•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi peut-on s'attendre des Flames cette saison?

Le gardien Jacob Markstrom discute avec l'entraîneur des gardiens des Flames durant un entraînement.

Jacob Markstrom devrait voir beaucoup d'action avec les Flames cette saison.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

À l’arrêt des activités dans la LNH en mars, les Flames bataillaient pour une place dans les séries éliminatoires. Lors du tour préliminaire, ils ont vaincu les Jets en quatre matchs. Mais privés de Matthew Tkachuk, qui s’est blessé lors du deuxième match, ils se sont inclinés en six rencontres devant les finalistes de l’Ouest, les Stars de Dallas.

Les séries ont permis à certains joueurs de s’illustrer. Sam Bennett n’avait récolté que 12 points en 52 matchs durant la saison, mais il a terminé au 1er rang des marqueurs de l’équipe dans les séries avec 8 points en 10 rencontres.

Milan Lucic a démontré qu’il pouvait encore être utile quand il le fallait. Il a amassé six points en plus de faire sentir sa présence sur la patinoire lors de chacune de ses apparitions.

Dillon Dube a inscrit quatre buts, seulement deux de moins qu’en 45 rencontres durant la saison.

Enfin un gardien

Depuis le départ de Miikka Kiprusoff en 2013, les Flames sont à la recherche d’un gardien de but qui peut assumer le rôle de numéro un.

En sept saisons, 13 cerbères se sont succédé devant la cage, mais aucun ne s’est vraiment illustré. Il y a bien eu certains bons duos, comme celui formé de Cam Talbot et de David Rittich la saison dernière. Mais rarement depuis le départ de Kipper les joueurs des Flames ont-ils pu amorcer une rencontre sans se demander quel genre de performance leur réservait leur gardien.

Miikka Kiprusoff, le masque sur la tête, prend une pause durant un match.

Le gardien Miikka Kiprusoff a passé neuf saisons avec les Flames.

Photo : Getty Images / Justin K. Aller

De son acquisition durant la saison 2003-2004 à sa retraite, Miikka Kiprusoff a amorcé 624 des 739 matchs des Flames. Sans deux importantes blessures qui lui ont fait rater 32 matchs, le total serait sans doute plus élevé.

Trois fois finaliste pour l’obtention du trophée Vézina, Kiprusoff l’a remporté une fois.

Pour ce qui est du gardien actuel, Jacob Markstrom, il a non seulement terminé au 4e rang pour l’obtention du trophée Vézina la saison dernière, mais il peut jouer 60 matchs par saison.

La défense des Flames, longtemps considérée comme l'une des meilleures de la LNH, sera différente cette saison.

Deux piliers, TJ Brodie et Travis Hamonic ne sont pas de retour. Derek Forbot et Erik Gustafsson, acquis à la date limite des échanges, n’auront fait que passer à Calgary.

Christopher Tanev se joint aux Flames après 10 saisons avec les Canucks. Nikita Nesterov fait un retour dans la LNH après trois saisons en Russie. L’ancien porte-couleurs du Lightning et du Canadien a joué 132 matchs dans la LNH entre 2014 et 2017.

Juuso Valimaki, choix de premier tour des Flames en 2017, a raté la dernière saison en raison d’une blessure, mais semble maintenant en pleine possession de ses moyens. Prêté à une équipe de la première ligue de Finlande pour amorcer la saison, il a récolté 19 points en 19 rencontres.

En attaque, Mark Jankowski et Tobias Rieder ne sont pas de retour. Dominik Simon, Josh Leivo et Joakim Nordstrom se joignent à la formation pour apporter plus de profondeur.

Saison ou séries éliminatoires

Personne ne sait à quoi ressemblera la saison au sein d’une division canadienne. Avec des séries de 2 ou 3 rencontres face à la même équipe et 9 ou 10 duels contre chacun des autres membres de la division, le style de jeu pourrait rapidement s’apparenter à celui pratiqué lors des séries éliminatoires.

Milan Lucic attend la reprise du jeu.

Milan Lucic lors du match du 24 octobre 2019 contre les Panthers de la Floride.

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Si Sam Bennett, Milan Lucic et Dillon Dube jouent comme ils l’ont fait en séries éliminatoires, cela enlèvera beaucoup de pression sur les autres attaquants de la formation.

Les meilleurs doivent être les meilleurs

Les Flames n’arriveront pas à se qualifier pour les séries éliminatoires sans une grande contribution de Johnny Gaudreau et de Sean Monahan.

Il y a deux ans, les deux joueurs avaient connu des saisons exceptionnelles. Gaudreau avait inscrit 99 points et Monahan 82. Les Flames avaient alors terminé au 1er rang dans l'Association de l’Ouest.

Johnny Gaudreau félicite Sean Monahan après un but.

Johnny Gaudreau et Sean Monahan

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

La saison dernière, Gaudreau n’a enregistré que 58 points et Monahan 48. En séries éliminatoires, Monahan a amassé seulement 3 points à forces égales et Gaudreau un seul en 10 rencontres.

Les attentes sont élevées envers le gardien Jacob Markstrom, mais avec de nombreuses séries de quatre matchs en six jours, il ne pourra pas tout faire seul. David Rittich devra aussi être bon, car il verra plus d’action qu’il n’en verrait dans une saison ordinaire.

Une place en série?

En théorie, les Flames ont ce qu’il faut pour espérer terminer parmi les quatre premiers au classement de la division.

En regardant la feuille de route du directeur général Brad Treliving, on peut prédire que les 23 joueurs qui termineront la saison ne sont pas ceux qui seront en uniforme au premier match le 14 janvier.

Treliving n’hésite jamais à procéder à un échange pour améliorer son équipe et aime bien à l’occasion frapper un grand coup.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !