•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Planches cassées et stress pour Sébastien Toutant... mais un nouveau film

Un planchiste effectue une figure dans les airs

Sébastien Toutant

Photo : Getty Images

Sébastien Toutant présente son nouveau film, Short Notice, tourné en majeure partie au Québec.

Pendant 25 minutes, le planchiste et sa bande (Gab Jacques, Brandon Davis, Melissa Riitano, Jed Sky, Gabriel Gosselin, Alexis Roland et Frank Jobin) sillonnent la province à la recherche des plus beaux ou spectaculaires endroits pour faire de la planche à neige. Le résultat : beaucoup de rails, de sauts, de chutes et du plaisir.

L’aspect créatif des films plaît au médaillé olympique de Pyeongchang.

On essaie de trouver des places pour faire du snow et des places qui ne sont pas faites pour faire du snow, dit-il. C’est beaucoup d’essais et erreurs, beaucoup de risques de blessures. C’est une autre forme de pression.

J’adore le processus de travailler fort, de pelleter, de construire un set-up, de l’essayer, de travailler fort pour faire une figure. Et quand tu le réussis, ça donne le même feeling que lorsque tu gagnes une compétition.

Le médaillé d’or en grand saut (big air) des Jeux olympiques de Pyeongchang admet qu’il peut être terrifié avant d’essayer un saut ou un aménagement qu’il vient tout juste de terminer dans les rues de Montréal.

On glisse quand même sur des rampes d’escalier, avec des marches en béton ou en métal, avec pratiquement pas de neige alentour, fait-il remarquer. Les conditions sont encore plus terrifiantes que les set-up qu’on fait en compétition.

Le sentiment d’avoir réussi un saut ou une figure à un endroit où personne ne l’avait fait avant surpasse toutefois le stress de l'atterrissage manqué sur le béton.

Quand tu vois la shot réussie, tu fais : "Oh! mon dieu, c’est vraiment fou". Mais quand tu vois le behind the scene, tout l’effort et les chutes auparavant, c’est beaucoup de travail pour avoir une shot.

À la blague, il évalue avoir brisé une dizaine de planches lors du tournage.

Short Notice pourrait aussi être le nom de la saison 2020-2021 de beaucoup d’athlètes. Le calendrier de compétitions est très incertain et sujet à changement à cause de la pandémie.

Seb Toots se prépare pour des compétitions en Europe en janvier. Mais, comme il le fait remarquer, on ne sait jamais si ça va avoir lieu jusqu’à ce que ça ait lieu. En théorie, il doit compétitionner en Autriche, en Suisse, puis aller au Colorado pour les X Games.

Comme la planche est un sport individuel et extérieur, il espère bien se mesurer aux autres athlètes en 2021.

Si ça a lieu avec des restrictions, ce sera très différent de ce que l’on est habitués à avoir comme compétition, analyse-t-il. Moins de personnes autour de nous, moins d’accès au salon des athlètes avec la nourriture où on peut s’entraîner et se réchauffer. Je pense que ça, on ne va pas en avoir pour limiter les rapprochements avec les autres athlètes.

C’est une saison quand même importante, ajoute Sébastien Toutant. C’est la préqualification olympique cette année, sinon ce sera l’année prochaine et ça va être plus condensé avant les Jeux. J'espère avoir quelques compétitions cette année pour faire des points.

Et la pandémie le force à rester au pays pour s’entraîner. Il s’est rendu au Yukon le mois dernier, une première, qu’il espère refaire un jour.

Dans toute cette incertitude, le jeune homme de 28 ans garde le moral. Il affirme n’avoir jamais été aussi en forme mentalement et physiquement.

Je crois que c’est la première fois de ma vie depuis que je fais du snowboard que j’ai passé aussi longtemps sans toucher à ma planche. Là, je suis vraiment excité, dit-il avec le sourire. Je suis excité, je suis hyper motivé. Je me sens comme un kid!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !