•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lara Gut-Behrami remporte le super-G de Crans Montana, Marie-Michèle Gagnon est 13e

Elle lève les bras au ciel.

Lara Gut-Behrami

Photo : afp via getty images / FABRICE COFFRINI

Radio-Canada

La Suisse Lara Gut-Behrami a surmonté dimanche une semaine difficile, avec une polémique à domicile puis de grosses douleurs, pour remporter le super-G de Crans Montana et creuser l'écart dans la course au globe de la spécialité.

Revenue à son meilleur niveau depuis un an, Gut-Behrami (1 min 15 s 63/100) a devancé l'Autrichienne Tamara Tippler de 0,93 s et l'Italienne Federica Brignone de 1,02 s.

Privée de succès pendant deux ans dans sa discipline fétiche, elle gagne son deuxième super-G de suite après celui de Sankt Anton, à la mi-janvier, et conforte son dossard rouge de meneuse de la spécialité avec 76 points d'avance sur la Suisse Corinne Suter.

Je m'attendais à une piste plus rapide et plus compliquée, a expliqué Gut-Behrami au micro de la RTS, regrettant quelques erreurs sur le haut du tracé sur une neige adoucie par les températures clémentes.

La seule canadienne en lice, Marie-Michèle Gagnon, a terminé 13e à 1,82 s de la meneuse. Il s'agit de son meilleur résultat cette saison dans cette épreuve.

Samedi, elle avait pris le 11e rang de la descente. Elle a avoué que son but à court terme était de terminer ses courses pour retrouver sa confiance.

Ces deux derniers jours, j’ai fait des descentes solides sans trop prendre de risques parce que je voulais vraiment amasser des points, mais aussi pour me donner un peu de confiance, a soutenu Gagnon.

Elle souhaite poursuivre ce crescendo jusqu’aux Championnats du monde qui débuteront le 8 février, à Cortina d’Ampezzo, en Italie.

Ce qui est cool, c’est qu’avant, lorsque je jouais de prudence, ça me donnait une 25e place, a-t-elle analysé. Maintenant, c’est presque dans le top 10. Je vois que j’ai fait de belles améliorations dans mon ski. C’est encourageant et, maintenant, je vais essayer de prendre plus de risques dans chaque course.

Gut-Behrami creuse l’écart pour le globe du super-G

Ses rivales pour le globe du super-G, qui la talonnaient de cinq points seulement avant l'étape valaisanne, finissent loin. Corinne Suter a rattrapé une grosse faute, mais a pris le 9e rang, et Ester Ledecka, qui avait lourdement chuté samedi en descente, s'est classé bien au-delà du top 10.

Avant d'empocher sa 28e manche de Coupe du monde, la gagnante du grand globe de cristal en 2016 a connu des jours éprouvants, qualifiant mardi la piste du Mont-Lachaux de désastre après le premier entraînement de descente, au grand dam de la direction de course.

Handicapée par des douleurs dans le dos et le bassin, qui la gênaient pour marcher, elle a ensuite pris la 16e puis la 2e place des deux descentes vendredi et samedi, derrière l'Italienne Sofia Goggia partie à la faute dimanche sur le super-G.

Je me sens rigide comme un vieux valet, mais sur les skis il n'y a pas de problème, ça va nettement mieux par rapport à hier, a raconté Lara Gut-Behrami, toujours sous antidouleurs.

Au classement général, la Slovaque Petra Vlhova a payé son dossard no 1 et son absence de repères d'une sortie sur le haut du tracé, mais garde plus de 100 points d'avance sur la Suisse Michelle Gisin.

Benjamin Thomsen, meilleur Canadien à Kitzbühel

Le Suisse Beat Feuz a confirmé qu'il était le maître de la Streif en s'imposant dans la descente de Kitzbühel, deux jours après sa première victoire dans la classique des classiques en Autriche.

Le triple tenant du titre du globe de descente a devancé le Français Johan Clarey de 0,17 s et l'Autrichien Matthias Mayer, 2e vendredi, de 0,38 s.

Aucun skieur n'avait réussi le doublé la même année dans la station du Tyrol depuis Luc Alphand, en 1995. Une performance rendue possible cette année par l'annulation de l'autre classique à Wengen (Suisse), à cause de cas de COVID-19 dans la station, qui a permis à Kitzbühel de récupérer une descente.

Benjamin Thomsen, 34e, a été le meilleur skieur canadien du jour. Jeffrey Read a fini 39e, Broderick Thompson 46e et James Crawford 47e.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Sportcom

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !