•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le médecin de Maradona visé par une enquête pour homicide involontaire

Diego Maradona en mars 2020

Diego Maradona

Photo : afp via getty images / ALEJANDRO PAGNI

Agence France-Presse

Le médecin de Diego Maradona est visé par une enquête pour homicide involontaire, a annoncé le parquet de San Isidro en Argentine. L'icône du soccer est décédée d'un arrêt cardiaque à l'âge de 60 ans mercredi.

La police a perquisitionné dimanche le cabinet et le domicile de Leopoldo Luque à la recherche d'éléments relatifs à une éventuelle négligence professionnelle, selon le parquet et des images diffusées par la télévision.

La mise en cause du Dr Luque, qui a opéré Maradona au début de novembre pour un hématome à la tête, n'implique pas automatiquement un interrogatoire, une garde à vue ou une privation de liberté, ont précisé des sources judiciaires de San Isidro.

Nous continuons les investigations en recueillant des témoignages, dont ceux de membres de la famille [de Maradona], a indiqué l'une d'entre elles.

Leopoldo Luque s'adresse aux médias argentins.

Leopoldo Luque

Photo : Getty Images / Javier Gonzalez Toledo

L'enquête a été déclenchée à la suite des déclarations des trois filles de Maradona, soit Dalma, Gianinna et Jana, concernant la manière dont le problème cardiaque de l'ancien joueur de soccer a été géré dans sa résidence à Tigre, en banlieue de Buenos Aires.

Vous voulez savoir de quoi je suis responsable? De l'avoir aimé, de m'être occupé de lui, d'avoir prolongé sa vie, de l'avoir améliorée jusqu'à la fin, a déclaré le Dr Leopoldo Luque entre deux sanglots durant une conférence de presse télévisée.

Il ne sait pas pourquoi il n'y avait pas de défibrillateur en cas de crise cardiaque au domicile de Maradona et a bien indiqué qu'il n'était pas son médecin traitant.

Je suis neurochirurgien. Je suis la personne qui s'occupait de lui [depuis l'opération]. Je suis fier de tout ce que j'ai fait. Je n'ai rien à cacher. Je suis à la disposition de la justice, a ajouté le Dr Luque.

Maradona semblait bien se remettre de l'opération à la tête subie quatre semaines avant son décès. L'emplacement de la résidence où il effectuait sa convalescence avait été choisi afin qu'il soit près de ses filles.

Il aurait dû aller dans un centre de rééducation. Il n'a pas voulu et ne voulait pas non plus d'un accompagnant thérapeutique, a précisé le Dr Luque, qualifiant Maradona d'ingérable.

Une psychiatre avait demandé qu'il y ait toujours une ambulance devant chez lui. Je ne sais pas qui est responsable du fait qu'il n'y avait pas d'ambulance [ce jour-là], a ajouté le neurochirurgien.

Au lendemain de l'annonce de la mort de Maradona, jeudi, son avocat et ami Matias Morla a dénoncé le travail des ambulanciers. Selon lui, l'équipe médicale a mis trop de temps à se présenter au domicile du champion du Mondial de 1986.

Aucune plainte n'a encore été déposée. L'enquête a été ouverte parce qu'il s'agit d'une personne morte chez elle, et que personne n'a signé son certificat de décès. Cela ne signifie pas qu'il y a des soupçons d'irrégularités, a dit une source judiciaire de manière anonyme.

Le parquet de San Isidro attend les résultats des tests toxicologiques de Maradona. Il a réclamé son dossier médical, ainsi que les enregistrements des caméras du quartier où l'homme a vécu ses derniers jours.

Des hommages marqués sont rendus à Maradona dans les différents stades de soccer du monde depuis son décès. Même l'équipe néo-zélandaise de rugby a tenu à souligner le départ de la légende argentine avant une rencontre internationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !