•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blessé, Mikaël Kingsbury ratera le début de la saison

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Mikaël Kingsbury

Mikaël Kingsbury

Photo : La Presse canadienne / Jeff Swinger

Radio-Canada

Mikaël Kingsbury ratera le début de la saison 2020-2021. Le skieur acrobatique de Deux-Montagnes s’est fracturé les vertèbres T4 et T5, dimanche, à l’entraînement.

Kingsbury devrait rater de quatre à six semaines d'activité, une première dans sa carrière. Il regardera les trois premières Coupes du monde de la saison à partir de chez lui.

Selon ce qu'il a expliqué par communiqué, le skieur de 28 ans a chuté après un atterrissage à Ruka, en Finlande, où s'ouvrira la saison ce week-end.

J’avais bien réussi mon saut, mais j’ai atterri au mauvais endroit et, en tentant de me protéger le plus possible, c’est finalement mon dos qui a pris le plus gros du choc, a expliqué Kingsbury. La bonne nouvelle, c’est que les fractures sont sur la pointe arrière des vertèbres du milieu du dos, donc mon système nerveux n’a pas été touché.

En entrevue depuis son domicile avec Radio-Canada Sports, Kingsbury a indiqué qu'il allait prendre le temps qu'il fallait pour guérir sa blessure à 100 % avant de remonter sur ses skis.

Il va falloir que j'attende de quatre à six semaines pour que les os se recollent ensemble, pour tranquillement reprendre l'activité physique et tranquillement revenir sur mes skis, a-t-il dit.

C'est plate de manquer des courses, surtout que c'est une année qui est différente. Je me suis entraîné fort physiquement pour être au sommet de ma forme. J'ai moins skié. C'est une bad luck. C'est pas des nouvelles le fun à entendre. Mais là, je suis motivé à apprendre de tout ça et de revenir le plus vite possible, quand je vais le pouvoir, a-t-il renchéri.

Patience et prudence

Interrogé sur ce qu'il allait être en mesure de faire pour retrouver tous ses moyens, Mikaël Kingsbury a indiqué qu'il n'avait d'autre choix que d'y aller une étape à la fois.

Dans les premiers jours, ce que je me suis fait dire, c'est vraiment de me reposer. Le moins de mouvements, le moins que je peux faire des mouvements qui peuvent me pincer un peu dans le dos... c'est moins bon. Donc, c'est de garder le dos le plus droit possible en tout temps. Je suis clear pour faire du vélo stationnaire. Je vais commencer à en faire tranquillement. Tant que ça ne me fait pas mal, je peux en faire un peu.

Je suis chanceux. Je suis vraiment bien suivi par un groupe médical de spécialistes qui s'y connaissent beaucoup mieux que moi là-dedans. Des entraîneurs physiques aussi. Tout le monde va m'aider et on va y aller au jour le jour pour tranquillement me remettre sur pieds le mieux possible.

Le compétiteur en lui ne peut s'empêcher de penser à sa quête d'un 10e globe de cristal d'affilée qui s'avère plus compliquée.

C'est sûr que je trouve dommage de ne pas pouvoir commencer la saison et d'avoir la chance de peut-être gagner un 10e globe en ligne. Je ne mets pas une croix là-dessus parce que j'ai toujours des chances de faire quelques Coupes du monde. C'est une saison qui va être différente. On était prêts à recevoir plusieurs balles courbes cette année à cause de la COVID.

Le circuit va être différent. On n'est pas sûrs encore à 100 % combien d'événements on va avoir. Ce qui me préoccupe aujourd'hui, c'est d'être capable de revenir.

Enfin, Kingsbury a relaté son retour à Montréal en avion qui s'est fait dans des conditions moins pénibles qu'anticipées.

Le retour à la maison a été quand même long, a-t-il dit. On était dans le nord de la Finlande, à Ruka. Donc, t'as trois vols pour rentrer à la maison. J'ai été chanceux de pouvoir voyager en première classe dans tous mes vols et au moins avoir plus d'espace pour mes jambes, des bancs un peu plus larges, un peu plus confortables pour mon dos.

Ç'a été plus smooth pour moi, surtout dans le long vol entre Londres et Montréal, de pouvoir être couché pendant un petit bout. Ç'a fait du bien. Ç'a passé un peu plus vite, a-t-il conclu.

Il en a profité pour remercier partisans et amis qui lui ont adressé des centaines de messages d'encouragement et de prompt rétablissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !