•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Rocket commence sa saison sans savoir comment elle se terminera

Il sourit devant un micro.

Joël Bouchard, entraîneur-chef du Rocket

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le Rocket de Laval, qui jouera ses matchs à Montréal cette année, lance sa saison ce week-end avec deux matchs consécutifs contre les Senators de Belleville.

Les nouveaux venus dans la Ligue américaine auront rapidement l’occasion de se familiariser avec les rigueurs du calendrier professionnel, puisqu’ils joueront un premier match vendredi soir, avant de revenir sur la glace dès 13 h le lendemain.

Avec une trentaine de joueurs, l’entraîneur-chef Joël Bouchard pourra avoir du personnel frais à sa disposition, malgré les aléas du calendrier qui n'a pas été finalisé au-delà de février.

Au début de cette courte saison, il pourrait avoir tendance à utiliser une formation assez stable, question de laisser ses joueurs prendre leur rythme après une pause forcée de près d’un an.

Je ne haïs pas ce concept de les laisser jouer un peu, a-t-il confié jeudi.

Il y en a qui n’ont pas patiné beaucoup et qui n’ont pas pratiqué beaucoup non plus. Ce n’est pas tout le monde qui a eu la même charge de travail pendant la COVID. Ce n’est pas tout le monde qui avait les mêmes installations. Ce n’est pas tout le monde qui avait le même encadrement non plus.

En tant que club-école, le Rocket doit développer des joueurs à long terme, mais aussi s’assurer que des joueurs soient prêts rapidement au cas où il y ait des joueurs blessés du côté du CH. De là l’importance de donner suffisamment de temps de glace à ceux qui pourraient être rappelés.

Un premier choix qui fait sa place

En raison de la suspension des activités au hockey junior canadien, le Rocket pourra compter sur deux jeunes issus du plus récent repêchage.

Le premier choix du Tricolore en 2020, 16e au total, le défenseur Kaiden Guhle, semble déjà s’être fait une place.

Jeudi, il a dû quitter la séance d’entraînement par mesure préventive. On devra donc attendre encore un peu pour savoir s’il sera de la formation ce week-end. Néanmoins, on peut facilement dire qu’il a répondu aux attentes jusqu’ici.

Comment il fait ça depuis le début? Sur 10, ce serait 12. Dans son intégration, dans sa façon de comprendre, dans son implication dans le jeu simulé et dans sa progression, il est vraiment à l'aise, a déclaré l’entraîneur du Rocket.

L’attaquant tchèque Jan Mysak, un choix de 2e tour (48e au total) en 2020, vient de se joindre au groupe principal et devrait aussi avoir du temps de jeu prochainement, même s’il n’est pas aussi physiquement aguerri que Guhle.

On l’intègre tranquillement. C’est une éponge et il apprend le hockey professionnel. Le but va être de le regarder et de travailler avec lui et de le mettre dans une situation gagnante aussi. La bonne nouvelle, c’est que nous avons beaucoup de matchs dans les prochaines semaines, a dit Joël Bouchard.

Il pourra compter sur des recrues de qualité en 2021, une amélioration par rapport aux saisons précédentes.

Comme le Canadien a eu plus de choix au repêchage au cours des dernières années, le Rocket se retrouve avec des recrues qui camperont des rôles importants dès leur première saison.

Je trouve que nos jeunes joueurs peuvent jouer sur les unités spéciales. Je vous avertis, ils vont être là. Ce ne sera pas des jeunes sur le quatrième trio et qui ne jouent pas.

Vous allez voir des vétérans avec deux recrues qui n’ont pas encore joué un match. Vous allez voir des trios comme ça.

Même si les matchs du Rocket seront présentés à huis clos, les partisans du Tricolore auront l’occasion de voir la relève de l’équipe, car tous les matchs locaux de l’équipe seront présentés à la télévision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !