•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La LNH modifie son protocole contre la COVID-19 après une flambée de cas

L'entraîneur porte un masque.

Ralph Krueger derrière le banc des Sabres

Photo : Getty Images / Kevin Hoffman

La Presse canadienne

La Ligue nationale de hockey (LNH) a procédé jeudi à une série de modifications à son protocole de dépistage de la COVID-19 en raison d'une flambée de cas parmi ses joueurs.

Le panneau de verre situé derrière les bancs sera retiré afin de permettre une meilleure circulation de l'air, et aucun joueur ni aucun entraîneur n'auront accès à l'amphithéâtre moins de 1 h 45 min avant la mise au jeu initiale d'un match.

Seuls les joueurs qui doivent recevoir des traitements pourront y accéder avant cette période, et toutes les rencontres d'équipe devront être virtuelles.

Cette modification ne fait pas l'unanimité parmi les joueurs. Andrew Copp, représentant du syndicat des joueurs pour les Jets de Winnipeg, affirme qu'il sera encore plus difficile pour les joueurs de se préparer mentalement et physiquement avant les rencontres avec ce nouvel horaire. Il ajoute que ce temps de préparation est nécessaire pour minimiser les risques de blessures.

Vous savez, certains gars se présentent à l'aréna à 16 h, alors que le match commence à 19 h. Ils font de la visualisation, préparent leur corps pour être au mieux pour les amateurs et tentent de limiter au maximum les risques de blessure. C'est certain que nous allons contester cette mesure.

Une citation de :Andrew Copp, attaquant des Jets de Winnipeg

De plus, la ligue a demandé que les équipes réaménagent leur vestiaire afin qu'il y ait deux mètres entre chaque casier pour respecter la distanciation physique.

Le commissaire adjoint Bill Daly a confirmé ces modifications dans un courriel expédié à l'Associated Press.

La LNH ne songe toutefois pas à ajouter des tests de dépistage rapide au protocole actuel, contrairement à la NBA.

Plus de 40 joueurs de 12 équipes se trouvent sur la liste des joueurs affectés par la COVID-19. Ils peuvent avoir reçu un test positif, être entrés en contact avec une personne qui a reçu un test positif, être en confinement préventif, avoir reçu un faux test positif ou encore se trouver en quarantaine en vue d'un voyage.

Les équipes touchées s'accumulent

Cinq organisations ont interrompu leurs activités à cause de diverses éclosions : les Golden Knights de Vegas, les Devils du New Jersey, les Sabres de Buffalo, dont l'entraîneur-chef Ralph Krueger a reçu un résultat positif jeudi matin, le Wild du Minnesota et l'Avalanche du Colorado.

L'équipe basée à Denver s'est ajoutée au lot jeudi soir et sera à l'arrêt au moins jusqu'au 11 février. Quatre affrontements étaient à l'horaire d'ici à cette date. Son centre d'entraînement a aussi été fermé.

Du côté des Sabres, le défenseur Rasmus Ristolainen et l’attaquant Taylor Hall figurent sur la liste du protocole de dépistage du coronavirus.

Taylor Hall se tourne la tête durant un entraînement des Sabres de Buffalo.

Taylor Hall a récolté 9 points en 10 matchs cette saison.

Photo : Getty Images / Rob Carr

L’équipe devait affronter les Islanders à New York, jeudi, ainsi que les Bruins à Boston, samedi et lundi, avant de renouer avec son domicile le 11 février face aux Capitals de Washington. Ses installations sportives demeurent fermées. Elle a disputé son dernier match le 31 janvier contre les Devils du New Jersey, équipe avec 14 joueurs qui suivent le protocole pour la COVID.

La saison du Wild a été mise sur pause mercredi, avec l’ajout de cinq joueurs sur la liste de dépistage. L’équipe ne pourra reprendre l’action avant le 9 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !