•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Eve Dicaire s'incline devant Claressa Shields

L'arbitre lève le bras de la boxeuse américaine, alors que Dicaire applaudit.

Clarissa Shields a battu Marie-Eve Dicaire par décision unanime.

Photo : FITE TV

La Presse canadienne

Marie-Eve Dicaire a été dominée par Claressa Shields, qui devient championne unifiée des super-mi-moyennes.

L'Américaine était tout simplement dans une classe à part. Elle a complètement dominé la Québécoise et a écrit l’histoire en devenant la championne unifiée des super-mi-moyennes au Dort Federal Event Center, à Flint, au Michigan.

Shields (11-0, 2 K.-O.) a mené de bout en bout et a obtenu un pointage parfait de 100-90 des trois juges. Des pointages amplement mérités.

Avec cette victoire, elle conserve ses titres du World Boxing Council (WBC) et de la World Boxing Organization (WBO), remporte la ceinture de l'International Boxing Federation (IBF) que détenait Dicaire (17-1) et met la main sur le titre vacant de super championne de la World Boxing Association (WBA).

En devenant championne unifiée dans une deuxième catégorie de poids, elle écrit l'histoire en étant la première, homme ou femme, à réussir pareil exploit. En ajoutant ses deux médailles d'or olympiques en 2012 et 2016, il est difficile de dire qu'elle n'est pas la meilleure boxeuse de l'histoire.

Elle a d'ailleurs souligné cette semaine qu'après cette victoire, elle voulait être surnommée G.W.O.A.T. (Greatest Woman of All Time), et non T-Rex.

Un petit détour

La défaite de Marie-Eve Dicaire ne sera qu'un petit pas de recul dans sa carrière, assure son clan, un tremplin a ajouté la principale intéressée.

Yvon Michel, son promoteur, est même allé jusqu'à dire que son prochain combat pourrait déjà être un combat de championnat du monde si la boxeuse de Saint-Eustache le souhaitait.

J'avais pensé à l'avenir avant le combat, a admis le président de Groupe Yvon Michel (GYM). On se fait toujours des plans, un en cas de victoire, un en cas de défaite. Moi, ce que je dis, c'est que Marie-Eve va retourner en championnat du monde cette année. Si elle veut que ce soit le prochain combat, ce serait possible.

Je suis convaincu qu'elle va rester très haut dans les classements. Je ne crois pas non plus que Shields va rester longtemps à 154 livres. Je l'écoutais parler : elle veut aller en arts martiaux mixtes, elle veut retourner à 160, voire 168 livres [à la boxe]. En ramenant Marie-Eve rapidement [sur le ring], les occasions vont se présenter.

Dicaire était passée de 147 à 154 livres parce que c'est chez les super-mi-moyennes que les ceintures étaient les plus attrayantes, avec Cecilia Braekhus qui était championne unifiée à ce moment-là. La suite se fera-t-elle à ce poids ou redescendra-t-elle à 147?

Je parlais à Tom Loeffler [le promoteur de Braekhus], a raconté Michel. On leur a souhaité bonne chance pour leur combat revanche contre Jessica McCaskill la semaine prochaine pour les titres unifiés des mi-moyennes. On est en très bons termes avec lui. C'est certain qu'on va regarder vers tous les horizons.

I was born ready (je suis née prête), a répondu Dicaire quand on lui a directement posé la question.

Je suis prête pour n'importe qui. Je ne boxe pas pour protéger ma fiche parfaite, je boxe pour affronter les meilleures. C'est ce qui me fait élever mon jeu d'un cran. De surfer sur une vague, ce n'est pas pour moi.

Une chose est certaine, en tenant tête à Shields — qui avait promis de lui passer le K.-O. au cinquième — de la sorte, Dicaire s'est assurée d'alimenter toutes les conversations dans les prochains mois.

On a eu beaucoup de plaisir à affronter Shields tout au long de la semaine, y compris dans le ring, a souligné son entraîneur Stéphane Harnois. Marie-Eve a perdu sa ceinture [vendredi] soir, mais c'est juste un objet. À mes yeux, elle est encore championne du monde.

Elle a perdu contre Shields, mais ce n'est pas notre dernière bataille : on va revenir championne du monde, c'est une promesse que je vous fais. On est sorti grandi de ça. Le monde entier va nous avoir vus [...] C'est une guerre. C'est correct. On va avancer de ça.

Dicaire a aussi montré sa grande classe et sa grande force de caractère dans cette défaite, affrontant les médias canadiens comme américains quelques minutes seulement après avoir échoué dans la réalisation de son rêve.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !