•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CIO : Thomas Bach a la voie libre pour un deuxième mandat

Thomas Bach assis devant une table en conférence de presse.

Le président du Comité olympique international, Thomas Bach

Photo : Getty Images / FABRICE COFFRINI

Agence France-Presse

L'Allemand Thomas Bach, qui préside le Comité international olympique (CIO) depuis 2013, sera seul en lice pour briguer un second mandat, a annoncé l'organisation mardi après la clôture des candidatures.

Champion olympique de fleuret par équipe aux Jeux de Montréal, en 1976, l'avocat de 66 ans sollicitera sa réélection pour quatre ans au cours de la 137e session du CIO, programmée à Athènes du 10 au 12 mars 2021.

Il s'agira nécessairement de son dernier mandat, selon les statuts du CIO. Le patron de l'instance olympique est élu pour 8 ans par les 104 membres de l'organisation, à bulletin secret, mais ne peut être reconduit qu'une fois pour une durée réduite de moitié.

Parfois critiqué à l'interne pour sa gestion jugée autoritaire, Bach ne s'est guère heurté à une opposition déclarée depuis 2013, à l'exception de l'avocat canadien Dick Pound, vétéran de l'instance au sein de laquelle il siège depuis 1978.

La fin de son dernier mandat a été agitée par la pandémie de COVID-19, qui a contraint le CIO à reporter sa grand-messe olympique pour la première fois en temps de paix.

Les Jeux de Tokyo, initialement prévus à l'été 2020 et censés symboliser la reconstruction du pays après le tsunami de 2011, ont été reprogrammés à 2021 et leur organisation demeure un casse-tête financier et sanitaire.

Le neuvième président du CIO s'était lancé dans la politique sportive en devenant porte-parole des athlètes d'Allemagne de l'Ouest pour pouvoir disputer les Jeux de Moscou, en 1980, finalement boycottés par son pays afin de protester contre l'intervention militaire de l'URSS en Afghanistan, en décembre 1979.

Une fois diplômé du barreau, il avait notamment défendu les intérêts d'Adidas et côtoyé son ancien patron Horst Dassler, acteur majeur et controversé du sport international pour son rôle dans la faillite de sa société de marketing sportif ISL.

Entré au CIO en 1991, élu vice-président en 2000, Thomas Bach avait eu besoin de deux tours de scrutin en 2013 pour succéder au Belge Jacques Rogge lors d'une session à Buenos Aires, face à cinq rivaux, dont la légende ukrainienne du saut à la perche Sergueï Bubka.

Pour leur réélection, les présidents du CIO bénéficient du système de cooptation des membres de l'instance. Environ la moitié (55) des électeurs du futur président ont intégré l'organisation depuis 2014, sous l'égide de Bach.

Parmi les prétendants souvent cités pour sa succession figure l'Anglais Sebastian Coe, double champion olympique du 1500 m (1980 et 1984) et président de la Fédération internationale d'athlétisme, entré au CIO lors de la 136e session en juillet dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !