•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Avez-vous un quart à prêter aux Broncos?

Deux joueurs de football étendus sur la surface de jeu après un sac du quart.

Le cinquième quart des Broncos de Denver Kendall Hinton est plaqué par Cameron Jordan des Saints de La Nouvelle-Orléans.

Photo : AP / David Zalubowski

Les Broncos jouent avec un receveur réserviste au poste de quart, le match Ravens-Steelers est remis trois fois et les 49ers sont forcés de déménager pour au moins trois semaines. Pourquoi? Parce que nous sommes en 2020…

La NFL tient à jouer tous ses matchs, sans trop d’égard pour ceux qui les jouent et ceux qui les regardent.

Certains partisans des Broncos de Denver sont furieux contre la NFL, d’autres contre leurs quarts.

Contrairement aux Ravens de Baltimore cette semaine, et aux Titans du Tennessee et aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre en début de saison, les Broncos n’ont pas eu le luxe de déplacer leur match contre les Saints, même si leurs QUATRE quarts étaient en isolement parce que l’UN d‘entre eux a reçu un résultat positif à la COVID-19 .

C’est le quart no 3, Jeff Driskel, qui a reçu le test positif. Le partant Drew Lock et les deux autres sont en confinement parce qu’ils ont été en contact étroit avec Driskel et qu’ils avaient laissé tomber le masque lors des réunions du groupe.

Les Broncos ont tenté de faire porter l'uniforme à un entraîneur, mais la ligue a refusé. L'équipe s'est alors tournée vers un receveur de son équipe de réserve, qui avait été quart à ses trois premières saisons universitaires.

Résultat : une défaite de 31-3 dans un match où les Broncos ont tenté 9 passes et en ont complété seulement une pour 13 verges.

J’écris que les Broncos ont tenté 9 passes, plutôt que le pauvre Kendall Hinton, qui s’est retrouvé derrière le joueur de centre. Le jeune homme n’avait pas lancé une passe depuis octobre 2018. Il avait alors fait la transition du poste de quart à celui de receveur pour les Demon Deacons de l’Université Wake Forest.

À Denver, certains disent que la ligue a voulu se servir de leur équipe comme exemple pour faire peur aux autres. Mais il y en a aussi qui disent que les quarts n’avaient qu’à suivre les consignes et ils auraient été épargnés. Bref, on a entendu à plusieurs reprises l’éternel : Ils ont eu ce qu’ils méritaient.

L’entraîneur-chef des Broncos, Vic Fangio, n’a pas vraiment défendu ses quarts. Il pourrait même leur imposer une amende pour conduite préjudiciable à l’équipe.

À la suite de cette mésaventure, certaines équipes vont dorénavant s’assurer qu’un quart réserviste participe aux réunions à distance pour s’assurer qu’il y en ait au moins un de disponible le dimanche.

En passant, les Broncos pourraient avoir récupéré trois de leurs quarts dès mercredi, pourvu qu’ils aient reçu deux tests négatifs consécutifs. Ils auraient donc pu jouer, si leur match avait été déplacé.

C’est d’ailleurs ce qui est arrivé aux Ravens, qui retrouveront deux de leurs porteurs de ballon pour le match contre les Steelers mercredi.

Deux poids, deux mesures?

C’est ce qu’on dit… à Denver, du moins.

La NFL s’est engagée à disputer un calendrier complet et n’a même pas ajouté de semaines de congé supplémentaires, au cas où il y aurait des éclosions dans quelques équipes.

Ça donne ce que ça donne. Des matchs ennuyants avec moins de 100 verges de passes au total des deux équipes, diront ceux qui voient le verre à moitié vide. Du football tous les jours de la semaine, répliqueront ceux qui tentent de voir le bon côté des choses.

Ce match du mercredi est une rareté. C’est seulement le troisième dans l’histoire de la NFL.

La rencontre est présentée en après-midi parce qu’au réseau NBC, la soirée est réservée à la cérémonie d’allumage du sapin au centre Rockefeller à New York…

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !