•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de COVID-19 dans l’équipe nationale de courte piste

Gros plan sur les patins d'un athlète assis sur le bord de la bande.

Un patineur de vitesse sur courte piste de l'équipe canadienne

Photo : Getty Images / ROBERTO SCHMIDT

Radio-Canada

L’équipe de patinage de vitesse sur courte piste doit reprendre l’entraînement jeudi après une pause prolongée au terme du congé des fêtes.

Au moins quatre patineurs ont contracté la COVID-19. Radio-Canada Sports a été en mesure de corroborer une information confidentielle transmise au réseau CBC.

Patinage de vitesse Canada, citant sa politique de confidentialité, n’a pas voulu confirmer qu’il y a bel et bien eu une éclosion au sein de son groupe de patineurs qui s’entraîne à l’aréna Maurice-Richard, à Montréal.

Le responsable des communications de la fédération canadienne, Alain Brouillette, a cependant reconnu que l’équipe avait été tenue à l’écart de la patinoire depuis les fêtes.

Les athlètes touchés doivent impérativement soumettre un test de dépistage négatif avant de pouvoir reprendre l’entraînement sur glace ou encore en gymnase à l’Institut national des sports du Québec, l’INS.

Le directeur des communications de l’INS, Jean Gosselin, a indiqué qu’il ne pouvait infirmer ni confirmer les informations de Radio-Canada Sports.

Il a toutefois précisé que le complexe d’entraînement est, selon lui, très sécuritaire et que le protocole fonctionne bien. Il soutient qu'aucun cas de COVID-19 n’a été contracté à l’intérieur des murs de l’INS.

Plus tôt cet automne, une athlète de l'équipe féminine canadienne de water-polo avait aussi reçu un diagnostic positif.

Par mesures préventives, l'équipe avait été interdite d'accès à la piscine olympique pour une période de sept jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !