•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sports extérieurs demeurent permis en bulle familiale

Un enfant skie et un adulte fait de la planche à neige dans la forêt.

Une piste de ski alpin au mont Saint-Bruno

Photo : Patrick Palmer

Radio-Canada

Le Québec sera bientôt plongé dans un confinement général. Mercredi, le gouvernement Legault a resserré la vis pour lutter contre la COVID-19, qui gagne du terrain dans la province. La pratique des sports extérieurs en bulle familiale a toutefois échappé au couperet.

Autorisé avant la période étendue des Fêtes, le ski le demeurera sous toutes ses formes lorsque les nouvelles mesures entreront en vigueur, le 9 janvier, alors que les cours de groupe seront dorénavant interdits. Les stations de ski n'offriront pas un horaire de soirée, au moins jusqu'au 8 février, en raison du couvre-feu qui sera mis en place.

Ce n'est pas l'idéal de voyager d'une région à l'autre, mais pour ce qui est du ski [...], on considère que c'est possible avec les consignes, et c'est bon pour la santé mentale. Et même s'il y a du monde, c'est possible de le faire de façon sécuritaire, a indiqué le premier ministre François Legault en point de presse.

Des skieurs s'élancent sur une pente du sommet Edelweiss, en Outaouais.

Les stations de ski s'attendent à une saison occupée malgré les mesures sanitaires en vigueur.

Photo : Gracieuseté Alain Denis / Les Sommets

Il sera désormais impossible d'organiser un match de hockey sur une glace extérieure. À la mi-décembre, la limite avait été fixée à huit personnes par demi-patinoire. Cependant, le patinage libre restera permis samedi prochain.

Il sera possible de faire du ski alpin ou du ski de fond, de faire une marche, d'aller patiner sans que ce soit des équipes organisées, mais on doit rester à l'intérieur de la bulle de notre maison, a enchaîné M. Legault.

De son côté, le Canadien de Montréal (CH) pourra disputer ses rencontres locales à huis clos au Centre Bell en 2021, étant donné que les autorités de santé publique du Québec ont donné leur accord à cet effet lundi.

Il y a beaucoup de Québécois qui ont hâte de voir du hockey à la télévision. Il n'y a pas de match à Montréal avant le [28] janvier. Les gens du CH ont eu des rencontres avec la santé publique, des consignes très sévères ont été émises. Je pense que les Québécois souhaitent avoir des matchs de hockey, et [le Canadien] a les moyens de se payer cette sécurité-là.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Par contre, les activités sportives intérieures seront interdites à compter de samedi, à l’exception des cours d’éducation physique et des programmes particuliers en contexte scolaire, de l’entraînement des athlètes identifiés et des sports professionnels qui ont reçu une autorisation de la Santé publique.

Un certain soulagement pour les stations de ski

Le président de Ski Saint-Bruno Michel Couture était soulagé quelques minutes après le point de presse du premier ministre du Québec. Il ne savait pas ce qu’allait annoncer François Legault. Une fermeture des centres de ski, comme au printemps, n’était pas un scénario à exclure.

Il y a du soulagement, c’est certain, a dit M. Couture. Je suis content de la sagesse et de l’intelligence de l’analyse du gouvernement dans le dossier du plein air. C’est la bonne décision de permettre à la population de continuer de prendre l’air. On est heureux, parce qu’on aurait pu être frappés plus sévèrement.

Reste que la décision d’interdire les cours de ski et l’instauration d’un couvre-feu qui forcera la fermeture des montagnes à 19 h aura bien sûr des conséquences économiques pour les stations de ski. 

Entrevue avec le président de Ski St-Bruno

Ski Saint-Bruno, par exemple, est reconnu pour son école de ski, qui reçoit 32 000 élèves par saison et pour son ski de soirée en raison de sa proximité géographique avec la métropole québécoise. 

Les trois quarts de nos abonnements sont pour le ski de soirée, a expliqué Michel Couture. Puisqu’on va devoir fermer à 19 h, on va permettre l’accès plus tôt en après-midi à la montagne aux gens qui ont des abonnements de soirée. On va toutefois devoir restreindre la vente de billets journaliers pour pouvoir accommoder nos abonnés.

Nos revenus, qui ont chuté par rapport aux autres années, vont encore diminuer, mais on veut surtout essayer de protéger l’opération de la station de ski pour nos travailleurs et pour notre clientèle, a-t-il ajouté.

Chose certaine, le besoin de plein air est plus réel que jamais. Les sentiers de ski de fond sont bondés, et Ski Saint-Bruno aurait assurément fracassé un record pour les abonnements si la station, qui affiche complet, avait poursuivi la vente. 

Michel Couture espère que les skieurs continueront de suivre les nouvelles consignes établies par la santé publique sur les pentes. Certains skieurs contrevenants ont déjà perdu leur privilège de skier.

Avec les informations d'Antoine Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !