•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Katherine Stewart-Jones signe le meilleur résultat de sa carrière

Une skieuse pendant une compétition internationale de ski de fond.

Katherine Stewart-Jones de Chelsea en compétition (archives).

Photo : nordicfocus / Modica/NordicFocus

Après de longs mois d’attente, Katherine Stewart-Jones a finalement pu constater la qualité de sa préparation. La fondeuse de Chelsea a amorcé sa saison avec le meilleur résultat de sa carrière en Coupe du monde samedi.

Elle a terminé au 24e rang du skiathlon de Lahti, en Finlande, une épreuve de 15 km, moitié style classique et moitié style libre.

Ça fait vraiment du bien de commencer la saison comme ça, surtout que ça fait très longtemps que je n’avais pas fait de courses, a-t-elle mentionné en entrevue avec Radio-Canada, après avoir conclu l'épreuve en 41 min 8 s et 6/10.

Sa dernière compétition remontait à février 2020 et son début de saison a été retardé en raison de la pandémie. Malgré tout, Stewart-Jones n’a pas été surprise de son résultat.

J’avais tellement eu une bonne saison d’entraînement. Je croyais que je m’étais améliorée depuis l’an passé, donc je m’attendais à un bon résultat, mais de le faire à la première course, c’est encore meilleur, a raconté l’athlète de 25 ans qui a été la meilleure Canadienne de la journée.

Ça aide vraiment ma confiance de savoir que ma forme est là et que j’ai encore plein de possibilités d’avoir de bons résultats.

Une citation de :Katherine Stewart-Jones

La membre du club Nakkertok participera dimanche au relais 4 X 5 km pour conclure sa première Coupe du monde de ski de fond de la saison.

Elle et l’équipe canadienne se rendront ensuite en Suède le weekend prochain pour continuer leur préparation en vue des Championnats du monde prévus à la mi-février en Allemagne.

Stewart-Jones a bon espoir pour la tenue des prochains événements en raison des protocoles sanitaires mis en place. On porte nos masques partout, on se fait tester à peu près tous les trois jours. On est dans une bulle avec juste les filles de la Coupe du monde, a-t-elle expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !