•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canadien en terrain connu malgré tout

On voit le logo de l'équipe et un patineur qui porte un drapeau.

Vue en hauteur du centre de la patinoire de l'amphithéâtre des Leafs

Photo : Getty Images / Claus Andersen

Pour une sixième fois en 10 ans, le Canadien jouera son premier match de la saison à Toronto.

La dernière fois que le CH s’est rendu au Scotiabank Arena, c’était le 5 octobre 2019, en tout début de saison, devant 19 547 spectateurs.

Paul Byron avait donné la victoire à son équipe grâce à un but en fusillade. Mercredi soir, Byron et ses coéquipiers entameront la campagne 2020-2021 face à ces même Maple Leafs, dans le même amphithéâtre, mais dans un contexte fort différent.

Un début de saison pas comme les autres pour plusieurs raisons. Les équipes de la LNH n’ont eu droit qu’à un court camp, sans match préparatoire, pour se remettre en forme. Les cérémonies inaugurales qui ponctuent habituellement le début des rencontres risquent d’être plus courtes et bien moins bruyantes qu’à l’habitude.

Le Tricolore affrontera ses éternels rivaux pour la 748e fois de son histoire, et 53 de ses duels se sont déroulés au Scotiabank Arena (anciennement connu sous le nom de Centre Air Canada). Mais pour la toute première fois, il n'y aura pas de spectateurs.

Le Canadien au Scotiabank Arena (ou Centre Air Canada) :

  • Tout premier adversaire des Leafs dans leur nouvel amphithéâtre le 20 novembre 1999;
  • L'équipe y a affronté les Leafs 53 fois en saison;
  • Le Tricolore y a lancé six fois sa saison depuis 2010;
  • Sa dernière victoire remonte au 5 octobre 2019;
  • Sa dernière, défaite au 23 février 2019.

Est-ce que ce manque d'ambiance dans les gradins peut influencer l'intensité du jeu sur la patinoire? Pas du tout, croit l’entraîneur Claude Julien. Cette saison, on joue 10 fois en 56 matchs contre les Leafs. La rivalité va se bâtir d’elle-même. On n’aura pas besoin des partisans pour mettre de l’huile sur le feu. Ça va commencer dès ce soir, avec deux équipes qui veulent rapidement démontrer ce dont elles sont capables.

Brendan Gallagher est aussi enthousiaste de retourner sur la glace du Scotiabank Arena. Au début de ma carrière, on commençait presque toujours l'année ici. C'est sûr que ce sera une confrontation remplie d'intensité et d'émotions.

Julien ne s’attend pas à faire face à une équipe bien différente de celle que le Canadien a battue trois fois la saison dernière.

Ils ont le même entraîneur en poste [Sheldon Keefe, NDLR]. On ne s’attend pas à beaucoup de changements dans leur style de jeu, a-t-il dit. Pour préparer ses joueurs à leurs prochains adversaires, Julien se tourne vers des échantillonnages récoltés dans les derniers mois. On connait bien leur équipe. On les a vu jouer l’année dernière.

Mais ce qui est important, c’est comment nous on va jouer.

Claude Julien, entraîneur-chef du Canadien

Les Torontois présentent un visage nouveau, après une nouvelle déception dans les séries éliminatoires l’année dernière. Et à l’instar de ce qui se ressent à Montréal, les attentes sont également élevées dans la Ville Reine. Le directeur général Kyle Dubas a profité de la pause pour ajouter de l’expérience en Joe Thornton. Les Leafs miseront aussi sur de nouveaux arrières en T.J. Brodie et Zach Bogosian, acquis au cours des derniers mois.

Un entraîneur regarde ses joueurs sur la glace.

Sheldon Keefe est à la tête des Maple Leafs depuis le 20 novembre 2019.

Photo : Maple Leafs de Toironto

C’est difficile de savoir, on n'a pas vu les Leafs jouer en présaison, c’est le temps qui va nous le dire, répond Julien quand on lui demande s’il anticipe des Maple Leafs plus efficaces en défense.

Il y a des choses qui ne changent pas. Peu importe le contexte, pour que son équipe connaisse du succès, Claude Julien s'en remet à une recette éprouvée : jouer de façon disciplinée.

L’attaquant Brendan Gallagher abonde dans le même sens. Il faudra s’assurer de ne pas prendre de pénalités. Parfois, on n'a pas le choix, mais ce sera important d’en prendre le moins possible.

C'est peut-être un environnement moins hostile qui attend Gallagher. Mais ses coéquipiers et lui se retrouvent tout de même en terrain connu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !