•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marathon de Montréal, une histoire de famille pour les Arsenault

Des coureurs s'élancent dans les rues de Montréal.

Le marathon de Montréal n'a pas eu lieu en 2020.

Photo : Getty Images / Dylan Buell

Radio-Canada

« Sébastien n'aurait pas été mon fils que c'est lui que j'aurais proposé pour prendre la suite de ce qu'on a créé en 1979 », affirme Serge Arsenault à propos de son fils Sébastien, nouveau PDG du Marathon international de Montréal.

Les deux hommes étaient de passage à l’émission Pénélope, jeudi matin, à ICI Première.

Serge Arsenault a fait partie de l’équipe qui a lancé le marathon de Montréal en 1979 et son fils Sébastien vient de remporter l’appel d’offres de la Ville pour organiser l'événement à compter de l’an prochain.

L'événement traverse une période tumultueuse. Il a naturellement été annulé à cause de la COVID-19 en 2020, et il avait été marqué par la mort tragique d’un coureur de 24 ans au demi-marathon en 2019.

L’organisation avait été blâmée par la coroner Géhane Kamel dans son rapport sur le décès de Patrick Neely. La coroner avait parlé d’une série de cafouillages qui ont compromis les chances de survie de M. Neely.

C’est une entreprise américaine qui gérait le marathon de Montréal depuis 2011. Pour Serge Arsenault, il était important que des Québécois reprennent l’événement pour en assurer le rayonnement.

Depuis sept ou huit ans, ça ressemblait à un désert, parce que l’entreprise américaine qui gérait le marathon de Montréal, Rock’n' Roll Marathon, c’est une compagnie et le premier article de leur charte, c’est les profits, dit-il.

Les plus grandes villes du monde comme Paris, New York, Rome, Londres présentent le plus bel aspect de leur ville avec le parcours qu’ils vont mettre en place.

L'ancien organisateur estime qu'il ne faut pas avoir peur de déranger un peu pour présenter un événement de haut niveau.

Il ne faut pas être tiède à Montréal et dire qu’il faut que le marathon ne dérange pas.

Serge Arsenault

Son fils Sébastien croit que les autorités municipales seront plus ouvertes à compter de maintenant.

Je suis convaincu qu’on va réussir à offrir un parcours qui va être génial, qui va être stimulant et qui va satisfaire tout le monde au point de vue sportif et sécuritaire, estime-t-il.

Le nouveau PDG a bon espoir de parvenir à présenter l’événement malgré la COVID-19.

J’espère qu'avec la COVID, les gens vont avoir un besoin criant de sortir dehors et de faire de l’exercice, dit-il. Je crois que l’équipe en place peut répondre aux besoins que la Ville avait émis lors de l’appel d’offres qui étaient, premièrement, de redonner le marathon à ses citoyens.

C’est une immense opportunité et, avec l’équipe qu’on a en place, je suis convaincu qu'avec le peu de mois qu’on a, on peut, pour la première année, livrer un marathon avec des priorités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !