•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canadien : un nouveau départ… à l’image de la saison

Connor célèbre son but alors qu'il y a une mêlée devant le filet de Price.

Kyle Connor a amorcé la remontée des Jets.

Photo : usa today sports / James Carey Lauder

« C’est assez la confiance. On va passer à autre chose », a laissé tomber Jonathan Drouin après la défaite de 6-3 du Canadien à Winnipeg. Franc, direct, le Québécois a semblé bien conscient que l’heure de vérité a sonné.

Celle des excuses, des faux-fuyants, des tentatives d’explications, de justifications, parfois fournies gracieusement par les journalistes, est révolue.

Les regards sont braqués sur la réaction des joueurs. Un entraîneur n'est pas non plus un magicien.

Fallait-il prêter foi à Marc Bergevin lorsqu’il affirmait, mercredi, que ce n’était pas le message de Claude Julien le problème? Possible. Bien possible. Mais c’est déjà de l’histoire ancienne.

Dans ce nouveau chapitre, le Canadien a laissé tomber son nouvel entraîneur jeudi soir. Ce n’est que la première page dudit chapitre. Évidemment, toute l’histoire est encore à écrire, mais disons que pour une première impression, c’est raté.

On s’est tiré dans le pied. Ils ne nous ont pas battus, on s’est battus nous-mêmes, a ajouté Drouin.

C’est bien ça le drame tricolore.

On a cassé. On a cassé physiquement, on a cassé mentalement.

Une citation de :Dominique Ducharme, entraîneur-chef du Canadien

Au cœur d’une séquence de six défaites en huit matchs, avant le revers contre les Jets, le nouvel entraîneur a rappelé qu’il était normal que l’équipe soit mentalement un peu fragile.

Mais comment expliquer que, d’un seul coup, parvenu à mi-chemin de la rencontre, alors qu’il a le plein contrôle, le Canadien s’effondre soudainement?

Tous les travers de cette équipe, que l’on avait déjà aperçus l’année dernière, ont ressurgi en un clin d’œil. Replis défensifs chaotiques, d’ailleurs identifiés par Drouin comme le plus gros problème, unités spéciales en panne sèche, manque de flair autour du filet sur les chances de marquer et, surtout, un gardien hésitant bien loin de son niveau exceptionnel du tournoi de reprise l’été dernier.

Price a accordé 14 buts à ses 3 derniers départs. Toutes ses statistiques le placent maintenant parmi les cancres de la ligue. Ducharme a cherché à protéger son gardien, tandis que le principal intéressé n’avait pas envie de s’épancher sur ses états d’âme. Enfin, moins qu’à l’habitude, déjà qu’on ne le confond pas avec Josélito Michaud.

Je pense trop. C’est tout ce que j’ai pour vous, a-t-il tranché, laconique.

Le gardien avait déjà évoqué qu’il devrait trouver des solutions après le dernier match contre Ottawa, ce qui ne sera pas chose aisée au beau milieu d’un calendrier aussi chargé.

Je n’ai pas le choix, a-t-il ajouté.

Lui, non. Son entraîneur, peut-être.

Nombreuses lacunes

Impossible d’ignorer que Jake Allen lui est bien supérieur actuellement. Ça prendrait toute une dose de courage à un entraîneur recrue dans la Ligue nationale pour lui préférer le gardien auxiliaire. Mais dans une saison aussi courte, il pourrait bien y aller de la survie de l’emploi de Ducharme et, par extension, de Marc Bergevin.

Du moins, le temps que Price trouve réponse à ses questions, même s’ils sont nombreux à croire qu’il les trouvera davantage sur la glace que dans sa tête.

On va regarder toutes les possibilités, comme on fait avec tous nos joueurs. On veut qu’ils soient à leur mieux. Il faut trouver des solutions pour chacun d’entre eux. On va trouver une solution. C’est un compétiteur, je ne suis pas inquiet, a fait valoir Ducharme.

Il y a quand même lieu de l’être, pas nécessairement à long terme, mais pour le moment.

Or, inutile de s’acharner sur la vedette quand la liste des failles s’allonge constamment. Le CH a encore péché par indiscipline. Son inertie en désavantage numérique lui a coûté deux buts, un officiellement, mais deux dans les faits, et a permis aux Jets de se relancer en resserrant l’écart à 3-2 au milieu du deuxième engagement.

Burrows et Ducharme derrière le banc des joueurs, masqués.

Le match de jeudi soir était une première expérience pour Dominique Ducharme et Alex Burrows dans leurs nouvelles fonctions.

Photo : usa today sports / James Carey Lauder

Les quatre punitions ont été décernées aux quatre premiers défenseurs de l’équipe. Ben Chiarot est maintenant le joueur avec le plus de punitions mineures dans la ligue (14), avec le plus de minutes de punitions au total et avec le troisième ratio le plus négatif entre les pénalités qu’il a causées à l’adversaire et celles dont il a écopées (-9).

Maintenant que son jeu à cinq contre cinq avec son partenaire Shea Weber s’effrite, ça ne lui fait pas une belle jambe. Mais, encore là, c’est un exemple parmi tant d’autres.

L’avantage numérique est maintenant 29e (10,5 %) depuis le début de la glissade du CH, soit le 3 février.

Jeudi, même le jeu à forces égales de l’équipe, traditionnellement sa grande force, a commencé à devenir poreux.

On les laisse rentrer à la ligne bleue sans pression. C’est dur pour les défenseurs. On ne peut pas les blâmer si les attaquants reviennent pas à 100 miles à l’heure. C’est difficile de tenir la bleue s’il n’y a pas de repli défensif. C’était notre plus gros problème ce soir, a avancé Drouin.

Donc, en résumant : indiscipline, manque de flair offensif, unités spéciales à l’agonie, défense craintive, attaquants désorientés dans leur zone, perte de confiance, gardien fragile… autant de chantiers pour le nouvel entraîneur.

Ducharme devra trouver la réponse à la question suivante : comment une équipe qui coiffait le classement général au matin du 3 février, qui comptait sur la meilleure attaque et sur la 10e défense, se retrouve, depuis ce temps, dans le dernier quart du circuit dans toutes ces catégories statistiques?

Il faudra trouver la réponse et y apporter la solution. Corriger les vilaines habitudes. Les transformer en bonnes.

Le mot le dit, il faut les créer. Les créer, parfois, ça prend du temps et s’en débarrasser, ça prend du temps. On va le faire, a lancé Ducharme.

On a déjà vu des chutes ininterrompues et des dégringolades spectaculaires pas plus tard que l’année dernière. Même si le CH est toujours en position pour se relever, il n’a plus de temps à perdre. Le compte à rebours est commencé.

En rafale

L’attaquant Josh Anderson s’est blessé en première période. Le défenseur Dylan Demelo lui a fait un vilain croc-en-jambe près de son filet et Anderson est tombé lourdement sur le dos. Impossible de confirmer toutefois s’il s’agit bien de la séquence malheureuse qui l’a envoyé sur la touche.

Le Canadien devrait avoir plus de nouvelles sur son état de santé vendredi. L’entraîneur a spécifié qu’Anderson devait encore passer des tests, mais que l’équipe pense que ce n’est pas trop sérieux.

Le premier trio des Jets composé de Blake Wheeler, Mark Scheifele et Pierre-Luc Dubois a mené la charge, contribuant à trois buts. L'ancien du Canadien, Nate Thompson, a marqué le filet qui s'est avéré être le but gagnant. Kyle Connor a quant à lui inscrit un doublé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !