•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le propriétaire des Rays considère la garde partagée comme « la seule option »

Il s'adresse aux médias.

Stuart Sternberg est le propriétaire des Rays de Tampa Bay depuis 2005.

Photo : The Associated Press / Chris O'Meara

Radio-Canada

L'épineux projet de garde partagée d'une équipe du baseball majeur entre les marchés de Montréal et de St. Petersburg n'est pas mort dans l'œuf avec la pandémie de COVID-19. C'est tout le contraire, selon le propriétaire des Rays de Tampa Bay Stuart Sternberg.

L'homme à la tête de l'organisation floridienne a indiqué mardi au Tampa Bay Times qu'il s'agissait du principal objectif et de la seule option dans mon esprit lorsque le bail des Rays au Tropicana Field expirera après la saison 2027.

Stuart Sternberg a avancé que d'énormes progrès ont été effectués ces derniers mois avec le groupe mené par Stephen Bronfman en ce qui concerne les plans d'un stade de baseball et les relations d'affaires. Il est encouragé et aussi très satisfait de l'avancement du dossier.

L'Américain, qui est né à New York, agit comme propriétaire des Rays depuis 2005 et n'envisage pas de vendre son équipe, a-t-il assuré.

L'homme de 61 ans a également affirmé que les Rays n'avaient pas été approchés par aucun groupe local au sujet de la construction d'un stade ou de l'achat de l'organisation, finaliste de la dernière Série mondiale.

S'il fallait que la garde partagée avec Montréal ne fonctionne pas, Stuart Sternberg se retrouverait en quelque sorte les mains vides. Je déterminerai quelle est la prochaine étape à ce stade, mais il n'y a pas de plan B pour le moment, a-t-il dit.

Lundi, le promoteur immobilier Devimco a dévoilé les premières maquettes de sa vision du bassin Peel, lesquelles ont été confectionnées, pour l'instant, sans prendre en compte la construction d'un stade pouvant accueillir une équipe de baseball professionnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !