avoir une médaille.

Une citation de :Chloé Isaac

Erin Willson raconte qu’on lui avait demandé de quitter l’entraînement trois heures plus tôt pour réserver des places à la plage afin que ses coéquipières puissent se faire bronzer après leur journée de travail. Julie Sauvé lui avait également suggéré d’acheter de l’huile pour accélérer son bronzage.

Entrevue avec Erin Willson

Selon la requête de recours collectif, Julie Sauvé ajoutait une pression supplémentaire sur les athlètes en leur rappelant l’argent investi en elles. Ces allusions étaient une menace implicite pour Erin Willson, comme en témoigne une entente signée par les membres de l’équipe olympique de 2012.

C’était l’un des moments les plus éprouvants de ma vie. Ce contrat stipulait que si nous n’étions pas retenues parmi les neuf nageuses de la formation olympique, nous devions continuer [à nous entraîner] jusqu’à l’été 2013... Sinon, nous devions rembourser tout ce qui avait été dépensé depuis la signature du contrat en novembre. L’estimation que j’ai demandée avant de signer s’élevait à 50 000 $.

Des nageuses artistiques font une figure la tête dans l'eau.

L'équipe canadienne de natation artistique aux Jeux olympiques de 2012

Photo : Getty Images / Al Bello

Les parents s’en mêlent

Les athlètes de l’équipe olympique avaient supplié la direction quelques semaines avant les Jeux de 2012 de retirer Julie Sauvé ou de voir à son comportement, sans succès. Inquiets, des parents, dont ceux de Chloé Isaac et d’Erin Willson, ont écrit au conseil d’administration. Selon cette lettre, il avait été entendu que Julie Sauvé devait être supervisée en tout temps pendant le dernier camp d’entraînement. Or, les nageuses ont été forcées de rester dans l’eau pendant de longues périodes à la pluie battante à une température de 60 degrés [NDLR, 16° Celsius].

À un certain moment, [Marie-Pier Boudreau Gagnon] a dû être soulevée hors de l’eau par les filles et transportée jusqu’aux douches parce que les muscles de son dos étaient figés.

Une citation de :Extrait d'une lettre de parents

Chloé Isaac s’est retirée du sport en 2014. Elle a mis des années avant de réaliser tout le tort qu’on lui avait causé. Elle continue d’avoir des cauchemars à propos de Julie Sauvé au moins une fois par mois.

L'équipe canadienne de natation artistique en Chine en 2011

L'équipe canadienne de natation artistique en Chine en 2011

Photo : Getty Images / Feng Li

Quand je fais des cauchemars à propos de la synchro, c'est des moments où j'aurais aimé pouvoir partir, où je me retrouve face à Julie et que je lui dis en fait tout ce que j'ai vécu, confie-t-elle, la voix étranglée par l’émotion.

Les méthodes de Meng Chen

C’est Meng Chen, l'assistante de Julie Sauvé, qui lui a succédé au poste d'entraîneuse-chef. On peut lire dans la requête que Chen a poursuivi l’abus psychologique exercé par Sauvé avec des commentaires dégradants sur le corps des nageuses, leur engagement et leur performance. Comme sa prédécesseure, l’entraîneuse établissait des cibles de poids irréalistes et dangereuses pour la santé.

Puis se sont ajoutés à l’occasion des sévices.

Entrevue avec Gabriella Brisson

L’une des requérantes, Gabriella Brisson, peinait à atteindre les standards pour l’extension de ses genoux et de ses chevilles. Elle se souvient de la fois où Meng Chen s’était tenue debout sur ses jambes.

[Meng] m’a dit de m’asseoir, les jambes étirées devant moi. Elle se balançait avec un pied sur les jointures de mes orteils et l’autre juste au-dessus de la rotule de mon genou. Elle faisait semblant de faire du surf en riant, alors que moi, je retenais mes larmes. Je sentais vraiment que si elle perdait l’équilibre ne serait-ce qu’un peu, ma cheville allait céder.

Une citation de :Gabriella Brisson

Selon la demande de recours collectif, Meng Chen a aussi négligé la santé et la sécurité des athlètes de l’équipe nationale en les forçant à s’entraîner de façon dangereuse.

Une quatrième requérante, Gabrielle Boisvert, explique que l’entraîneuse ne leur laissait pas toujours le temps de maîtriser les mouvements à haut risque.

Meng Chen, entraîneuse-chef, équipe nationale de Natation Artistique Canada (2012-2017)

Meng Chen, entraîneuse-chef, équipe nationale de Natation Artistique Canada (2012-2017)

Photo :  Capture d’écran - Facebook

C'est là où c'est dangereux, fait-elle valoir. Si on lance quelqu'un dans les airs, c'est quand même un corps qui va retomber on ne sait trop où, parce qu'on ne l'a pas pratiqué… Ça fait juste augmenter le risque de blessure exponentiellement.

Boisvert a subi une commotion cérébrale sous la gouverne de Chen. Puis cinq autres nageuses ont souffert de la même blessure dans les semaines qui ont suivi.

En mai 2017, seulement 7 des 12 athlètes du groupe de compétition se sentaient suffisamment en santé pour performer. Elles demandent alors une rencontre en présence de la chef du sport Julie Healy. Cette réunion tourne au vinaigre. Meng Chen s’est mise à crier après les athlètes avec des attaques personnelles. Après plusieurs minutes, le personnel de NAC a dû intervenir.

Julie Healy l’a prise par le bras et l’a tirée hors de la salle. Meng s’est libérée de l’emprise de Healy et est revenue dans la salle, toujours en hurlant. Finalement, elle a dû être sortie physiquement de la réunion.

Une citation de :Gabriella Brisson

Après quelques jours de congé, les athlètes ont constaté que Natation Artistique Canada avait laissé Meng Chen dans ses fonctions d’entraîneuse-chef. C’en était assez pour elles.

L'équipe canadienne de natation artistique lors des qualifications olympiques en mars 2016

L'équipe canadienne de natation artistique lors des qualifications olympiques en mars 2016

Photo : Getty Images / Buda Mendes

On a décidé qu'on ne retournerait pas à l'entraînement tant que Meng était sur le bord de la piscine parce qu'on ne se sentait pas à l'aise, raconte Gabrielle Boisvert. Ce n'était pas sécuritaire. Je me rappelle avoir eu mal au cœur juste à l’idée d’aller sur le bord de la piscine avec elle.

NAC a été forcée d’agir et a annoncé le départ de Meng Chen pour des motifs personnels.

Leslie Sproule et les commotions

La culture d’abus et de harcèlement s’est poursuivie avec l’arrivée de la remplaçante de Chen, Leslie Sproule, soutient la procédure judiciaire.

Malgré les symptômes post-commotionnels de plusieurs nageuses et les avis médicaux qu’elles avaient reçus, Sproule les a forcées à reprendre l’entraînement en prévision des Championnats du monde de 2017 en Hongrie, peut-on lire.

Leslie Sproule, entraîneuse-chef, équipe nationale, Natation Artistique Canada (2017-2018)

Leslie Sproule, entraîneuse-chef, équipe nationale, Natation Artistique Canada (2017-2018)

Photo : Courtoisie Natation artistique Canada

Il est arrivé fréquemment que l’entraîneuse donne des indications de dernière minute pour des manœuvres risquées et qu’elle refuse de répondre aux questions des athlètes, les laissant sans préparation adéquate.

Gabriella Brisson a été victime d’une commotion cérébrale dans la semaine précédant le départ de l’équipe pour les mondiaux. Leslie Sproule lui a donné un ultimatum.

Elle m’a dit que si je ne compétitionnais pas aux mondiaux, l’équipe ne pourrait pas y aller. À titre de capitaine et aussi de sixième nageuse commotionnée au cours des derniers mois, je devais prendre une décision qui allait affecter le sort de mon équipe. J'avais pourtant une blessure au cerveau!

Une citation de :Gabriella Brisson

Gabriella Brisson est allée en Hongrie et a essayé d'accélérer sa récupération. Selon elle, Leslie Sproule n’avait pas compris (ou ne croyait pas à) la gravité d’une commotion cérébrale puisqu’elle agissait contre l’avis du médecin. 

[Mon médecin] était clairement fâché. Ça n’a pas changé grand-chose puisque Leslie a continué à m’en demander plus.

L'équipe canadienne de natation artistique aux Championnats du monde de 2017

L'équipe canadienne de natation artistique aux Championnats du monde de 2017

Photo : afp via getty images / AFP Contributor

Gabriella Brisson n’a finalement pas été en mesure de participer aux mondiaux, contrairement à son équipe. Elle a été forcée de prendre sa retraite en 2018 et n’a jamais complètement récupéré de sa commotion cérébrale. Elle dit aussi avoir développé des crises de panique et de l’anxiété pendant ses années avec l’équipe nationale.

« Comme si elle était fière de faire vomir quelqu'un »

Dans une lettre envoyée aux dirigeants de NAC en avril 2018, des nageuses ont dénoncé le comportement abusif de Leslie Sproule. La cinquième requérante de la demande de recours collectif, Sion Ormond, ainsi que Gabrielle Boisvert se souviennent d’un épisode où une de leurs coéquipières s’était mise à vomir dans la gouttière de débordement de la piscine.

Pendant qu’elle vomissait, Leslie Sproule l’a vue et a ri d’elle, raconte Sion Ormond. Elle nous a dit de l’ignorer et de poursuivre l’entraînement. Elle n’a démontré aucune empathie.

Elle avait comme un sourire. Comme si elle était fière de faire vomir quelqu'un. D'avoir poussé ses athlètes à ce point-là.

Une citation de :Gabrielle Boisvert
L'équipe canadienne de natation artistique aux Championnats du monde de 2017

L'équipe canadienne de natation artistique

Photo : Getty Images / Al Bello

Lors de ce même camp à Calgary, Gabrielle Boisvert a subi une autre commotion cérébrale après un coup à la tête. L’impact avait été tel que les lunettes de piscine avaient éclaté. L'entraîneuse avait menacé de retirer Boisvert de l’équipe de compétition si elle n’était pas complètement remise en cinq jours.

Je faisais une activation très légère, j'avais mal à la tête. Je marchais, j'avais mal à la tête. Mais, pourtant, elle venait quand même toujours me demander : "Ah ben, tu n'es pas dans l'eau aujourd'hui? Ah, mais on aurait besoin de toi pour faire telle affaire..." C'était beaucoup de pression et beaucoup de non-respect.

Entrevue avec Gabrielle Boisvert

Incapable de se remettre à temps selon les délais requis, Gabrielle Boisvert est rentrée chez elle. À l’automne 2018, elle annonçait sa retraite et a dû trouver elle-même de l’aide pour ses traitements. Elle souffre toujours de migraines, de nausées et de problèmes de concentration.

Je ne souhaite à personne ce que j'ai vécu. Je suis suivie en psychologie... Je ne sais plus comment être une personne. Je me suis tellement fait driller que j'étais une machine. Je me suis tellement fait dire que j'étais grosse. Mais je ne suis pas grosse. C'est de l'endoctrinement.

Une citation de :Gabrielle Boisvert

Harcèlement sexuel et racial

En novembre 2018, Natation Artistique Canada a procédé à l’embauche d’un nouvel entraîneur-chef venu d’Europe, Gabor Szauder.

L'entraîneur-chef de l'équipe nationale senior de Natation Artistique Canada, Gabor Szauder

L'entraîneur-chef de l'équipe nationale senior de Natation Artistique Canada, Gabor Szauder

Photo : Courtoisie Natation artistique Canada

D’après le document déposé en cour, Szauder s’est livré à un modèle de misogynie et de harcèlement sexuel auprès des athlètes, multipliant les commentaires inappropriés.

Comme la fois où il aurait dit devant des nageuses: Prends-la plus fort pour les poussées. Elle a 24 ans. Tu ne penses pas qu’on l'a déjà prise avant? Peut-être pas de la même façon, mais crois-moi, on l’a prise avant.

L'équipe canadienne aux championnats du monde de natation artistique en 2019

L'équipe canadienne de natation artistique en 2019

Photo : afp via getty images / ED JONES

Szauder aurait aussi tenu des propos racistes, notamment à l’endroit de l’une des nageuses d’origine indienne, comme se rappelle Sion Ormond.

Il a dit [à l’une des filles] : "N’aie pas peur de lui faire mal puisqu'il y a 2,4 (sic) milliards d’Indiens dans le monde pour la remplacer." Il s’agissait d’une athlète d’origine indienne. Tout le monde s’est regardé. C’était un commentaire complètement inapproprié.

Une citation de :Sion Ormond
Chargement de l’image

Entrevue avec Sion Ormond

Plusieurs membres du personnel de NAC ont été témoins ou ont été mis au courant du comportement inapproprié de Szauder, sans intervenir.

L’inaction du personnel de NAC devant les comportements abusifs répétés de Gabor Szauder a créé un environnement où les nageuses avaient peur de dénoncer les faits, par crainte de représailles.

On apprend aussi dans la demande de recours collectif que Gabor Szauder s'accordait le pouvoir de décider si et quand une athlète était blessée, comme dans un camp à Hawaï en janvier 2020.

Il nous a avisées que nous n’avions pas le droit d’être blessées et que toute blessure devait être approuvée par lui. Comme si les blessures n’étaient pas légitimes ou réelles. C’était à lui de décider si nous pouvions ou non voir un spécialiste, peut-on lire.

Chargement de l’image

Membre de l'équipe canadienne de natation artistique au Pérou en 2019

Photo : The Associated Press / Moises Castillo

Sion Ormond a annoncé sa retraite en septembre 2020. Quand elle a avisé la chef du sport Julie Healy qu’elle considérait déposer une plainte auprès du programme Sport sécuritaire, cette dernière a tenté de l’en décourager.

Elle m’a dit que je ferais mieux de faire attention, car mon dossier et mes informations personnelles seraient étalés au grand jour. J’ai trouvé ça étrange puisque je n'avais rien à cacher, se souvient Ormond. Qu’allaient-ils donc exposer?... Je l’ai perçu comme une menace.

NAC savait-elle?

Cette procédure légale survient après la fermeture du Centre d’entraînement de Montréal en octobre 2020 alors que Gabor Szauder était à la tête de l’équipe. Des allégations d’abus et de harcèlement avaient été formulées à l’endroit de NAC, de son programme et du personnel entraîneurs. La chef de direction de NAC, Jackie Buckingham, avait spécifié à l’époque qu’il ne s'agissait pas d’un examen sur des gens, mais bien sur des problèmes.

Ce centre a depuis rouvert ses portes avec le même personnel malgré un rapport d’examen relevant notamment des expériences d’abus psychologique, de harcèlement sexuel et une culture de la peur.

Chargement de l’image

Piscine du centre national d'entraînement de natation artistique

Photo : Radio-Canada

Dans la demande de recours collectif déposée mardi, les cinq requérantes reprochent à NAC d’avoir failli à son devoir de les protéger et de leur offrir un environnement sain et sécuritaire.

Elles affirment que la fédération canadienne a été mise au fait des situations problématiques à de nombreuses reprises par des lettres, des rencontres et des appels et demandant notamment le congédiement des entraîneurs.

J’espère vraiment que les gens réalisent que nous ne nous plaignons pas de l’intensité exigée pour un athlète de haut niveau, fait valoir Gabriella Brisson. Croyez-moi, chacune d’entre nous a atteint et repoussé ces limites.

Chargement de l’image

Témoignages des requérantes

Natation Artistique Canada a réagi aux démarches par un communiqué émis sur son site web. Natation Artistique Canada salue, d’abord et avant tout, le courage qu’il a fallu aux anciennes athlètes membres de l’équipe nationale pour s’exprimer lors de la conférence de presse d’aujourd’hui.

Nous sommes profondément attristés par les souffrances qu’elles ont rapportées. Nous avons bien entendu ce qu’elles ont dit, et notre travail pour nous assurer que les athlètes bénéficieront toujours d’un environnement d’entraînement sécuritaire à l’avenir est déjà engagé.

Les requérantes, représentées pro bono par les cabinets Davies et Tyr, réclament en dommages punitifs une somme totale de 250 000 $. Mais ce qui est aussi important pour elles, c’est d’être entendues afin que la culture de Natation Artistique Canada change de façon significative pour les générations futures.

Savoir que ce n'est pas de ma faute, parce que pendant longtemps, j'ai cru que c'était de ma faute. D'obtenir un genre de justice et de savoir que ça ne se reproduira plus, ça serait vraiment un soulagement.

Une citation de :Chloé Isaac

Les requérantes proposent de représenter le groupe suivant dans cette action collective : Toutes les personnes qui se sont entraînées avec les équipes nationales de Natation Artistique Canada et qui ont été victimes d'abus, de négligence et de harcèlement psychologique de la part des entraîneurs et du personnel de Natation Artistique Canada entre le 1er janvier 2010 et le 8 mars 2021.

Cliquez ici (Nouvelle fenêtre) pour consulter le document du recours collectif (en anglais) déposé en cour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !