•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie ne contestera pas sa suspension de deux ans

Une enseigne devant le siège de l'Agence russe antidopage

Les bureaux de la RUSADA à Moscou

Photo : Reuters / Maxim Shemetov

La Presse canadienne

L'Agence antidopage russe, la RUSADA, a confirmé lundi qu'elle n'allait pas déposer un appel afin d'obtenir un plus grand relâchement des restrictions imposées aux équipes russes en vue des Jeux olympiques et autres événements sportifs majeurs.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait statué le mois dernier que le nom de la Russie, son drapeau et son hymne allaient être interdits pour les deux prochains Jeux olympiques en appui aux découvertes de l'Agence mondiale antidopage (AMA) au sujet des données manipulées par le pays.

Cependant, le TAS a diminué de moitié la durée des sanctions de quatre ans à deux ans, a retiré l'exigence d'antécédents vérifiés pour les athlètes, en plus de leur permettre de porter les couleurs de la Russie.

La RUSADA pouvait porter en appel ce jugement du TAS en Cour suprême suisse sur des bases procédurales. Elle a indiqué lundi qu'elle trouvait toujours que ce jugement au sujet des manipulations de données par Moscou était partial et biaisé, mais qu'elle est satisfaite que le TAS a rejeté les sanctions plus sévères proposées par l'AMA.

Nous considérons ce chapitre maintenant clos et avons hâte de travailler de concert avec l'AMA afin de pleinement restaurer le statut de la RUSADA, a indiqué l'agence par communiqué.

Elle a ajouté qu'elle demeure totalement engagée dans la lutte contre le dopage, mais continuera de défendre les droits des athlètes russes propres et à s'opposer à toute forme de discrimination envers le sport russe.

Le ministre russe des Sports, Oleg Matytsin, semble appuyer cette décision.

Nous respectons la décision de la RUSADA, a-t-il déclaré dans des commentaires rapportés par l'agence de presse gouvernementale TASS. De notre côté, nous allons tout faire afin que le sport russe soit propre. Nous allons mettre sur pied des programmes d'éducation, coopérer avec les fédérations, les régions, le Comité olympique russe, ainsi que les organisations internationales afin de nous assurer du développement d'un sport russe propre et de l'inadmissibilité du dopage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !