•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antony Auclair « privilégié » de vivre les éliminatoires avec les Buccaneers

Antony Auclair tient son casque avant de faire un exercice à l'entraînement.

Antony Auclair espère que son nom sera appelé par l'entraîneur-chef Bruce Arians pour le match éliminatoire de samedi, à Washington.

Photo : Associated Press / Chris O'Meara

Un billet éliminatoire en poche, Antony Auclair et les Buccaneers de Tampa Bay se préparent minutieusement pour le bal de janvier. L'ailier rapproché québécois y goûte pour la première fois avec une équipe qui a toutes les raisons d'y croire.

Mine de rien, Auclair a récemment bouclé sa quatrième saison avec les Buccaneers. Sans tambour ni trompette. Une campagne où son utilisation en attaque a diminué de plus de la moitié par rapport à chacune de ses trois premières années. N'empêche, le jeune vétéran se sent privilégié par sa situation en Floride. Le bien commun prime.

L'infusion de talent dans l'effectif a transformé l'organisation. Jadis une équipe qui peinait à atteindre le seuil de respectabilité, voire moribonde, les Buccaneers sont désormais des prétendants au titre du Super Bowl. Ils entameront les éliminatoires ce week-end parmi le quatuor de favoris dans la Nationale, un groupe mené par les Packers de Green Bay.

C’est assez spécial, c’est la première fois en 13 ans que l’équipe fait partie des éliminatoires. Il y a des vétérans, je pense à Lavonte David, qui est dans l’équipe depuis neuf ans et qui ne participe pas aux éliminatoires depuis neuf ans malgré son talent individuel. Pour ces vétérans, je suis vraiment content, je trouve ça vraiment cool pour eux. Je parle aussi de Mike Evans. Ils sont vraiment excités, ça faisait longtemps qu’ils attendaient ça.

Antony Auclair, ailier rapproché des Buccaneers de Tampa Bay

Si l'arrivée de Rob Gronkowski a rehaussé un groupe d'ailiers rapprochés déjà efficace, elle a également eu pour effet de réduire les présences d'Auclair sur le terrain. Après un lent départ, le Gronk, comme se plaisent à l'appeler ses coéquipiers, a chassé la rouille et retrouvé un endroit qu'il connaît trop bien : la zone des buts.

Le futur membre du Panthéon du football a pris part à 75 % des jeux offensifs des Buccaneers cette saison, un taux identique à celui affiché lors de son ultime tour de piste avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, en 2018. Comme O.J. Howard est blessé à long terme, c'est Cameron Brate qui a occupé le second rôle offensif, tandis qu'Auclair et Tanner Hudson ont alterné dans la formation selon les blessures et les besoins.

Rob Gronkowski court sur le terrain des Buccaneers.

Rob Gronkowski n'a pas raté un seul match cette saison, une première depuis 2011 pour l'abonné à la liste des blessés.

Photo : Getty Images / Mike Ehrmann

On l'a très bien accueilli, Gronk, c'est quelqu’un d’assez facile à côtoyer, un gars qui est super drôle, quelqu’un de plaisant. Il est excellent, il a une éthique de travail hors pair. On est vraiment contents de l’avoir dans notre équipe. Ça change les cartes au niveau du temps de jeu de tout le monde, dit le produit de l'Université Laval, qui ne s'en fait pas outre mesure en raison des succès collectifs.

Je suis content de ma saison, je suis content de notre saison. C’est sûr qu’au niveau du temps de jeu, ce n’est pas ce que j’ai eu dans les dernières années, je fais abnégation parce qu’on gagne en tant qu’équipe. Aussitôt que je peux contribuer à l’équipe, je le fais, je fais mon travail même si mon rôle a diminué un peu. Je fais partie d’une équipe assez compétitive, c’est assez spécial comme année.

Antony Auclair, ailier rapproché des Buccaneers de Tampa Bay

La préparation du colosse en vue de cette campagne atypique s'est fort bien déroulée l'été dernier. Auclair estimait avoir signé son meilleur camp d'entraînement depuis qu'il s'est amené à Tampa Bay, en 2017. Une blessure à un mollet en lever de rideau du calendrier à La Nouvelle-Orléans l'a toutefois renvoyé à la case départ.

C’était un bon début de saison au niveau personnel avec le camp d’entraînement que j’ai eu, mais une blessure m’a tenu à l’écart du jeu pendant longtemps. On parle de six à sept semaines. Ça a vraiment fait mal, tu manques des matchs où l’on gagne, c’est plus difficile mentalement, souligne Auclair.

Le temps de jeu d'Antony Auclair en 2020 :

  • Participation à 8 matchs, dont 2 départs;
  • Blessure à un mollet qui lui a fait rater 6 matchs;
  • Retiré de la formation dans 2 matchs;
  • En action pour 70 jeux offensifs et 83 avec les unités spéciales.

Un œil sur Chase Young

La route vers le Super Bowl, qui se déroulera dans un mois à Tampa Bay, s'amorcera samedi soir à Washington pour les Buccaneers. Favoris pour l'emporter, les Floridiens se méfient de l'équipe de football sans nom, sacrée dans sa division malgré une fiche perdante de 7-9.

Avec Alex Smith, ils sont [cinq] victoires et une défaite cette année, donc c’est une très bonne équipe qui s’améliore chaque semaine et qui a eu une très bonne fin de saison, indique Auclair.

Entouré de fumée, Chase Young fait son entrée sur le terrain.

La recrue Chase Young a enregistré 7,5 sacs du quart et 44 plaqués en 15 matchs cette saison.

Photo : Getty Images / Patrick Smith

L'équipe de football de Washington a rebâti ses fondations lors des dernières années en misant sur la ligne défensive au repêchage avec les sélections de Jonathan Allen (17e, 2017), de Daron Payne (13e, 2018), de Montez Sweat (26e, 2019) et de Chase Young (2e, 2020), le dernier maillon.

Tom Brady n'est pas différent des autres quarts sur un point. Une pression accrue de l'unité défensive l'empêchera de guider son attaque avec aisance, de repérer ses nombreuses cibles, et pourrait même le sortir de ses gonds.

C’est un très bon défi, Chase Young est un excellent joueur, il s’améliore chaque semaine, il est jeune. Il y a [Montez] Sweat de l’autre côté aussi qui est excellent pour appliquer de la pression. La ligne défensive, en fait, les quatre partants sont des choix de premier tour, ce sont d’assez bons joueurs.

Antony Auclair

Dans l'ombre des Brady, Gronkowski et autres Antonio Brown, tous les joueurs de la ligne à l’attaque et Ronald Jones sont des gars qui ont vraiment eu du succès cette année, qui ont levé leur jeu d’un cran et qui nous ont aidés à gagner des matchs, mentionne le Beauceron de 27 ans.

Reste à voir pour Auclair s'il sera un élément central dans cette confrontation, aux côtés du quintette offensif, lui qui excelle pour bloquer, ou s'il encouragera ses coéquipiers de l'extérieur du terrain.

Ça dépend encore du plan de match, dans les trois dernières semaines, on changeait. C’était moi ou un autre selon le plan de match, si l'on voulait plus courir avec le ballon ou le passer. Ça dépend encore cette semaine, je pourrais ne pas être en uniforme comme je pourrais l’être.

Antonio Brown et Antony Auclair discutent sur le terrain de football des Buccaneers.

L'acquisition d'Antonio Brown (no 81) durant l'automne a offert une cible de choix supplémentaire à Tom Brady.

Photo : Getty Images / Mike Ehrmann

En ascension

Une visite des Chiefs de Kansas City à la fin novembre, soldée par un triomphe des champions en titre du Super Bowl, a en quelque sorte rassemblé les troupes à Tampa Bay. La défaite, une troisième en quatre rencontres, est survenue avant la semaine de congé des Buccaneers. Depuis, ils sont parfaits en quatre sorties.

On s’est parlé dans le vestiaire, de ce qu’il fallait améliorer, que ce soit la communication, la connexion avec les receveurs, au niveau défensif avec des trucs de communication. C’est quelque chose qu’on a vraiment réussi à améliorer, notre constance ne fait que monter en ce moment. Pour nous, en éliminatoires, ce sera de continuer à avoir cette constance, espère Antony Auclair.

Il n’y a pas meilleur moment pour que ça clique tout le monde ensemble, de trouver une connexion, je parle à l’attaque surtout. Tout semble fonctionner par moment, les bonnes décisions du quart-arrière, la communication avec les receveurs, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !