•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre-Luc Dubois et John Tortorella lancent un appel au calme

Il félicite un autre joueur.

John Tortorella (à l'arrière) n'a utilisé Pierre-Luc Dubois (à gauche) que pour 3 min 55 s de jeu contre le Lightning.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Associated Press

Pierre-Luc Dubois et l’entraîneur-chef des Blue Jackets de Columbus, John Tortorella, ont voulu tempérer les choses, vendredi, au lendemain d’un revers contre le Lightning de Tampa Bay au cours duquel le centre québécois n’a disputé que 3 min 55 s.

Ils s’entendent sur ceci : l’athlète de 22 ans a été bien discret cette saison (un but et sept tirs lors des quatre matchs précédents).

Peu avant le début du camp d’entraînement, Dubois a accepté un contrat de 10 millions de dollars pour 2 ans, mais il n’a pas caché son souhait de changer d’équipe.

Jeudi, Tortorella l’a laissé sur le banc après cinq présences sur la glace au premier tiers. Le Lightning a gagné 3-2 en prolongation.

Dubois a voulu mettre les choses en perspective, vendredi, mais a toutefois refusé d’expliquer pourquoi il veut quitter Columbus.

Ce n’était pas la première fois qu’il me laissait sur le banc, a dit Dubois. Et je ne suis pas le premier gars à qui ça arrive.

Que ce soit Tortorella ou un autre entraîneur, certains gars ne jouent pas, et je crois qu’il faut en retirer quelque chose. C’est sûr que je ne veux pas que ça se répète. Et dans cette optique-là, je dois mieux jouer.

Une citation de :Pierre-Luc Dubois, attaquant des Blue Jackets de Columbus

Tortorella a mentionné qu’il ne sait pas encore si l’ancien porte-couleurs des Screaming Eagles du Cap-Breton et de l’Armada de Blainville-Boisbriand jouera samedi contre le Lightning.

Il a insisté pour dire qu’il traite Dubois comme tout autre joueur qui ne répondrait pas à ses hautes attentes. Il veut voir un effort constant, des replis défensifs et du jeu dynamique sans la rondelle.

[Qu’il ait été laissé au banc], ça s’explique par tout ce qui se passe dans son début de saison, a dit Tortorella. Plusieurs personnes en font toute une histoire. On le voit parfois avec les médias. Je ne vais pas modifier nos standards de jeu, notre culture et nos façons de faire.

La saison dernière, Dubois a récolté 18 buts et 31 passes en 70 matchs.

C’était une décision de l’entraîneur, a souligné Dubois. C’est hors de mon contrôle. Comme je l’ai dit, je peux mieux jouer. Je le sais, et le reconnais.

Mais en ce qui concerne jeudi, l’entraîneur est payé pour diriger, les joueurs sont payés pour jouer. Il n’y a pas grand-chose que je peux contrôler dans cette décision-là, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !