•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Devon Levi, le mouton noir des gardiens d'Équipe Canada junior

Devon Levi défend le filet du Canada devant Tim Stutzle, de l'Allemagne.

Devon Levi en action devant le filet du Canada contre l'Allemagne

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ascension inattendue de Devon Levi en tant que gardien partant d'Équipe Canada junior s'insère très bien dans ce championnat mondial inhabituel.

Le Montréalais est seulement le 3e gardien lors des 40 dernières équipes canadiennes à ce tournoi à ne pas avoir joué dans l'une ou l'autre des trois ligues juniors majeures au pays (LHJMQ, OHL, WHL).

Joueur vedette la saison dernière avec les Canadians de Carleton Place, dans le junior A, et en attente d'amorcer une première campagne à l'Université Northeastern, Levi n'avait pas été invité au camp estival du Canada.

Il a passé plus de jours isolé dans sa chambre d'hôtel durant le camp de sélection que sur la patinoire en raison de deux tests positifs à la COVID-19 parmi ses coéquipiers.

La façon dont Levi a passé ses 14 jours seul dans sa chambre d'hôtel montre bien sa personnalité. Il a indiqué que le yoga, les exercices de coordination, la visualisation, les analyses de vidéos et les devoirs l'ont aidé à passer le temps entre les entraînements et les rencontres avec l'équipe.

J'ai rempli mes journées au point où je ne pouvais pas tout compléter, a affirmé Levi.

Ce constant investissement de soi a aidé Levi à l'élever au rang de partant du Canada, a observé l'entraîneur-chef des Canadians de Carlton Place, Jason Clarke.

La seule façon dont je peux décrire Devon, c'est comme s'il était marié, qu'il avait 35 ans et 2 enfants, sauf qu'il a 19 ans, a mentionné Clarke. Il est simplement très concentré et c'est un être mature qui veut s'améliorer chaque jour.

Inspiré par Luongo

Levi a été sélectionné au septième tour (212e au total) par les Panthers de la Floride lors du repêchage 2020 de la LNH.

Il a grandi en idolâtrant le gardien Carey Price, qui a guidé Équipe Canada junior vers la médaille d'or au mondial de 2007. Le mentor de Levi depuis qu'il a été repêché est toutefois un autre gardien vedette du Canada. Un certain Roberto Luongo, qui est maintenant à la retraite et travaille pour les Panthers.

Levi est né deux ans après que Luongo eut aidé le Canada à remporter la médaille d'argent au Championnat du monde de hockey junior de 1999, à Winnipeg. Le vétéran a également gagné des médailles d'or olympiques aux Jeux de Vancouver, en 2010, et de Sotchi, en 2014.

« Il m'a parlé à multiples reprises. Le message le plus important qu'il m'a dit, c'est d'apprécier le moment. Il y aura peut-être beaucoup de pression, mais tu ne peux vivre que cette pression une fois et c'est un privilège. C'est un immense honneur de lui parler, surtout après ce qu'il a accompli dans la LNH. »

— Une citation de  Devon Levi, gardien d'Équipe Canada junior

Des entraîneurs satisfaits

À sa première saison dans le junior A, Levi a été élu le joueur le plus utile de la Ligue canadienne de hockey junior. Il était devant le filet quand l'équipe Canada Est a obtenu la médaille d'argent au Défi mondial junior A, en 2019, et avait été nommé le joueur le plus utile du tournoi.

Les gardiens de la LHJMQ, de l'OHL ou de la WHL ont toutefois souvent eu la faveur de la direction canadienne. L'entraîneur-chef André Tourigny a souligné que Levi était dans la mire de Hockey Canada pour le camp estival, même s'il n'a pas été invité.

C'est une évaluation difficile de regarder un match de junior A et de projeter ce que les joueurs peuvent accomplir lors du meilleur tournoi junior au monde, a dit Tourigny.

Levi s'est distingué pendant les entraînements, ainsi que les matchs intraéquipe, et a décroché le départ contre la Russie lors du seul match préparatoire du Canada.

En début de tournoi, il n'a pas fait face à beaucoup de lancers au cours des victoires contre l'Allemagne et la Slovaquie. Levi a toutefois maintenu sa concentration et a effectué les arrêts lorsque son équipe en avait besoin.

Pour l'instant, il n'a rien fait pour placer un doute dans notre tête, a conclu Tourigny.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !