•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grand Prix du Canada : des spectateurs attendent toujours le remboursement des billets

Une voiture de course sur une piste.

Une partie du circuit Gilles-Villeneuve avec Montréal en arrière-plan.

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Radio-Canada

Des mois après l’annulation du Grand Prix du Canada 2020, des clients attendent toujours le remboursement de leurs billets.

Je m’inquiète de ne jamais revoir mon argent, affirme à CBC Eileen Sheridan, qui a acheté pour près de 1800 $ de billets.

Les qualifications et la course, qui devaient avoir lieu du 12 au 14 juin dernier, ont été reportées une première fois, puis formellement annulées en juillet dernier.

L'Ontarienne, qui habite Guelph, a acheté ses billets directement au promoteur, soit le Groupe de course Octane. Ce dernier lui a répondu qu’à cause du nombre élevé de demandes, il pourrait y avoir un délai de 60 jours pour les remboursements.

N’ayant toujours pas eu de nouvelles en octobre, elle a alors contacté le service à la clientèle, qui s’est excusé du délai, mais qui ne pouvait toujours pas lui offrir une date à laquelle elle pourrait ravoir son argent.

Même réponse en décembre.

C’est une somme d’argent importante pour nous, souligne la cliente. Ç’a été une année difficile pour tout le monde. Ce serait bien d’avoir cet argent dans mes poches.

De longs délais

CBC s’est entretenue avec de nombreux détenteurs de billets en Colombie-Britannique, en Ontario et aux États-Unis. Aucun d’entre eux n'a été remboursé.

Jay Howard, de Toronto, a fait son achat auprès d’un revendeur de billet autorisé, soit montrealgrandprix.com. Il pensait qu'assister au Grand Prix serait une belle façon de célébrer la remise de diplôme et le 18e anniversaire de son fils.

Lui aussi a eu la promesse que ses quatre billets, d'une valeur totale de 1900 $, lui seraient remboursés. Il affirme avoir contacté à plusieurs reprises le revendeur pour avoir de l’information, mais en vain.

La semaine dernière, le revendeur lui a avoué qu’il n’avait toujours pas eu son propre remboursement du promoteur. Exaspéré, Jay Howard a contacté CBC Montreal. J’ai l’impression qu’ils profitent de la situation, dit Jay Howard.

Le propriétaire de montreagrandprix.com Angelo D’Ambra affirme qu’il se sent terriblement mal pour ses clients. Il comprend que plusieurs soient fâchés et déçus. Il a reçu plusieurs mises en demeure à ce sujet.

Certains détenteurs de billets auraient souhaité récupérer leur argent avant Noël. Nous n’avons pas l’argent, affirme Angelo D’Ambra. Je le jure, je me suis même effondré avec certains clients lorsque je faisais les appels leur disant : "C’est votre argent, je le sais, vous méritez que l’on vous rembourse, mais je n’ai pas la somme actuellement."

Il souligne que même si son entreprise achète les billets du Groupe de course Octane, il en est tout à fait indépendant. Nous n’avons pas reçu le remboursement d’Octane, ajoute-t-il. Il demande à ses clients de lui faire confiance et que le remboursement se fera éventuellement.

Amère de la F1

Toute cette expérience a laissé un goût amer à Taimi Williamson. Assez, c’est assez. C’est le moment de redonner l’argent aux gens, affirme celle qui a aussi acheté ses billets d’un revendeur autorisé.

Elle a contacté directement le Groupe de course Octane lorsque son revendeur lui a précisé qu’il n’avait lui-même pas encore été remboursé. On lui a répondu qu’Octane ne possède aucune trace de son achat, puisque les revendeurs ne partagent pas les informations de leurs clients.

Mme Williamson a donc envoyé tous les renseignements concernant l’achat de ses billets au promoteur. C’est sûr que j’aimerais recevoir un crédit de 800 $ sur ma carte de crédit juste avant Noël, c’est un mois difficile, dit celle qui habite London, en Ontario.

Devant la façon dont elle est traitée, elle n'envisage plus de racheter des billets pour la F1. Du point de vue du service à la clientèle, c’est une gestion terrible, conclut-elle.

Les recours

Pour Jeff Orenstein, avocat à Consumer Law Group, il n’y a pas de différence si les billets ont été achetés directement du promoteur ou d’un revendeur.

Si un événement est annulé et qu’aucune autre date n’est ajoutée, les consommateurs qui vivent au Québec ou qui font affaire avec une entreprise dont le siège social est au Québec doivent obtenir un remboursement, comme stipulé dans la Loi sur la protection du consommateur.

Il recommande aux clients de se plaindre à la fois au Bureau d’éthique commerciale et à l’Office de la protection du consommateur.

Il y a la force du nombre, affirme-t-il.

Il suggère aussi aux clients de vérifier avec leurs compagnies de cartes de crédit s’ils ne peuvent pas annuler la vente.

Si ça ne fonctionne pas, il y a toujours les recours en justice, mais ceux-ci peuvent être dispendieux et compliqués, surtout si le revendeur fait un profit.

Il donne comme conseil aux gens qui seraient tentés par la voie des tribunaux de viser le plus d’entreprises possible dans la chaîne de distribution.

Les accusés seront peut-être tentés de jeter le blâme sur les autres, souligne l’avocat. Mais du point de vue du consommateur, l’important est d’être remboursé, peu importe qui le fait.

François Dumontier, qui est président du Grand Prix du Canada et propriétaire du Groupe de course Octane, n’a pas accepté les nombreuses demandes d’entrevues de CBC Montréal.

D'après un texte de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !