•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mikaël Kingsbury réussit son retour avec une victoire à Deer Valley

Il lève bras et ski dans les airs.

Mikaël Kingsbury lors de la confirmation de sa victoire à Deer Valley.

Photo : La Presse canadienne / Rick Bowmer/AP

Radio-Canada

Le Canadien Mikaël Kingsbury a repris là où il avait laissé en Coupe du monde avant de se fracturer les vertèbres T4 et T5, le 29 novembre, lors d'un entraînement avant le début de la saison à Ruka, en Finlande.

Jeudi, le bosseur de Deux-Montagnes a triomphé sur sa piste fétiche à Deer Valley, lieu de ses deux sacres lors des Championnats du monde de 2019.

Ça fait du bien de gagner, de revenir, avec les derniers mois que j’ai eus. Être de retour, c’est le meilleur feeling au monde, de revenir en super finale et d’être capable d’aller chercher une victoire. Je sais maintenant que je suis capable de le refaire à n’importe quel départ cette année, a dit le champion olympique lors d'une visioconférence en soirée.

En tête après les qualifications, Kingsbury a été quelque peu déstabilisé entre les deux sauts lors de sa première descente en finale. Son second rang, derrière son grand rival japonais Ikuma Horishima, lui a quand même ouvert les portes de la super finale, réservée aux six premiers.

Le Québécois y est allé d'une autre descente signature (lisez ici un sans-fautes) pour décrocher la 64e victoire de sa carrière en Coupe du monde... à son 110e départ.

Kingsbury a obtenu une note de 88,1 pour conclure devant le Français Benjamin Cavet (86,25) et l'Australien Matt Graham (84,44).

Les meilleurs gars qui étaient en super finale avec moi. C’est un retour vraiment en force, ce n’était pas facile, le monde skiait bien. Quand j’ai croisé la ligne, et que j’ai vu l’erreur d'Ikuma, je savais que j’allais gagner.

Une citation de :Mikaël Kingsbury

Horishima, 2e au classement de la spécialité derrière le Suédois Ludvig Fjallstrom, 4e du jour, a posé la main à la réception de son second saut et a dû se contenter du 5e rang.

Ça adonnait bien que je sois 2e pour rentrer en super finale parce que j’allais mettre toute la pression sur Ikuma, pis il n’a jamais vraiment bien réagi sous la pression dans le passé. S’il avait atterri son saut, ça aurait été serré. Quand t’es un gagnant, dans les moments comme ça, il faut aller chercher des victoires.

Malgré sa victoire, Kingsbury sent qu'il a encore besoin d'un peu de millage pour retrouver sa forme de compétition, lui qui participait à sa première course en 11 mois. Il n'aura pas à attendre très longtemps puisque vendredi se tiendra une épreuve de bosses en parallèle de laquelle il partira avec un meilleur dossard que le 39 qu'il endossait aujourd'hui.

Je suis allé voir sur Internet qui avait déjà porté le 39. Ce n’est pas un numéro ultra populaire. J’ai vu Logan Couture, Dominik Hasek. Je me suis dit que j’allais le rendre spécial pour moi. C’est sûr que c’est le fun quand il est jaune, tu es imposant autour de toi, tu es le leader.

Seul le Britanno-Colombien Brenden Kelly (13e) s'est aussi qualifié pour la finale. Les autres ont été stoppés en qualifications : Jordan Kober (28e), Elliot Vaillancourt (31e), Gabriel Dufresne (32e) et Kerrian Chunlaud (37e).

Encore Laffont

Côté féminin, la victoire est allée à la Française Perrine Laffont qui demeure invaincue en quatre sorties cette saison. Avec un score de 83,23, la détentrice du dossard jaune a devancé les Japonaises Anri Kawamura et Kisara Sumiyoshi.

Aucune Canadienne ne s'est qualifiée pour la super finale. La Québécoise Sofiane Gagnon a signé la meilleure prestation avec 10e place devant un tir groupé de représentantes de l'unifolié : Justine Dufour-Lapointe (11e), Berkley Brown (12e), Maia Schwinghammer (13e) et Valérie Gilbert (15e).

Chloé Dufour-Lapointe, elle, n'a pas complété les qualifications.

Vendredi, les athlètes renoueront avec le parcours abrupt de Deer Valley pour une épreuve de bosses en parallèle qui sera présentée en webdiffusion sur le site de Radio-Canada Sports avec la description Michel Chabot et à l'analyse de Jean-Luc Brassard.

Cliquez ici pour le détail de notre calendrier de diffusions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !