•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le repos, l'arme de prédilection du Canadien

Il repousse la rondelle du côté gauche de son filet alors que cinq joueurs sont à ses côtés.

Jake Allen réalise un arrêt en pleine circulation.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Les bénéfices de la nouvelle mouture du Canadien avaient déjà été visibles à l’attaque dans les deux premiers matchs. C’est maintenant à l’arrière que ça rapporte.

Avec, à la clé, un résultat similaire : le CH engrange des points ô combien précieux dans ce début de saison de six matchs à l’étranger.

Autre soirée à Edmonton, autre victoire convaincante. Le Tricolore vient de balayer les Oilers dans une courte série de deux matchs en Alberta grâce à une victoire de 3-1. Connor McDavid et Leon Draisaitl, le monstre à deux têtes de la LNH tel que popularisé par Phillip Danault, ont été limités à une maigre passe en deux rencontres. C’est peu.

Ils avaient enregistré huit points à eux seuls dans leur duel précédent l’arrivée des Montréalais.

Le CH connaîtra ses écueils, évidemment. Peut-être peinera-t-il à se hisser en séries dans cette division canadienne aux forces équivalentes, mais, pour le moment, l’enthousiasme communiqué par les dirigeants du club avant le début de la saison peut être partagé par le plus grand nombre.

Ce que Marc Bergevin avait promis se confirme jusqu’à présent, en tenant compte qu’il n’y a que trois petites rencontres jouées. N’empêche.

Les performances de l’équipe dans cet horaire condensé de 56 matchs en 116 jours pourraient bien être guidées par le repos collectif et le Canadien s’arrange pour trouver des moments de répit dans tous les recoins de la saison.

Le gardien auxiliaire

Premier départ pour Jake Allen, l’auxiliaire de luxe à 4,35 millions de dollars, première victoire. Et une prestation inspirée.

Allen a été passablement occupé dès l’entame et a dû repousser les assauts des Oilers en première période. Ceux-ci ont perdu tout de leur superbe dès le but d’Alexander Romanov, son premier dans la Ligue nationale, un tir mal jugé par leur gardien Mikko Koskinen.

Le Canadien a toutefois écopé de trois punitions d’affilée et Edmonton a tenté de retrouver un peu de mordant au cours des 5 min 28 s d’affilée passées en avantage numérique, dont 33 secondes à 5 contre 3.

Allen a repoussé seulement deux tirs pendant la séquence, mais 12 au total du premier engagement, et a fait basculer le match à ce moment selon son entraîneur.

Je l’ai trouvé très calme ce soir. Il avait une bonne concentration. En même temps, c’est un gardien expérimenté, ce n’est pas son premier match dans la Ligue nationale, mais quand même c’était spécial son premier match avec le Canadien. Il a été excellent. En désavantage, notre gardien a été extrêmement bon, a dit Claude Julien.

Ils étaient prêts dès le départ. [Jake] était prêt avant nous. Il a résisté. C’était probablement bon pour lui d’avoir des lancers dès le début. Il n’avait pas joué depuis longtemps.

Shea Weber

C’était bien de voir de l’action en première période, a confirmé Allen.

Sa présence, calme, rassurante, était à l’opposé de ce que dégageait son vis-à-vis avec une conséquence directe sur la tenue de leur équipe respective.

Weber reçoit les félicitations de ses coéquipiers en passant devant le banc.

Le défenseur Shea Weber a inscrit son premier but de la saison.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Le plus surprenant, jusqu’à un certain point, est le contexte dans lequel Julien a décidé d’octroyer son premier départ à son gardien auxiliaire. Carey Price aurait très bien pu amorcer un troisième match en six jours, surtout qu’il ne s’agissait pas d’un programme double en 24 heures.

L’an dernier, Keith Kinkaid (oui, oui, mauvais souvenir, d’accord), avait patienté jusqu’au 30 novembre avant qu’on lui confie un match sans que ce soit une situation de deux rencontres en deux soirs. C’est d’ailleurs la dernière fois qu’on l’a vu dans un chandail bleu, blanc et rouge.

Le CH joue trois fois en quatre soirs à Vancouver cette semaine. Il y a fort à parier qu’Allen verra à nouveau de l’action. Julien ne ment pas lorsqu’il assure que le plan est de permettre à Carey Price de souffler cette année.

C’est difficile de respecter le plan, confiait-il lundi matin. Si Allen continue à jouer de cette façon, ça devrait rendre plus faciles les décisions de l’entraîneur. Et tout le monde sera bien reposé.

Des outils en désavantage numérique

Le Tricolore a bien failli se tirer dans le pied. Il y a bien sûr eu cette séquence de 5 min 28 s en désavantage sans interruption, mais, surtout, les Montréalais ont envoyé McDavid et ses copains jouer avec l’avantage d’un homme (ou deux) à sept reprises.

On parle ici de l’unité d’avantage numérique qui, en 2019-2020, a été la plus performante des trois dernières décennies et a terminé au 4e rang de l’histoire de la LNH à 29,5 % d’efficacité.

Si on y ajoute les trois punitions de samedi dernier, les Oilers ont gaspillé leurs 10 occasions. 0 en 10.

Pourquoi? Manque de flair offensif – une fois n’est pas coutume – manque de cohésion, fatigue des Oilers, certainement. La raison des succès du CH repose d’abord et avant tout dans la distribution du temps de glace en infériorité.

Depuis son arrivée avec le Canadien, Julien a toujours peiné à assembler trois duos d’attaquants pour repousser les foudres de l’adversaire. Il en a utilisé sept lundi soir et sait qu’il peut miser sur huit d’entre eux, mais il a préféré jouer de prudence dans le cas de Josh Anderson qui a retraité momentanément au vestiaire en première période.

Cette utilisation équilibrée facilite la vie du CH.

Ça nous permet de mettre de la pression pour ne pas leur donner une sortie de zone trop facile, mais en zone défensive aussi ça nous aide à être beaucoup plus actif. Plus on avance, plus on semble prendre de la confiance de ce côté. Mais il ne faut pas oublier que ton gardien doit être ton meilleur joueur en désavantage numérique et Jake a fait de gros arrêts, a expliqué l’entraîneur.

Et ces munitions supplémentaires qui ont permis d’améliorer la structure en désavantage, dixit Jake Allen, viennent des embauches de Bergevin (Tyler Toffoli, Joel Edmunson, Josh Anderson) et de la progression des jeunes de l’organisation, au premier chef Nick Suzuki et l’impressionnant Jake Evans.

La rotation à cinq contre cinq

Julien ne répartit pas uniquement le temps de glace en infériorité; à cinq contre cinq aussi. Tandis que McDavid et Draisaitl passent entre 22 et 23 minutes sur la patinoire, Phillip Danault est l’attaquant le plus utilisé à 18 min 36 s. Le neuvième attaquant pour l’utilisation, Artturi Lehkonen, a joué 12 min 47 s.

Tous de petits gains que Julien espère voir se transformer en grandes victoires plus la saison avancera.

Là encore, le manque de profondeur des dernières années ne permettait pas ce genre de rotation destinée à garder les joueurs reposés et donc, harassants et combatifs.

L’entraîneur s’y essayait avec les résultats que l’on sait. Force est de constater que ce pourrait être différent cette fois-ci. C’est du moins ce que le Canadien démontre après trois rencontres.

Ils sont tous les trois rassemblés sur la glace.

Alexander Romanov célèbre son premier but dans la LNH avec Jake Evans (71) et Brett Kulak (77).

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Ajoutons que la recrue Alexander Romanov a inscrit le premier filet de sa carrière dans la LNH. Bizarrement, après un si petit échantillon, ça apparaît juste normal.

Nous jouons comme une famille, a-t-il lancé dans son anglais rudimentaire après la rencontre. Bienvenue au petit dernier, disaient les sourires sur le visage de ses coéquipiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !