•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

De plus en plus d’associations de hockey mineur renoncent à la saison

Les patins et les bâtons de jeunes joueurs sur une patinoire

De jeunes hockeyeurs

Photo : Getty Images / joci03

La LNH a relancé ses activités cette semaine et, à en juger par les cotes d’écoute records enregistrées mercredi soir lors de la soirée inaugurale de la saison (1), les gens s’ennuient vraiment du hockey. Toutefois, au sein du hockey mineur québécois, l’espoir de reprise des activités semble s’estomper. Plusieurs associations locales ont déjà tiré un trait sur la possibilité de faire jouer les jeunes d’ici la fin de la campagne.

Hockey Québec, selon nos informations, reçoit plusieurs signaux de la part d’associations qui souhaitent mettre la clé dans la porte jusqu’au début de la saison prochaine. Certaines villes comme Louiseville, Berthier et Montréal (l’aréna Bill-Durnan) ont aussi commencé à annoncer des fermetures d’arénas.

En fait, comme la fédération ne semble pas envoyer de consignes claires sur le terrain quant à la ligne de conduite à adopter, les décisions prises par les associations semblent aller un peu dans toutes les directions.

Juste avant les Fêtes, l’Association de hockey mineur de Boucherville avait été la première à annoncer qu’elle renonçait à organiser des activités pour les joueurs de niveau simple lettre d’ici la fin de la saison 2020-2021. Cette décision avait été vivement critiquée dans le milieu.

Depuis, la décision du gouvernement Legault d’intensifier les mesures de confinement et de décréter un couvre-feu jusqu’au 8 février semble avoir découragé plusieurs autres organisations. Seulement dans la région de Laurentides-Lanaudière, les associations de Sainte-Anne-des-Plaines, de Saint-Lin et de Berthier ont fait savoir à leurs membres qu’elles cessaient leurs activités. Et cette liste n’est pas exhaustive.

Par ailleurs, jeudi, l’Association de Terrebonne a annoncé à ses membres qu’elle renonce à une partie de ses activités. Ainsi, les jeunes de catégorie prénovice et junior de cette organisation ne joueront pas au hockey avant la saison prochaine. Pourquoi eux et pas les autres? Mystère et boule de gomme.

Toutefois, après avoir reçu le soutien des autorités municipales, l’Association du hockey mineur de Terrebonne se dit prête à attendre que la situation sanitaire s’améliore pour offrir du hockey récréatif jusqu’à la fin du mois de mai.


Claude Poirier est responsable des horaires à l’Association du hockey mineur de Lachenaie, l’une des trois associations de hockey mineur de Terrebonne. Il s'implique aussi dans le baseball mineur de cette municipalité. À ses yeux, l’idée de conclure la saison de hockey mineur à la fin de mai est la meilleure idée qui circule en ce moment.

Au baseball mineur, la saison débutera en juin parce qu’il sera impossible d’organiser des camps d’entraînement intérieurs ce printemps. Si on imagine un scénario qui permettrait de relancer des activités de hockey récréatif au début de mars, les jeunes hockeyeurs pourraient bénéficier de l’équivalent d’une demi-saison de hockey sans devoir renoncer à leur sport estival, estime-t-il.

Il ne reste qu’à voir si la pandémie sera maîtrisée en mars.

À la fédération des clubs de hockey mineur de Saint-Jérôme, il n’est pas question de tirer un trait sur la saison pour l’instant. Les groupes ont déjà été formés sur papier et ajustés au rythme des demandes de remboursement. On prépare une saison de hockey récréatif maison et on patientera le plus longtemps possible, même si la saison devait être très courte, selon le vice-président chargé de l’administration, Martin Labrosse.

Sur l’île de Montréal, il semble qu’aucune association n’ait l’intention de renoncer à ses activités sauf peut-être une, précise le président de la région, Yves Pauzé. Cette association était déjà hésitante l’automne dernier à l’idée de lancer ses activités dans un contexte de pandémie.

Le vice-président hockey de l’Association des Braves du Nord (anciennement les Braves d’Ahuntsic), Guy Beauvais, soutient d’ailleurs que son organisation sera prête à offrir du hockey récréatif maison à ses membres si le gouvernement finit par permettre une reprise des activités.

Depuis le mois d’octobre, pour maintenir un lien avec leurs bénévoles, les Braves tiennent des sessions de formation à distance des entraîneurs toutes les deux semaines. Animées par l’ex-entraîneur et analyste Gérard Gagnon, ces sessions attirent encore entre 25 et 30 participants. Je n’en reviens pas du niveau de motivation de nos bénévoles, dit, réjoui, Guy Beauvais.


Jeudi, les présidents des régions de Hockey Québec ont participé à une réunion au cours de laquelle il a surtout été question des modalités de remboursement aux joueurs qui souhaitent renoncer à leur saison. Cela ne semble toutefois pas être un enjeu majeur jusqu’à présent. Plusieurs dirigeants d’associations interrogés se disent même surpris du très faible nombre de demandes de remboursement qui leur ont été formulées jusqu’à présent. Dans la plupart des cas, elles se comptent sur une seule main.

En ce qui a trait à la poursuite de la saison, il semble qu’aucune décision n’ait encore été prise aux niveaux provincial et régional. Les dirigeants du hockey québécois veulent d’abord voir à quoi ressemblera la situation sanitaire québécoise le 9 février prochain, au lendemain de l’actuelle période de confinement et de couvre-feu.

Sur leur site Internet, plusieurs associations semblent toutefois avoir déterminé la date du 9 février comme le moment charnière où il faudra prendre une décision définitive quant à la poursuite ou à l’abandon de la saison.

Sur le terrain, plusieurs estiment toutefois qu’il faut patienter le plus longtemps possible et tout faire pour permettre aux jeunes de retourner sur la glace.

Nous sommes là pour transmettre la passion du hockey aux enfants. S’il est possible de leur offrir seulement un mois ou trois semaines de hockey, il faut qu’on le fasse, dit un intervenant. Il s’agit là d’un copier-coller de la philosophie mise de l’avant par Baseball Québec l’été dernier. Et la saison, quoique raccourcie, avait tout de même été couronnée de succès.

J’encourage nos associations à maintenir leurs réservations de glace le plus longtemps possible. Si nous ne sommes pas présents quand il sera permis de recommencer à fréquenter les arénas, ce sont des programmes privés de hockey printanier qui prendront la place, souligne le président de Hockey Montréal, Yves Pauzé.

(1) Selon la LNH, 6,6 millions de téléspectateurs ont regardé mercredi soir le match opposant le Canadien aux Leafs, de même que celui mettant aux prises les Canucks et les Oilers. Il s’agirait de la soirée inaugurale la plus regardée depuis que Sportsnet est détentrice des droits nationaux de la ligue. Le match Montréal-Toronto a notamment attiré 2,1 millions d’amateurs sur les ondes de Sportsnet et 919 000 du côté de TVA Sports.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !