•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président des JO de Tokyo n'est plus apte à occuper son poste, selon un sondage

Le président du comité organisateur des JO de Tokyo s'adresse à la foule.

Yoshiro Mori

Photo : Getty Images / Matt Roberts

Agence France-Presse

Près de 60 % des personnes interrogées estiment que Yoshiro Mori, le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo, n’a plus la légitimité pour exercer cette fonction après avoir tenu des propos sexistes, selon un sondage de l’agence de presse Kyodo publié dimanche.

M. Mori s'est depuis excusé pour avoir déclaré que les femmes parlent trop lors des réunions, et le Comité international olympique (CIO) a estimé l'affaire close après ses excuses.

Dans ce sondage, 59,9 % des personnes interrogées jugent que M. Mori, un ancien premier ministre de 83 ans, n'est plus légitime pour exercer cette fonction, seulement 6,8 % étant d'un avis contraire. Kyodo ne précise pas l'avis des 33,3 % restants.

J'en suis restée coite, car de tel propos ne devraient pas être permis, avait déclaré vendredi la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, citée par cette même agence.

Le chef du Comité olympique japonais, Yasuhiro Yamashita, avait jugé lui-même que les commentaires de M. Mori étaient inappropriés et contraires à l'esprit des Jeux olympiques et paralympiques, sans toutefois appeler à sa démission, selon des médias locaux.

La vedette japonaise du tennis Naomi Osaka a critiqué samedi les propos de M. Mori, considérant qu'ils émanaient d'un ignorant.

Une pétition en ligne réclamant sa démission a reçu plus de 128 300 signatures, dont celle du compositeur Ryuichi Sakamoto, lauréat de l'Oscar de la meilleure musique de film en 1988 pour Le dernier empereur.

Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés d'un an en raison de la pandémie, doivent s'ouvrir le 23 juillet. Selon le sondage de Kyodo, 47,1 % des personnes interrogées pensent qu'ils devraient être encore remis, tandis que 35,2 % se prononcent pour une annulation pure et simple, seulement 14,5 % des 1023 personnes interrogées sur deux jours au téléphone jugeant qu'ils doivent se tenir à la date prévue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !