•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Alouettes font le plein de joueurs québécois

Deux joueurs en vert essaient de rabattre au sol un adversaire.

Alexandre Chevrier (no 45)

Photo : Site officiel des Roughriders de la Saskatchewan

Après avoir fait le plein de joueurs défensifs à l’ouverture du marché des joueurs autonomes, les Alouettes ont enchaîné mercredi en allant chercher cinq Québécois qui jouaient ailleurs dans la Ligue canadienne (LCF) en 2019.

Danny Maciocia s’est entendu avec le spécialiste des longues remises des Stampeders de Calgary depuis 2016 Pierre-Luc Caron, avec l’ancien secondeur de la Saskatchewan Alexandre Chevrier, avec le receveur Régis Cibasu des Argonauts, avec le demi défensif Kerfalla-Emmanuel Exumé des Blue Bombers et avec le joueur de ligne à l'attaque Jason Lauzon-Séguin, qui était à Ottawa depuis 2016.

Les cinq joueurs sont issus d’universités québécoises.

Caron, un ancien du Rouge et Or, a joué 71 matchs avec les Stampeders. Il s’est chargé des longues remises dès son année recrue.

Chevrier, un ancien du Vert & Or, est un spécialiste des unités spéciales. À Montréal, il retrouve Alexandre Gagné, un autre ancien de l’Université de Sherbrooke. Ensemble, ils ont amassé un impressionnant total de 70 plaqués dans les unités spéciales avec les Roughriders en deux saisons.

Exumé a joué sous les ordres de Maciocia à l’Université de Montréal. À sa première saison professionnelle avec les Blue Bombers, en 2019, le demi défensif a fini au 2e rang du circuit avec 25 plaqués dans les unités spéciales.

Un autre ancien des Carabins, le receveur Régis Cibasu, s’est entendu avec les Alouettes. Repêché en 2018 par les Argonauts, il était revenu disputer une cinquième saison universitaire à Montréal avant de faire le saut chez les professionnels. Les Argonauts l’ont utilisé dans leurs unités spéciales et comme centre arrière en 2019.

Finalement, Jason Lauzon-Séguin, premier choix du Rouge et Noir en 2016, s’amène aussi à Montréal. Ce membre de l’équipe d’étoiles de l’Est en 2017 a été utilisé autant comme garde que comme bloqueur en 54 matchs à Ottawa.

Du français aux quatre coins du vestiaire

Les Alouettes ont présenté les cinq Québécois dans une même visioconférence d’où se dégageait déjà une franche camaraderie.

Même s’ils n’en sont pas tous au même point dans leur carrière, les cinq footballeurs n’ont pas caché leur plaisir de rentrer à la maison, que ce soit pour des raisons familiales ou professionnelles.

Les liens sont nombreux entre les nouveaux venus et d’autres membres de l’organisation.

J’en parlais avec P.L. (Caron) il y a deux jours. Et on se disait que notre équipe de bottés de dégagement pourrait être francophone au complet, a souligné Alexandre Chevrier.

Chevrier retrouve son partenaire Alexandre Gagné, mais il aura aussi la chance de jouer avec Jason Lauzon-Séguin pour la première fois depuis le cégep. Ils faisaient alors équipe avec le Noir et Or de Valleyfield.

De son côté, Lauzon-Séguin aura la chance de retrouver une filière du Rouge et Or, reconnue pour développer d’excellents joueurs de ligne offensive sous la gouverne de Carl Brennan à Québec.

Luc Brodeur-Jourdain, lui aussi un ancien de l’Université Laval, est maintenant entraîneur de la ligne offensive montréalaise. Il se retrouvera avec trois anciens de son alma mater en lutte pour des postes : Lauzon-Séguin, Philippe Gagnon et Samuel Thomassin, repêché au deuxième tour par les Alouettes, l’an dernier.

Si le virage francophone de l’équipe semble évident, les joueurs ne croient pas qu’il s’agisse simplement d’un coup de marketing.

« Je pense que ça démontre que le talent au Québec est quand même très fort. Je pense que tous les joueurs que Montréal a signés et qui sont francophones vont avoir un gros impact l’an prochain. »

— Une citation de  Alexandre Chevrier

Jason Lauzon-Séguin a immédiatement renchéri sur les propos de son coéquipier.

Si on se souvient de la Coupe Grey en 2016, les deux équipes, Calgary et Ottawa, étaient remplies de francophones.

Pierre-Luc Caron a déclaré en riant qu’il ne se souvenait pas vraiment de ce match, car il était du côté des Stampeders qui se sont inclinés devant le Rouge et Noir de Lauzon-Séguin.

Les deux anciens des Carabins ne sont pas dans la même situation que leurs nouveaux coéquipiers, puisqu’ils n’ont qu’une saison professionnelle derrière eux.

Exumé et Cibasu visent naturellement un poste de partant au sein de la défense et de l’attaque des Moineaux et croient que ça pourrait les aider de se retrouver dans une organisation où des membres du personnel football les connaissent bien.

Il ne reste plus qu’à trouver du temps de jeu pour tout ce beau monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !