•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courte piste : les dernières Coupes du monde sont annulées

« S'il y a juste une compétition, je vais être prêt à 100% », assure Charles Hamelin.

Deux patineuses de vitesse dans un virage

Kim Boutin à la Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste à Salt Lake City devant la Néerlandaise Suzanne Schulting

Photo : Alex Goodlett/ISU

Radio-Canada

Les dernières étapes de la saison de Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste viennent de tomber à l’eau. La fédération allemande a annoncé vendredi l’annulation des deux événements prévus sur son territoire en février prochain.

L’évolution de la pandémie de COVID-19 a forcé la main de la fédération allemande, qui a expliqué par communiqué que l’absence de commanditaires et de spectateurs ainsi que les exigences du gouvernement rendaient impossible la tenue des compétitions à Bietigheim-Bissingen et à Dresde.

Après l’annulation des Coupes du monde de Séoul et de Pékin, qui devaient avoir lieu en décembre, celles prévues en Allemagne étaient les seules encore au programme pour la saison 2020-2021.

Les Championnats du monde prévus du 5 au 7 mars à Dordrecht, aux Pays-Bas, sont désormais l’unique compétition internationale au programme de l’Union internationale de patinage pour cette saison.

C’est un peu bizarre parce qu’il y a deux jours, on a eu confirmation de l’ISU qu’il y aurait une bulle avec les coupes du mondes en Allemagne et les mondiaux qui allaient être devancés d’une semaine, a expliqué Charles Hamelin, vétéran de l’équipe national et multiple médaillé olympique.

Ça devait être trois compétitions de suite, et là on apprend que c’est le contraire, les Coupes du monde sont annulées. J’ai lu qu’ils essayaient de les remettre ailleurs. Est-ce qu’ils vont réussir on ne le sait pas.

Ce qu’on sait, pour l’instant, c’est qu’on a que les Championnats du monde en 2021. Moi, je vais avec le flow. S’il y a juste une compétition, je vais être prêt à 100 %, sinon ça sera autre chose.

Hamelin croit que son expérience lui donnera un net avantage.

Ça fait plus de 16-17 ans que je suis sur le circuit de la Coupe du monde. J’en ai vu une et une autre. S’il y a quelqu’un qui est capable de voir les situations avantageuses et d’en tirer profit, c’est moi. Si je n’ai pas de blessure ou d’autres problèmes à ce moment-là, je devrais être prêt à 100 % à me battre pour être champion du monde.

C’est pour les plus jeunes que c’est difficile. Tu as plus besoin d’expérience, t’as besoin de faire les courses, de te mesurer aux autres, voir c’est quoi leur niveau. Chaque année il y a des patineurs qui régressent, qui s’améliorent, selon les blessures, l’entraînement, etc. Ça va être une surprise totale, et ça sera aux mondiaux. Moi je contrôle le contrôlable, après ça c’est l’expérience qui parlera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !