•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jake Evans et la confiance acquise à Edmonton

Jake Evans du Canadien bataille le long de la bande contre Tyson Barrie des Oilers.

Jake Evans a inscrit son premier but de la saison contre les Oilers d'Edmonton.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

Jake Evans l’avoue lui-même : il n’avait pas offert sa meilleure performance lors de la première rencontre de la saison du Canadien de Montréal. Il a l’impression d’avoir laissé une meilleure impression samedi soir contre les Oilers d’Edmonton.

Le pilote du quatrième trio a récolté son premier point en 2021 grâce à un but en désavantage numérique en deuxième période, dans une victoire de 5-1.

Après le premier match, je ne voulais pas prendre ça trop au sérieux […] J’ai commencé le match hier soir (samedi) sans avoir peur de faire des erreurs et en me concentrant seulement à jouer de mon mieux. Ç’a bien fonctionné, a expliqué l’attaquant de 24 ans, qui disputait seulement son 15e match dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

C’est un joueur intelligent. Il comprend rapidement. Je n’avais eu aucun problème avec lui dans le match à Toronto, à l’exception qu’il avait l’air nerveux à quelques moments, a précisé l’entraîneur-chef du Tricolore, Claude Julien.

Ce dernier lui a préféré Phillip Danault par moments pour jouer aux côtés de Paul Byron et d'Artturi Lehkonen afin d’affronter les vedettes des Oilers.

Il n’a pas encore l'expérience qu'un autre joueur a pour jouer contre les gros trios. Mais des fois, quand tu vois qu'il va bien, tu lui fais confiance, a ajouté Julien pour expliquer sa décision.

Evans a vanté l’aide que lui apportent ses compagnons de trio : Ils sont tous les deux dans la ligue depuis quelque temps déjà, ils sont solides et c’est facile de jouer avec eux. Ils sont aussi bons en dehors de la glace, ils m’aident beaucoup.

Le mentorat des vétérans l'aide aussi à composer avec les aléas d'une saison pas comme les autres. Entre les deux rencontres, Evans a été envoyé dans l'équipe de réserve. Dimanche, c'était au tour d'Alexander Romanov. Le salaire des joueurs qui s'y trouvent n'est pas comptabilisé sur la masse salariale du club.

Tout le monde sait ce qui se passe avec l'équipe et le plafond salarial. Je suis dans une bonne situation, je joue au hockey, donc il n'y a aucune raison d'être fâché. Ça aide l'équipe aussi, a expliqué Evans.

Celui-ci patinait encore aux côtés de Byron et Lehkonen lors de l’entraînement, dimanche, à Edmonton. Julien n’a pas apporté de changement à sa formation en vue de son deuxième duel contre les Oilers lundi.

Il n’a toutefois pas voulu dévoiler qui sera devant le filet, question de ne pas aider son adversaire dans sa préparation. Samedi, Carey Price a repoussé 34 des 35 tirs dirigés vers lui.

La patience est une vertu

L'entraîneur du Canadien a tenu à préciser que la patience était de mise en début de calendrier, même avec une saison raccourcie. Il est prêt à vivre avec les hauts et les bas de l'apprentissage de ses joueurs.

Il ne s'inquiète donc pas de l'absence de production offensive du trio de Tyler Toffoli, de Jesperi Kotkaniemi et de Joel Armia, trois joueurs à la recherche d'un premier point cette saison.

C'est un trio qui, tranquillement, semble apprendre à se connaître un peu mieux à toutes les présences, tous les matchs. On voit leur potentiel. Ils créent des chances. Maintenant, c'est de mettre les points au tableau, a mentionné Julien.

Il ne s'en fait pas non plus avec la performance du défenseur Joel Edmundson, qui a avoué ne pas jouer à la hauteur de ses attentes jusqu'à maintenant.

Acquis en septembre des Hurricanes de la Caroline, l'athlète de 27 ans croit toutefois que son partenaire à la ligne bleue, Jeff Petry, l'aide grandement à s'habituer au système montréalais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !