•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coupe Rogers devient l’Omnium Banque Nationale

Un stade de tennis rempli.

Le stade IGA au parc Jarry

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Chabot

Trois semaines après son équipe de soccer, Montréal voit son tournoi de tennis international changer de nom et de logo.

Après une vingtaine d'années sous le nom de Coupe Rogers, le tournoi sera maintenant connu sous le nom d’Omnium Banque Nationale présenté par Rogers. L’entente entre l’institution financière et la fédération nationale de tennis est de 10 ans. Le montant du partenariat n’a pas été dévoilé.

L’entreprise de télécommunications Rogers demeure toutefois partenaire de Tennis Canada et de l’événement. Le réseau de télévision Rogers Sportsnet conservera d’ailleurs les droits de télédiffusion jusqu’en 2025.

En fait, c’est comme si nos deux partenaires principaux changeaient de rôle, a expliqué Eugène Lapierre, le directeur de l’Omnium Banque Nationale. On ne mentionnera pas l’ordre de grandeur, mais oui, c’est avantageux financièrement pour Tennis Canada. On a eu une année difficile avec l’annulation de la Coupe Rogers 2020. On était en train de couler, mais là, on a la tête hors de l’eau. Et on espère pouvoir flotter de nouveau sous peu.

Ce nouveau partenariat, espère Tennis Canada, permettra de sécuriser le financement privé de la fédération pour les prochaines années. La Banque Nationale, qui est partenaire de Tennis Canada depuis le tournoi de Granby en 2003, a d’ailleurs insisté pour qu’une portion de sa participation financière soit investie dans le développement du tennis féminin.

Les jeunes filles sont moins nombreuses que les garçons à jouer et, surtout, elles abandonnent plus rapidement à l’adolescence que les garçons.

On veut qu’il y ait une meilleure rétention, a dit Lapierre. Il faut peut-être mieux adapter nos programmes et, surtout, trouver une façon de compter sur plus d’entraîneuses. Il n’y a pas de secret là-dedans. S’il y a plus de femmes parmi nos entraîneurs, les filles vont s’identifier davantage à ces modèles.

En point de presse, il a aussi dit qu'il avait bon espoir que le tournoi de 2021 prévu au mois d’août serait présenté.

On est très confiants qu’on tiendra le tournoi et on espère qu’on pourra avoir du public sur le site, a dit Eugène Lapierre. On a dit à la WTA de nous inclure à son calendrier, parce qu’on a l’intention ferme de présenter le tournoi. On va mettre des mesures en place pour garantir la sécurité de tout le monde. On a beaucoup de travail à faire pour se rendre là.

Nous sommes tributaires des décisions gouvernementales, a-t-il ajouté. On doit d’abord pouvoir faire entrer les athlètes. On doit présenter un plan qui va assurer la sécurité de tout le monde. On va créer une bulle étanche, sans contact avec le public. Après, on verra si on peut accueillir un peu de public, beaucoup de public ou pas du tout.

Lapierre a hâte au retour d’Andreescu

Bianca Andreescu a fait une courte apparition vidéo lors du point de presse virtuel de Tennis Canada. Elle avait enregistré un message à Dubaï, où elle s’était entraînée en décembre et en janvier avant de mettre le cap vers l’Australie.

Or, la championne en titre de la Coupe Rogers a annoncé lundi soir qu’elle renonçait au tournoi préparatoire qu’elle devait disputer avant les Internationaux d’Australie. Eugène Lapierre ne semble pas trop s’en inquiéter.

Elle sourit.

Bianca Andreescu serre le trophée de la Coupe Rogers très fort.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Ça fait tellement longtemps qu’elle n’a pas joué et on s'entendait tous pour dire que ce serait bien qu’elle dispute quelques matchs avant le premier grand chelem de la saison, mais il faut croire qu’elle ne se sentait pas prête au maximum. C’est une joueuse très perfectionniste, donc j’espère que c’est un bon signe et qu’elle veut arriver super prête. L’histoire nous le dira.

Bianca Andreescu a dû se soumettre à une quarantaine stricte de deux semaines à son arrivée en Océanie, sans possibilité de quitter sa chambre d’hôtel pour s’entraîner.

Son entraîneur, Sylvain Bruneau, avait contracté la COVID-19. Or, il a pu quitter sa chambre d’hôtel lui aussi au cours des derniers jours.

Il n’a pas trouvé la quarantaine facile, mais il m’a dit qu’il avait ressenti des symptômes très légers de la maladie et c’est une bonne nouvelle. C’est un gars en forme. Il a surtout ressenti les effets du confinement forcé, a conclu Eugène Lapierre.

Les Internationaux d’Australie débuteront le 8 février, mais le 7 au soir pour le Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !