•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact devant l'inconnu pour son retour à l'entraînement

Le gardien est couché sur un terrain de soccer.

Clément Diop a amorcé 20 des 23 matchs de l'Impact de Montréal lors de la saison écourtée.

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Fraîchement éliminé dans le circuit Garber, l'Impact porte déjà son regard vers la Ligue des champions de la CONCACAF. L'équipe ne sait toutefois pas comment, quand ni où il pourra lancer sa préparation. Un scénario qui se répète dans le camp montréalais.

Quatre jours se sont écoulés depuis la défaite crève-cœur du Bleu-blanc-noir en Nouvelle-Angleterre. Le Revolution a marqué avec une poignée de secondes à jouer au match, stoppant le parcours éliminatoire du club montréalais aussitôt qu'il s'est amorcé.

C'est une défaite qui fait mal en playoffs. On avait travaillé dur, et perdre dans les derniers instants comme ça, c'est difficile [...] C'est une défaite difficile à encaisser sur le plan personnel, explique le gardien Clément Diop, aux premières loges pour voir la frappe de Gustavo Bou pénétrer dans son filet.

L'équipe a quitté les États-Unis depuis sa défaite de vendredi dernier pour que chacun puisse rentrer à son domicile. Elle doit maintenant se conformer aux mesures d'isolement en vigueur, tandis qu'une rencontre de la Ligue des champions de la CONCACAF est prévue à la mi-décembre en Floride contre le CD Olimpia.

Ça aurait été mieux si l'on avait pu avancer en éliminatoires le plus loin possible pour rester en bonne forme avant de compétitionner en Ligue des champions. Nous sommes de retour en quarantaine de deux semaines, ce qui nous fait reculer. Je repense au match, c'est décevant, il faut apprendre de cette situation.

Amar Sejdic, milieu de terrain de l'Impact de Montréal

Pas un instant pour s'apitoyer sur son sort même si la défaite n'a pas encore été digérée, parole de Diop. Le principal gardien de l'Impact veut bien se remettre au travail dès que possible, sauf que, pour l'instant, c'est impossible de manière collective.

Récemment, une dérogation de la santé publique du Québec a été accordée à l'Impact pour réduire sa quarantaine afin qu'il reprenne l'entraînement avant son match éliminatoire du 20 novembre. La direction n'a cependant toujours pas reçu une permission similaire en vue de l'affrontement du 15 ou 16 décembre à Orlando, si bien que les joueurs se préparent en solitaire, par leurs propres moyens.

Ce n'est pas l'idéal, mais il faut faire ce qui doit être fait. On doit se tenir prêts, il y a encore une histoire de quarantaine, on n'a pas l'occasion de pouvoir s'entraîner. Il faut essayer de rester prêts le mieux possible pour le prochain match, ajoute Diop.

Il donne des directives sur le terrain.

Clément Diop compte 39 matchs d'expérience dans la MLS depuis ses débuts en 2016 avec le Galaxy de Los Angeles.

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Dans le néant

Pour le moment, les porte-couleurs du club montréalais n'ont obtenu aucune information sur la suite des événements. On est dans l'attente en ce qui concerne la reprise de l'entraînement, mentionne le Français de 27 ans, qui n'a aucune idée de ce qui s'en vient dans les prochains jours.

Une situation inhabituelle alors que le match retour des quarts de finale du tournoi continental sera disputé dans trois semaines. Aucunement épargné par les défis logistiques durant la pandémie, le Bleu-blanc-noir devra peut-être bien regagner les États-Unis plus tôt que prévu pour s'exercer en groupe.

La motivation doit provenir de chacun de nous. C'est important d'avoir ce trait de caractère en tant que professionnel. C'est un état d'esprit différent, on est de retour en quarantaine, la saison semble être terminée, mais on doit rester focalisés et comprendre qu'il y a au moins un autre match, soutient Amar Sejdic.

Diop n'est pas prêt à catégoriser la saison en montagnes russes de l'Impact, de même que son élimination hâtive des éliminatoires, comme une débâcle. Tout le contraire. Le successeur d'Evan Bush entre les poteaux montréalais cible plutôt les accomplissements de l'effectif au cours d'une campagne chaotique.

Une saison difficile, mais l'objectif du club était de retourner en séries, ce qu'on a fait, peu importe la manière. Il y avait aussi de faire un bout de chemin en Ligue des champions, et nous y participons toujours. On ne peut pas dire que la saison est un succès parce qu'on aurait voulu remporter plus de matchs. Mais au bout du compte, on a accompli ce que le club voulait en accédant aux séries et en étant toujours actifs en Ligue des champions. On aurait pu faire mieux, mais on a quand même accompli quelque chose. Il y a toujours place à l'amélioration.

Clément Diop, gardien de l'Impact de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !