•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élite du hockey féminin canadien reprend l'entraînement

Marie-Philip Poulin (no 29)

Marie-Philip Poulin (no 29)

Photo : La Presse canadienne / Nicole Osborne

La Presse canadienne

Cela fait maintenant 10 mois que les hockeyeuses de l'équipe canadienne n'ont pas été réunies sur la patinoire. Cette longue inactivité prendra fin mardi, au grand bonheur de Marie-Philip Poulin, qui trépigne d'impatience à l'idée de s'entraîner avec ses coéquipières.

Les dirigeants de Hockey Canada ont obtenu les exemptions nécessaires de la part de la santé publique de l'Alberta afin de tenir un camp d'entraînement de 14 jours à Calgary durant la crise sanitaire.

Capitaine de la formation canadienne, Poulin s'est désespérément ennuyée de la compétition et de la camaraderie depuis le printemps 2020.

Ç'a une grande signification. Ça fait longtemps que l'on attend, indique-t-elle. Le simple fait d'être ici, en groupe à Calgary, de retourner sur la glace et rétablir les liens, ce sera magnifique.

L'ensemble des joueuses et du personnel ont reçu la directive de s'isoler pendant sept jours et de se soumettre à un test de dépistage du coronavirus avant de prendre la direction de Calgary. Des 47 athlètes invitées, 35 sont arrivées en Alberta dimanche pour amorcer leur quarantaine dans leur chambre d'hôtel et subir quatre tests en cinq jours.

À moins qu'il n'y ait des résultats positifs, les joueuses doivent commencer à patiner par groupe de trois mardi, avant que l'effectif n'augmente jeudi. Trois matchs intraéquipes sont au programme.

Ces femmes veulent seulement avoir l'occasion de compétitionner un peu les unes contre les autres. C'est l'un des éléments les plus importants que nous pourrons leur offrir à ce camp, a noté l'entraîneur-chef Troy Ryan.

Ça leur apporte une sorte de retour à la normale. Bien que ça paraisse tout à fait différent, je pense que ça leur procure un peu d'espoir, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les 12 hockeyeuses invitées qui ne sont pas à Calgary, leur absence a été décrite par les termes incapables de se présenter. Elles peuvent donc être blessées, avoir des engagements universitaires ou avoir été exposées à la COVID-19.

Elles participeront toutefois à des activités et à des rencontres virtuelles, a mentionné la directrice des équipes nationales féminines du Canada, Gina Kingsbury.

Hockey Canada engagé à tenir le mondial féminin

Au-delà du camp d'entraînement, l'incertitude demeure quant à la tenue du Championnat du monde de hockey féminin, qui est prévu à Halifax et à Truro, du 7 au 17 avril 2021. L'édition 2020 devait se tenir dans ces deux mêmes villes de la Nouvelle-Écosse, mais a été annulée en raison de la pandémie.

L'organisation du mondial junior, qui s'est terminée le 5 janvier à Edmonton, et la gestion sanitaire de l'équipe canadienne ont ouvert la voie au camp d'entraînement de la formation féminine et pour la possible présentation du mondial au printemps.

J'entends de Hockey Canada que l'engagement est là. S'il y a un pays qui peut y arriver, c'est certainement nous et nous l'avons démontré avec le Championnat mondial junior, a déclaré Kingsbury.

C'est une question de savoir à quel moment ça pourrait se faire dans l'année. J'ai bon espoir que ça va arriver au printemps. Ce pourrait être quelques semaines plus tard ou un mois plus tard, a-t-elle enchaîné.

Le dernier match international de l'équipe féminine du Canada remonte au 8 février 2020, pour une série de cinq matchs d'exhibition contre les États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !