•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Louis Borfiga prendra sa retraite de Tennis Canada à l'automne

Louis Borfiga, vice-président développement de l'élite à Tennis Canada

Louis Borfiga, vice-président du développement de l'élite à Tennis Canada

Photo : Radio-Canada / rci.net

Radio-Canada

Louis Borfiga, à qui l’on attribue une grande partie des succès canadiens au tennis depuis une quinzaine d’années, partira à la retraite cet automne.

Tennis Canada en a fait l'annonce lundi, un peu parce qu'on lui a forcé la main. C'est que le nouveau président de la Fédération française de tennis, Gilles Moretton, a laissé entendre ces derniers jours que Borfiga agirait à titre de conseiller spécial.

L'organisation a donc devancé la confirmation de ce qu'elle savait déjà depuis quelques mois, et Borfiga a clarifié la situation lui-même en vidéoconférence. Il rentre en France, d'où il agira à titre de consultant à temps partiel pour Tennis Canada, et des pourparlers sont amorcés avec la Fédération française pour conseiller M. Moretton, également à temps partiel.

Ça se fera en douceur, la consultation avec le Canada, a précisé Borfiga. Il ne faudra pas non plus gêner l’équipe qui sera en place. Je devrai les laisser travailler. S’il y a toujours mon ombre au-dessus, je pense que celui qui sera à ma place, sa tâche ne serait pas facilitée. Si on a besoin d’un conseil ou d’un avis, on m’appellera. Mais ce serait une très, très grosse erreur que je sois beaucoup impliqué, car celui qui prendra ma place a besoin d’avoir les mains libres.

On ne sait toujours pas qui héritera de la vice-présidence du développement de l'élite. Louis Borfiga restera cependant en poste jusqu'à l'automne pour que la transition s'effectue en douceur. Il juge par ailleurs que son départ sera bénéfique pour Tennis Canada, dans la mesure où il permettra à quelqu'un de faire valoir de nouvelles idées.

La décision de Borfiga est en partie motivée par la pandémie et l'éloignement. Ses parents et son fils demeurent toujours en Europe. Sa femme et lui ne les ont pas vus depuis près d'un an. Le moment était donc plus que venu.

Ce que je peux vous dire, c’est que, dans mon équipe, il y a des gens de grande valeur qui peuvent prendre la suite des choses, a assuré Borfiga. J’ai toujours voulu annoncer mon départ relativement à l’avance pour effectuer une transition en douceur. J’espère qu’on aura le temps de nommer un successeur rapidement pour qu’on puisse travailler en commun quelques mois.

Eugène Lapierre, vice-président de Tennis Canada, a salué le travail de Borfiga ces 15 dernières années. Il se réjouit évidemment que le technicien français accepte de poursuivre sa collaboration avec l'organisation, qui a profité selon lui de la force du message que Borfiga voulait transmettre.

Très rapidement après l’arrivée de Louis, les résultats se sont mis à débouler. On s’est dit qu’on pouvait gagner. Pourquoi pas? Nos athlètes ont deux bras et deux jambes comme tout le monde. C’est une façon de voir les choses, de voir que c’est possible. Et avec Louis, ç’a été possible.

Son passage a vraiment changé la face du tennis au Canada. Ça va demeurer une date marquante pour le développement de notre sport.

Une citation de :Eugène Lapierre, vice-président, Tennis Canada

Bel héritage

Celui qui s'est joint à Tennis Canada en 2006, à titre de responsable du développement de l’élite, a tracé la voie à ces joueurs et joueuses qui brillent en ce moment sur la scène internationale.

On peut penser à des noms comme Milos Raonic, Bianca Andreescu, Denis Shapovalov, Leyla Annie Fernandez et Félix Auger-Aliassime.

Il y en a eu beaucoup, des grands moments, mais le plus grand moment du tennis canadien, ç’a quand même été la victoire de Bianca [aux Internationaux des États-Unis], a souligné Borfiga. Tous les pays du monde rêvent de gagner un tournoi du grand chelem, et le Canada l’a gagné en simple. Le tennis canadien avait gagné des tournois du grand chelem en double, mais en simple c’était la première fois. Tout entraîneur en rêve, et j’ai eu cette chance comme directeur du haut niveau.

Avant de s’amener à Montréal, où il a atteint l’échelon de vice-président à Tennis Canada, Louis Borfiga a, entre autres, été associé aux vedettes tricolores que sont devenus les Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga.

En avril 2020, il avait déploré l’effet sur le développement du tennis canadien de la perte de revenus associée à l’annulation de la Coupe Rogers en raison de la pandémie de COVID-19.

Plus de 70 % des 120 employés de Tennis Canada ont été mis à pied au début du mois de juin, et 40 % des personnes l’ont été de façon permanente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !