•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le site devant le stade national de Tokyo est désert.

Les Jeux olympiques de Tokyo doivent s'ouvrir le 23 juillet prochain.

Photo : AFP / PHILIP FONG

Agence France-Presse

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo ont annoncé vendredi que l'événement, remis à l'été 2021 en raison de la COVID-19, coûterait au moins 267 milliards de yens (3,3 milliards de dollars canadiens) de plus que prévu.

Selon le comité organisateur, ce montant s'explique par des dépenses de fonctionnement liées au report (2,1 milliards de dollars) et par l'impact financier des mesures contre le coronavirus qui seront mises en place pour les Jeux (1,2 milliard).

« Si vous avez un verre, vous pouvez considérer qu'il est à moitié vide, ou à moitié plein, a dit le président du comité d'organisation Yoshiro Mori, philosophe, devant les journalistes. Cela dépend de la manière de le regarder. »

Les coûts pourraient encore enfler davantage, car l’organisation de Tokyo 2020 a déclaré qu'elle préparait un budget additionnel de réserve de 333 millions de dollars pour aider à couvrir ces dépenses.

Cette annonce intervient au moment où l'organisation tente de susciter l'enthousiasme autour de ces Jeux depuis leur report en mars dernier, en assurant que l'événement pourra avoir lieu à l'été 2021 même si la pandémie n'est pas maîtrisée.

Le coût alourdi des Jeux pourrait cependant encore refroidir l'opinion publique japonaise qui, selon plusieurs sondages, est majoritairement en faveur d'un nouveau report, voire d'une annulation pure et simple.

« Cela pourrait être vu comme trop cher ou alors comme la preuve que nous avons bien réussi à maîtriser les coûts, cela dépend comment vous voyez ça, a déclaré aux journalistes le directeur général du comité d'organisation de Tokyo 2020, Toshiro Muto. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour mériter la compréhension du public. »

Les coûts supplémentaires seront répartis entre le gouvernement japonais, la municipalité de Tokyo et le comité organisateur japonais.

Le Comité international olympique ne versera pas d'argent, mais a accepté pour la première fois de ne pas percevoir de pourcentage sur les revenus en provenance des commanditaires, ont annoncé les organisateurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !