•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sébastien Toutant impatient de retrouver les pistes enneigées

Il fait un saut devant une montagne enneigée.

Sébastien Toutant

Photo : The Associated Press / Christian Murdock

On ne peut pas reprocher à Sébastien Toutant de manquer d’ingéniosité pour s’entraîner. Le planchiste canadien a créé des parcours maison pendant la pandémie qui ont attiré des milliers de visionnements sur les réseaux sociaux.

Ses succès ont inspiré son commanditaire Red Bull, qui a décidé de transformer ses parcours à obstacles en jeu numérique. Les amateurs sont invités à tester leurs réflexes dans le jeu Les trickshots de Seb Toots, disponible en ligne.

Une belle manière pour les gens de rester à la maison pendant la pandémie, tout en se divertissant, se réjouit le principal intéressé. Ça m’a beaucoup aidé, pendant la pause forcée, de me créer ces petits défis. Si ça peut aider d’autre monde à se divertir pendant cette période difficile, je serais bien heureux. Et il y a un prix à gagner, aussi.

Le gagnant du concours pourra s'entraîner en compagnie du planchiste, une fois que les mesures sanitaires le permettront.

En attendant, l’athlète n’est pas aussi souvent sur les pistes qu’il le souhaiterait. Et il prend son mal en patience.

Depuis son retour à la compétition, après une fracture aux côtes, Toutant doit slalomer entre compétitions annulées et quarantaines obligatoires. De retour des États-Unis, où il a participé aux X Games à la fin du mois de janvier, il est en isolement.

Confiné pendant deux semaines, il se contente de parfaire sa préparation physique et psychologique de la maison. Dès la fin de sa quarantaine, il retournera à Aspen, au Colorado, pour prendre part à deux événements majeurs.

D’abord, les Championnats du monde, qui devaient avoir lieu en Chine, se retrouveront au Colorado à partir du 8 mars. Les épreuves de demi-lune, de descente acrobatique (slopestyle) et de grand saut (big air), la spécialité de Toutant, sont au programme.

Quatre compétitions de la Coupe du monde se tiendront ensuite à Aspen, du 18 au 21 mars. Ils ont ajouté des événements pour donner la chance aux athlètes d’amasser des points pour les Olympiques, précise l'athlète de 28 ans.

Il reste moins d’un an avant le début des Jeux de Pékin ,où Toutant compte bien défendre son titre de médaillé d’or. Le processus de qualification a toutefois été chamboulé par la pandémie de COVID-19.

Les façons de se qualifier ont changé en raison de tout ça. Auparavant, il y avait deux postes en préqualification disponibles dans l’équipe canadienne. Cette année, l’équipe nationale va se baser uniquement sur le classement mondial pour choisir les représentants.

Ce sont les quatre Canadiens avec le plus de points qui représenteront l’unifolié aux Jeux de 2022. Toutant compte bien en faire partie. Il reconnaît toutefois que les conditions ne sont pas optimales.

Chaque fois que je reviens d’une compétition et que je rentre à la maison, je perds deux semaines d’entraînement sur piste.

Une citation de :Sébastien Toutant

Je suis devenu un professionnel de l’entraînement à la maison! Mais c’est certain que ça manque à ma préparation, de ne pas pouvoir sortir dévaler des pentes, à quelques jours de compétitions aussi importantes, admet le jeune homme de Repentigny. Je suis prêt physiquement, mentalement. Je me sens bien, mais ma préparation serait meilleure si j’avais pu bénéficier d’un peu de temps sur la neige.

Tous les planchistes ne partiront pas non plus sur un pied d’égalité à Aspen. Les règles sanitaires varient beaucoup d’un pays à l’autre.

Certains pays n’ont pas les mêmes règlements que le Canada. Donc oui, il y a une certaine forme d’injustice. D’autres athlètes ne doivent pas se soumettre à des quarantaines, en rentrant au pays. D’autres doivent seulement s’isoler 10 jours, plutôt que 14.

Moi, j’en aurais tiré profit de ces quatre jours-là! Ça peut peser dans la balance au final...

Une citation de :Sébastien Toutant

Des éléments complètement hors du contrôle du Québécois, qui préfère plutôt se concentrer sur sa propre préparation. Moi, je suis à 100 % physiquement et mentalement. C’est ça l’important.

Il souhaite bien sûr défendre son titre au grand saut, là où il a triomphé à Pyeongchang en 2018. Mais il a aussi dans sa ligne de mire la descente acrobatique, qui manque à son tableau de chasse. J’ai pas encore gagné de médaille dans cette compétition. C’est mon objectif de bien faire dans cette épreuve-là aussi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !