•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le congédiement de Stéphane Waite, une preuve que Carey Price sème l'inquiétude

Il est en position agenouillée sur la glace.

Carey Price

Photo : Getty Images / Rich Lam

Michel Chabot

Marc Bergevin a pris la décision de congédier Stéphane Waite, entraîneur des gardiens du Canadien, dans la journée de mardi, mais il ne lui a annoncé qu’après la deuxième période du match contre les Sénateurs d’Ottawa.

Je ne voulais pas que ça devienne une distraction au sein de l’équipe, a expliqué le directeur général mercredi. Je voulais que ce soit le plus facile possible pour lui, de ne pas être près des entraîneurs et des joueurs. Ce n’est pas facile se faire annoncer ça. C’est pour ça que je lui ai dit après la deuxième période, comme ça il avait la troisième pour prendre ses choses et partir.

Les membres de l’organisation ont été mis au courant du départ de Waite, qui était en poste depuis 2013, après la victoire de 3-1.

Je suis reconnaissant du temps que j’ai passé avec Steph, a confié Carey Price mercredi. C’est un travailleur acharné et un entraîneur de gardien de but chevronné. J’apprécie tout ce travail qu’il a accompli avec nous.

C’est un renversement de situation rapide. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous attarder sur les choses. Il faut nous regrouper, faire le travail et commencer rapidement à tisser des liens.

Une citation de :Carey Price, gardien du Canadien

Bergevin a par ailleurs reconnu que les performances de Price l’inquiétaient et qu’il emmenait Sean Burke à bord pour remettre son gardien sur la bonne voie.

On ne se le cache pas non plus. C’est une décision qui est réfléchie et qui n’est pas basée que sur cette saison-ci. Je vois un pattern, a-t-il dit.

Sans entrer dans les détails, le patron du CH a fait valoir qu’il avait remarqué que Price connaissait trop de hauts et de bas et qu’il souhaite que ses creux de vagues soient plus courts et que ses pics de performances s’allongent.

Nous allons simplifier les choses, a répondu Price au sujet de ce que Burke pourrait lui apporter. Nous n’avons pas encore discuté d’un plan, alors nous nous y attarderons le temps venu.

Burke devra se soumettre à une quarantaine de deux semaines à son arrivée à Montréal. D'ici là, c'est à Marco Marciano, entraîneur des gardiens du Rocket de Laval, qu'on a demandé de conseiller ceux du Canadien.

Bergevin et le processus décisionnel

Cela dit, Marc Bergevin a insisté pour spécifier que Carey Price n’a pas été consulté au sujet du départ de Stéphane Waite.

Comme DG, comme chef d’entreprise, la journée que je vais aller consulter un joueur et lui demander son opinion sur ce que je devrais faire, ça ne marchera pas. Carey a été averti après le match, quand la décision était finale.

Une citation de :Marc Bergevin, directeur général du Canadien

Carey, c’est un athlète fier. Il est conscient qu’il a des choses qu’il doit améliorer. Il comprend et supporte ma décision.

Était-ce une façon de secouer son gardien? Marc Bergevin ne l’a pas nié.

Carey, je crois encore que c’est un excellent gardien de but, un des meilleurs dans la Ligue nationale, a-t-il insisté. Mais il a besoin d’aide. Un gars d’expérience comme Sean Burke, je crois vraiment qu’il va l’aider.

Parfois, un changement est bénéfique et c’est bon d’entendre une nouvelle voix, a admis Price. Je ne dis pas que je n’appréciais pas ce que Steph faisait, mais c’est parfois une nécessité dans le hockey professionnel.

Pas n'importe qui

Sean Burke hérite du poste de Waite, mais on lui a décerné le titre de directeur des gardiens de but, de plus en plus répandu dans la LNH. L'ancien gardien des Whalers de Hartford et des Coyotes de Phoenix, notamment, dirigera tous les entraîneurs des gardiens de l'organisation et agira à titre de consultant.

En bon québécois, ce n'est pas un deux de pique qu'on amène, a indiqué Bergevin. C'est un gars qui a de l'expérience, de l'expertise et du vécu.

Embauché par le Tricolore à titre de recruteur l'an passé, Burke voit son présent contrat être restructuré jusqu'à son échéance à la fin juin et signera vraisemblablement la prolongation de cette entente d'ici là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !