•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'approche mentale de Mikaela Shiffrin, la clé de ses succès

Elle sourit à la caméra, les skis en main.

Mikaela Shiffrin

Photo : Getty Images / MARK RALSTON

Radio-Canada

Avec une récolte de quatre médailles en quatre épreuves aux derniers mondiaux de ski alpin, Mikaela Shiffrin a montré une fois de plus qu'elle sera parmi les skieuses à battre aux Jeux olympiques de Pékin.

En 13 courses aux Championnats du monde depuis le début de sa carrière, l'Américaine a obtenu 11 médailles. Aux Jeux olympiques, c'est trois médailles en cinq épreuves. Elle est donc montée sur le podium dans 14 des 18 épreuves majeures auxquelles elle a participé.

Afin de mettre ces chiffres en perspective, il faut les comparer à ceux de Lindsey Vonn, la skieuse ayant connu le plus de succès sur le circuit de la Coupe du monde avec 82 victoires. Shiffrin, 25 ans, en a 68 à son palmarès. Vonn a quant à elle récolté 11 médailles en 39 courses aux mondiaux ou aux Jeux olympiques.

Comment fait-elle? En plus de ses extraordinaires talents de skieuse et ses années d'entraînement, il faut attribuer ses succès à son approche mentale.

Elle a adopté la même approche depuis sa toute première course en compétition majeure, les mondiaux de 2013, à Schladming, en Autriche. Pour être précis, depuis à mi-chemin du slalom de cette compétition. Elle avait alors remporté le titre mondial à l'âge de 17 ans.

Après la première descente, elle occupait le 3e rang derrière Frida Hansdotter et Tanja Poutiainen.

Shiffrin écoutait de la musique dans ses écouteurs, mais elle avait bien du mal à calmer ses nerfs. Son coéquipier Steven Nyman est alors passé près d'elle et il a demandé à son entraîneuse, sa mère Eileen, quel était le problème.

Il m'a dit : '"Aux mondiaux, tu n'as qu'un objectif. Tu ne tentes pas de protéger ton avance au classement général de la Coupe du monde. Tu ne protèges rien. Tu y vas pour l'or, c'est tout. Tu as tout à gagner et rien à perdre."

Je me suis dit que c'était très intéressant, a ajouté Shiffrin. Ça ne m'a pas rendue plus calme ou fait skier plus vite, mais ça m'a convaincu de tout donner. Et chaque mondiaux par la suite, que je sois nerveuse ou me sente très bien, je me souviens toujours de ce que Steven m'a dit.

C'est la même stratégie utilisée par Shiffrin pour gagner l'or au combiné, l'argent au slalom géant et le bronze au super-G et au slalom au cours des deux dernières semaines à Cortina d'Ampezzo.

Sa récolte de quatre médailles lui a permis d'égaler la plus importante récolte par une skieuse dans l'histoire des mondiaux. Marielle Goitschel (1966), Rosi Mittermaeier (1976), Hanni Wenzel (1980) et Anja Pärson (2007) ont aussi réussi l'exploit.

L'accomplissement de Shiffrin est d'autant plus remarquable qu'elle n'a pas skié pendant 10 mois l'an dernier à la suite du décès subit de son père, Jeff Shiffrin. Son retour a été ralenti par la pandémie et une blessure au dos.

Je sais que je peux skier très vite. Et si je le fais, je sais que je peux gagner, a-t-elle déclaré. Je dois toutefois le faire suffisamment bien et ça dépend également de ce que les autres filles font. Je ne peux contrôler ce qu'elles font. Tout ce que je peux faire, c'est de donner le maximum et voir ce qui arrivera.

Alors d'une certaine façon, il y a moins de pression aux mondiaux que lors d'une Coupe du monde, parce que vous ne protégez rien. En même temps, vous savez que c'est un grand événement. C'est votre chance de viser l'or.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !