•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’activité physique pourrait améliorer votre réponse aux vaccins

Elle porte un masque sur le visage.

Une femme fait de la course à pied.

Photo : Getty Images / DjelicS

Parmi les nombreux bienfaits à faire de l’activité physique, l’un d’entre eux est particulièrement d’actualité. Plusieurs études effectuées à petite échelle suggèrent que de faire une séance d’exercice le jour où l’on reçoit un vaccin augmente l’effet de ce dernier.

Même s’il y a des nuances à apporter à cette affirmation, le kinésiologue et étudiant au doctorat à la Faculté des sciences de l’activité physique de l’Université de Sherbrooke, Hugo Parent-Roberge, souligne que l’hypothèse est viable.

Ce que l’on pense, c’est qu’une séance d’exercice, par un paquet de différents mécanismes immunitaires, pourrait avoir un effet immunostimulant transitoire, souligne-t-il. Donc, l’idée c'est de dire que si l’on fait de l’activité physique à proximité de l’administration d’un vaccin, on pourrait avoir des effets sur la qualité de la réponse au vaccin.

Certaines personnes auraient plus de bénéfices à faire de l’activité physique le jour de l’administration d’un vaccin. C’est le cas des personnes âgées dont la réponse immunitaire aux vaccins est généralement moins bonne que le reste de la population.

Lorsqu’il y a un vaccin dont l’efficacité semble moins importante, par exemple chez les femmes âgées en comparaison des hommes âgés, l’exercice semble avoir un effet de rétablissement de la réponse immunitaire, affirme Hugo Parent-Roberge. Ça semble aider à compenser lorsque l’on a un vaccin moins efficace. On voit ça aussi chez les animaux. Il y avait une étude sur les souris en surpoids, donc des souris obèses et des souris non obèses, et l’on voit que l’exercice semble aider à rétablir la réponse vaccinale.

Des aînés s'entraînent dans un gym.

Les personnes âgés qui font une séance d'activité physique le jour de l'administration d'un vaccin verraient leur réponse immunitaire augmenter.

Photo : iStock

Les globules blancs, une piste d'explication

Une explication à ce phénomène pourrait être la circulation de certains types de globules blancs dans le sang qui sont liés à la production des anticorps.

On sait que le fait de faire un effort physique, le système immunitaire répond fortement à ça, affirme le kinésiologue. Après une séance d’activité physique, le niveau sanguin augmente beaucoup. On retrouve donc les globules blancs en plus grande quantité en circulation dans les heures qui suivent.

Et ce phénomène a été étudié, autant chez les animaux que chez les athlètes en bonne santé et les personnes non athlétiques, mais aussi en bonne santé.

Il y a beaucoup d’études qui montrent ce que je viens de vous expliquer là, soit l’hypothèse mécanistique, ajoute Hugo Parent-Roberge. Pour faire un petit parallèle, mes études de doctorat portent sur l’exercice et le cancer. Et c’est un petit peu la même hypothèse que l’on a. De faire de l’exercice à proximité d’un traitement de cancer comme la chimiothérapie ou l’immunothérapie pourrait améliorer l’effet de ce traitement-là, on commence à voir des applications de ce mécanisme.

Comme le corps humain est une machine complexe , il y a probablement d’autres explications.

Des études se sont penchées sur les effets de l’activité physique sur plusieurs types de vaccins, dont celui contre la grippe, les méningocoques et les pneumocoques, entre autres.

Ce que l’on voit dans la littérature, c’est que s’il y a un effet de l'exercice pour améliorer la réponse d’un vaccin. Le mécanisme pourrait être un peu différent d’un pathogène à l‘autre, explique le kinésiologue. Il semble y avoir des différences sur les mécanismes immunitaires quand on passe à un vaccin à l’autre et des différences entre les hommes et les femmes.

Et combien de temps faut-il s’activer?

Si l’on explique mal encore le phénomène et que l’on ne peut pas le chiffrer, c’est que les recherches qui se sont penchées sur l’activité physique et la réponse immunitaire aux vaccins ont toutes été faites à petite échelle.

Des études préliminaires ou précliniques, il y en aurait une dizaine environ depuis les années 1990. Certaines ont analysé l'effet d'une séance d'exercice avant de recevoir un vaccin et d'autres après. La plupart suggèrent qu’il y a bel et bien un lien.

Il y a quand même plusieurs études qui suggèrent que ça fonctionne, mais on est rendu à l’étape de faire des études à plus grande échelle où l’on va suivre deux cohortes de gens qui se sont fait vacciner. Une qui fait de l’exercice, l’autre qui n’en a pas fait et de voir, dans les 6 à 12 mois suivants, le nombre de personnes qui tombent malades.

Pour le moment, on ne peut pas faire de recommandations claires selon l’âge ou le sexe quant au nombre de minutes d’activité physique à faire et combien de temps faut-il les faire avant ou après l’administration du vaccin.

En se basant sur les connaissances actuelles, Hugo Parent-Roberge croit qu’une séance d’exercice cardiovasculaire de 30 à 60 minutes, d’intensité au moins modérée (qui génère un certain essoufflement, mais où l’on est encore capable de parler avec quelqu’un), pourrait être une cible.

Selon lui, la clé est de ne pas nous épuiser complètement lors de l’activité physique puisque l’on pourrait produire l’effet inverse sur notre système immunitaire.

Même si plusieurs questions demeurent, le kinésiologue est d’avis que vous n’avez rien à perdre à faire une séance d’exercice la journée où vous recevez un vaccin.

Dans le meilleur des cas, il y aura un effet positif sur la réponse vaccinale. Dans le pire des cas, l’effet immunitaire sera neutre, mais il y aura d’autres bienfaits, comme sur le système cardiovasculaire!

Hugo Parent-Roberge, étudiant au doctorat à la Faculté des sciences de l’activité physique de l’Université de Sherbrooke

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !