•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Eve Dicaire fin prête pour son duel au sommet contre Claressa Shields

Les deux boxeuses posent avec leurs ceintures.

Claressa Shields et Marie-Eve Dicaire lors de la conférence de presse, la veille de la pesée.

Photo : Associated Press / Jake May

À la veille de ce qui pourrait bien être le combat le plus important de sa carrière, Marie-Eve Dicaire s’est adressée aux médias avec confiance et enthousiasme lors d’un bref entretien par vidéoconférence, un peu après la pesée.

La boxeuse de Saint-Eustache, en direct de sa chambre d’hôtel de Flint, au Michigan, a accueilli les questions avec le sourire aux lèvres et une banane à la main.

Vendredi soir, elle affrontera l’Américaine Claressa Shields, double médaillée d’or olympique et considérée comme l’une des meilleures boxeuses sur la planète, toutes catégories de poids confondues, à 25 ans à peine. À l’enjeu : l’unification des titres dans la catégorie des super-mi-moyennes.

Et à l’entendre, Dicaire, qui détient le titre de l'IBF, est prête pour l’occasion. Je suis en pleine forme, en pleine énergie. La coupe de poids a très bien été [...] Mon corps s'est bien adapté. Jean-François Gaudreau (son nutritionniste) a fait un travail incroyable.

La boxeuse gauchère prend la pose en maillot de bain jaune.

La Marie-Eve Dicaire débordait d'énergie au moment de se présenter pour la pesée.

Photo : FITE TV

Il faut dire que la Québécoise n’a eu aucun mal à rester sous la barre imposée des 154 lb.

Hier, j’ai fait 16 minutes de sauna suit seulement. J’étais à 155,8 [lb] et on a décidé qu’on arrêtait de faire ça. J’ai juste pris un bain pour relaxer. Je me suis levée le matin, j’ai déjeuné, j’ai tout fait pour rester haut. Mon corps réagit vraiment bien. Ce matin, je me suis levée à 153,6 [lb].

Une citation de :Marie-Eve Dicaire, championne du monde des super-mi-moyennes de l'IBF

Sur le pèse-personne, elle a affiché un poids de 152,6 lb. Une livre de moins que son adversaire.

Je suis arrivée légère, mais je ne suis pas arrivée déshydratée ou affamée, a toutefois indiqué l’athlète de 34 ans. Peu importe le chiffre qui était sur la balance. Je me sens forte, je me sens en forme et c’est tout ce qui compte pour moi. Le poids, c’est seulement un chiffre.

Elle s’attend à monter sur le ring autour de 160 ou 162 lb. C’est vraiment le poids auquel je me sens confortable […] Je suis une boxeuse qui se déplace beaucoup, qui travaille avec de l’agilité. Quand je mange trop, je me sens lourde. Pour moi, l’important c’est d’avoir de l’énergie.

Shields, habituée de se battre une ou deux catégories de poids au-dessus, devrait pour sa part se situer entre 165 et 170 lb au moment d’enfiler les gants. Née à Flint, elle sera aussi à la maison.

Elles se font face avec les mains sur les hanches.

Marie-Eve Dicaire n'a pas du tout semblé intimidée par Claressa Shields, affichant plutôt un grand sourire en face de son adversaire.

Photo : FITE TV

L’Américaine est sans contredit la grande favorite pour ce combat qu’elle a accepté dans le but de devenir championne unifiée de la catégorie des super-mi-moyennes après avoir fait le coup chez les poids moyens et avoir détenu deux ceintures chez les super-moyennes.

À ce jour, les deux pugilistes demeurent invaincues : 10 victoires en 10 combats pour Shields, 17 en 17 pour Dicaire. Shields, toutefois, a deux K.-O. à sa fiche, alors que Dicaire n’en a aucun.

La Québécoise semble moins intimidée qu’enthousiaste à l’idée de voir s’évaporer l’une de ces deux fiches parfaites, voire presque zen.

Habituellement, la journée de la pesée, je ne ferme pas l’œil de la nuit. Il y a des pesées où j’avais dormi 40 minutes. Cette fois-ci, j’ai dormi 8 heures et demie et j’ai dormi une nuit de 10 heures avant-hier, donc mon sommeil va vraiment très bien.

Une citation de :Marie-Eve Dicaire, championne du monde des super-mi-moyennes de l'IBF

Ce combat, elle l’attend depuis des mois avec le genre d’impatience qui ne laisse pas de place aux doutes. Pour moi, c’est une délivrance. Enfin, je peux mettre les pieds sur le ring. Je sais que je suis privilégiée parce que ce n'est pas le cas pour tous les boxeurs. Il y en a beaucoup qui aimeraient être à ma place, avoir un combat d'envergure comme ça. Pour moi, ce n'est pas de la pression, c'est un privilège, a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !