•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nelly Jepkosgei suspendue trois ans pour avoir menti après un test antidopage raté

Elle lève ses bras dans les airs et tient un bouquet de fleurs dans sa main droite.

Nelly Jepkosgei

Photo : La Presse canadienne / Mosa'ab Elshamy

Associated Press

La Kényane Nelly Jepkosgei, l'une des meilleures coureuses de 800 m du monde, a été suspendue trois ans après avoir mis en scène un accident de voiture pour excuser un test antidopage raté.

L'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU), qui supervise les cas de dopage et d'inconduites, a indiqué dans son jugement que Jepkosgei avait prétendu que sa sœur était hospitalisée à la suite d'un grave accident de voiture au Kenya et qu'elle s'était empressée de se rendre à son chevet.

C'est du moins la raison qu'elle a donnée pour expliquer son absence, le 18 mars 2020, lorsqu'elle devait subir un test antidopage à son domicile. Elle aurait dû être disponible, selon un horaire qu'elle avait elle-même fourni.

L'AIU a ajouté que l'athlète avait admis le subterfuge après que l'Agence antidopage du Kenya eut enquêté sur ses allégations.

La police a affirmé n'avoir aucun dossier sur un tel accident, tandis que l'hôpital en question a confirmé que le document présenté par Jepkosgei avait été contrefait.

L'admission des faits lui a permis de retrancher une année de suspension à la sanction habituelle de quatre ans imposée lors d'obstruction aux procédures antidopage.

Jepkosgei n'a pas participé à la moindre compétition depuis 2019. Elle est en processus de changement d'allégeance, du Kenya vers le Bahreïn, et pourrait représenter son nouveau pays à compter du mois d'août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !