•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quels enjeux pour la fin de la saison de F1?

Le pilote automobile lève un trophée en souriant.

Lewis Hamilton

Photo : Getty Images / Pool

Agence France-Presse

Lewis Hamilton désormais septuple champion du monde, et Mercedes titrée pour la septième année de suite. Que reste-t-il à jouer lors des trois derniers grands prix de F1 de 2020, à commencer par celui de Bahreïn ce week-end?

Ne comptez pas sur Hamilton pour lever le pied, puisqu'il doit maintenant renégocier son contrat avec l'écurie allemande pour 2021.

Ces GP, je veux les gagner, a-t-il d'ailleurs annoncé après avoir coiffé la couronne en Turquie mi-octobre grâce à sa 10e victoire en 14 courses cette saison.

Le record de succès en un championnat est de 13 pour les Allemands Michael Schumacher en 2004 et Sebastian Vettel en 2013.

S'il gagnait les trois derniers grands prix, Hamilton les rejoindrait. Il a déjà les records des titres mondiaux (7, à égalité avec Schumacher), des victoires (94), des podiums (163) et des positions de tête (97).

En parlant de Michael Schumacher, il devrait être beaucoup question de son fils pendant les deux week-ends que la F1 va passer sur le circuit de Sakhir, cette semaine et la suivante.

La formule 2 reprend en effet en lever de rideau de la catégorie reine et Mick Schumacher aborde les deux dernières manches en leader du championnat, avec 22 points d'avance et un maximum de 96 à prendre. L'Allemand de 21 ans est pressenti pour un volant avec Haas l'année prochaine.

Dans la valse annuelle des pilotes, Red Bull n'a pas officialisé l'avenir d'Alexander Albon, et le Mexicain Sergio Pérez, sans contrat avec Racing Point, n’a pas caché son intérêt pour son volant.

Si les champions de la saison sont connus, il y aura tout de même quelques enjeux.

Au championnat des pilotes, le podium est promis à Hamilton, à son équipier finlandais Valtteri Bottas et au Néerlandais Max Verstappen (Red Bull).

Derrière, pas moins de six hommes espèrent finir 4e et sont séparés par seulement 30 points : Pérez (Racing Point), le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), l'Australien Daniel Ricciardo (Renault), l'Espagnol Carlos Sainz fils (McLaren), le Britannique Lando Norris (McLaren) et le Thaïlandais Alexander Albon (Red Bull).

Ce petit monde se bat aussi pour la 3e place des constructeurs, derrière Mercedes et Red Bull.

C'est Racing Point qui mène la danse devant McLaren, Renault et Ferrari, qui est 6e.

L'année est difficile pour la Scuderia, mais le circuit de Sakhir rappelle quelques bons souvenirs aux rouges. Avec six victoires et cinq positions de tête, dont la première de Leclerc en 2019, l'écurie italienne est la plus récompensée à Bahreïn.

Ce grand prix habituellement programmé fin mars a été reporté à cause de la pandémie et se tiendra à huis clos, à l'exception de quelques membres des services sanitaires du royaume et de leurs familles.

La course est toujours disputée au crépuscule, sous des températures encore chaudes et sur une piste souvent sablonneuse, cadeau des vents du désert environnant.

Pour Red Bull, ce sera en l'absence du directeur sportif Jonathan Wheatley, déclaré positif à la COVID-19 et retenu en isolement en Grande-Bretagne pour 10 jours. Il s'agit du seul membre de l'équipe affecté, précise l'écurie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !