•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lara Gut-Behrami s'impose enfin en super-G à Sankt Anton

Elle franchit une porte.

Lara Gut-Behrami n'avait plus gagné en super-G, sa discipline fétiche, depuis janvier 2018.

Photo : Getty Images / EXPA/AFP/JOHANN GRODER

Agence France-Presse

La Suisse Lara Gut-Behrami a inscrit son premier succès de la saison, dimanche, en remportant le très serré super-G de Sankt Anton en Autriche.

La Tessinoise a devancé l'Italienne Marta Bassino de 0,16 s et la Suisse Corinne Suter de 0,20 s.

Son super-G impressionnant, dans la lignée de l'entraînement de descente de jeudi où elle a réussi le meilleur temps – avant de se classer 8e de la course – aurait pu voler en éclat après une minute quand elle a failli sortir du parcours.

Mais la gagnante du grand globe de cristal en 2016 s'est rattrapée à la dernière seconde pour remporter sa 27e manche de Coupe du monde et prendre la tête du classement de la spécialité après sa 5e place à Val d'Isère.

Comme la veille, la Québécoise Marie-Michèle Gagnon, seule Canadienne en lice, n’a pas été en mesure de terminer sa course.

Depuis le tout début de la saison, ça va très bien à l’entraînement. Je vais super vite et je suis constante. Je pense que j’avais trop d’attentes et je n’ai pas skié avec le rythme que j’ai à l’entraînement, a soutenu Gagnon. Je me mets de la pression au lieu de juste me concentrer à skier.

Je n’ai pas compris comment skier [sur cette piste], je freinais toujours et je perdais beaucoup de temps. J’ai essayé quelque chose pendant l’épreuve, mais ça n’a pas fonctionné. Je n’avais juste pas la bonne approche.

Marie-Michèle Gagnon

Meneuse après sa victoire lors du premier et jusqu'ici seul super-G de la saison en France, la Tchèque Ester Ledecka, partie avec un dossard élevé (no 19), s'est classée 6e à 1,33 s de la gagnante. Elle occupe désormais la 2e place aux côtés de Corinne Suter.

C'est la première victoire de Gut-Behrami, 29 ans, dans sa discipline fétiche en près de trois ans (Cortina en janvier 2018).

De retour au premier plan la saison passée avec un doublé en descente à Crans Montana, la Suisse avait connu trois exercices compliqués après une grave blessure (déchirure du ligament croisé du genou gauche et lésion du ménisque) subie en février 2017 aux Championnats du monde, à domicile, à Saint Moritz.

Gut-Behrami a retrouvé de la régularité cette saison avec une seule course finie hors du top 10, la deuxième descente de Val d'Isère (11e).

Surtout, elle renoue avec le succès au meilleur moment avant les deux descentes de Crans Montana, les 22 et 23 janvier, qui lui ont si bien réussi l'an passé.

Aucun Canadien dans la deuxième manche à Adelboden

À Adelboden, en Suisse, l'Autrichien Marco Schwarz s'est imposé dans le slalom pour enregistrer le premier succès de sa carrière dans la spécialité.

Schwarz a devancé l'Allemand Linus Strasser de 0,14 s et le Britannique Dave Ryding de 0,15 s.

Le Canadien Simon Fournier, 49e de la première manche, ne s’est pas qualifié pour la seconde. L’autre Canadien en lice, Erik Read, n’a pas fini sa première descente.

En plus de ce succès, Schwarz, qui ne s'était jusqu'ici imposé que dans un combiné alpin, profite du faux pas de son compatriote Manuel Feller, parti à la faute lors de la première manche, pour s'emparer de la tête de la Coupe du monde de slalom.

Malgré sept podiums, dont le dernier à Zagreb mercredi, Schwarz n'avait encore jamais gagné de slalom en Coupe du monde.

Avec les informations de Sportcom

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !