•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lionel Messi, libre de s'engager où il veut

Lionel Messi

Lionel Messi

Photo : Reuters / Albert Gea

Agence France-Presse

Voilà Lionel Messi libre de s'engager où il veut : à six mois de sa fin de contrat à Barcelone, le sextuple Ballon d'Or peut négocier avec d'autres clubs à compter de vendredi en vue d'un départ l'été prochain. Quel avenir attend l'Argentin?

Avec le mercato d'hiver qui s'est ouvert le week-end dernier en Europe et lundi en Espagne, les prochaines semaines s'annoncent déterminantes pour le Barça et pour l'avenir de la vedette de 33 ans, qui souhaitait déjà s'en aller l'été dernier et que les règlements de la Fédération internationale de football association (FIFA) autorisent dès à présent à entamer des discussions avec un autre club en vue d'un départ au 1er juillet.

Le club catalan élira son nouveau président le 24 janvier, et la ligne de conduite de la nouvelle direction sera cruciale pour convaincre Messi de rester à Barcelone.

Lassé par une direction instable, un club en crise perpétuelle depuis plus d'un an, une succession d'entraîneurs (trois en l'espace d'un an) et des résultats décevants – comme l'humiliation historique subie en août dernier contre le Bayern Munich en Ligue des champions (8-2) –, Messi a souhaité quitter le club à la fin du mois d'août.

Mais il est finalement resté, contraint par son contrat et par le président Josep Maria Bartomeu, qui a depuis démissionné.

Leo n'a encore rien décidé. Mais celui qui avait quitté sa ville de Rosario (Argentine) à 13 ans, en 2000, pour rallier la Masia, le centre de formation barcelonais, a avoué dimanche dernier sur la chaîne de télévision Sexta que le club va très mal, et il sera compliqué de le ramener au niveau auquel il était.

Rien de rassurant. Comment voulez-vous que Messi ne veuille pas partir avec une équipe comme ça? s'interrogeait Marca, le journal le plus vendu d'Espagne, sur son site le 19 décembre, après la lamentable prestation des Catalans contre Valence (2-2) en Liga.

Présent en tribunes mardi, Messi a encore baissé la tête en signe de désespoir, après le nul du Barça contre Eibar au Camp Nou (1-1).

Ramos, Alaba, Ibrahimovic... libres en juin aussi

Lionel Messi n'est pas seul. Si la vedette de Barcelone, libre en juin, fait saliver les plus grands clubs, d'autres joueurs de premier plan arrivent aussi en fin de contrat, dont Sergio Ramos, David Alaba, Jerome Boateng, Mesut Özil, Zlatan Ibrahimovic et Sergio Agüero. Ces grands noms pourraient agiter le marché dès ce mois de janvier.

Reste la question à plusieurs dizaines de millions d'euros, soit le montant de son salaire : où pourrait donc atterrir l'Argentin, même si aucune indemnité de transfert ne sera à débourser?

À ce jour, le candidat le plus sérieux semble être le Paris Saint-Germain (PSG). Porté par ses richissimes propriétaires qatariens, il est l'un des rares clubs à pouvoir entrer dans la discussion pour un éventuel transfert de l'Argentin.

Le club de la capitale française est l'un des seuls qui puissent assumer financièrement le salaire mirobolant de l'astre argentin, qui retrouvera le PSG en huitièmes de finale de Ligue des champions le 16 février, trois ans après la fameuse remontada (6-1) de mars 2017.

Messi est le footballeur le mieux payé de la planète, loin devant son éternel rival Cristiano Ronaldo à la Juventus de Turin, ou devant les attaquants du PSG Neymar et Kylian Mbappé.

En plus de l'argument économique, il y a l'argument humain : en joignant l'équipe de Paris, Messi pourrait jouer de nouveau avec son ami Neymar, qui a déclaré le 2 décembre dernier vouloir prendre à nouveau du plaisir avec lui sur un terrain.

Pourquoi pas dès l'année prochaine? a ajouté le Brésilien, complice de Messi pendant quatre ans à Barcelone (2013-2017).

L'autre candidat de poids, qui avait déjà émergé l'été dernier lors du faux départ de Messi, est Manchester City. Le club mancunien, détenu par la famille royale d'Abou Dhabi, a aussi des arguments financiers pour attirer l'Argentin.

La Premier League est d'ailleurs le seul championnat d'Europe qui a continué à dépenser, même après la pandémie de COVID-19 et le confinement du printemps 2020 ayant durement frappé les comptes des clubs de football.

Les Citizens disposent aussi d'un autre argument humain : l'attaquant argentin Sergio Agüero, compatriote et grand ami de Messi, avec qui il partage sa chambre en équipe d'Argentine depuis les sélections de jeunes.

Quelle destination empruntera donc Messi : le Barça, le PSG ou City? Ou alors un autre club inattendu? Une seule chose est sûre : le feuilleton du transfert éventuel de l'un des meilleurs joueurs de tous les temps rythmera les prochaines semaines, car désormais, Lionel Messi a le choix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !