•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron du soccer africain suspendu 5 ans pour détournements de fonds

Il est debout derrière un lutrin.

Ahmad Ahmad

Photo : afp via getty images / MOHAMED EL-SHAHED

Agence France-Presse

La commission d'éthique de la FIFA a suspendu pour cinq ans le président de la Confédération africaine (CAF) Ahmad Ahmad, en plus de lui infliger une amende de 200 000 francs suisses (287 000 $ CA), notamment pour détournements de fonds.

Le dirigeant malgache de 60 ans, à la tête du soccer africain depuis mars 2017 et candidat à un deuxième mandat, avait par ailleurs été placé en garde à vue pour des soupçons de corruption en juin 2019 à Paris.

La justice interne de la FIFA, dont Ahmad Ahmad est vice-président, a estimé que le patron de la CAF avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d'autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF, indique l'instance dans un communiqué lundi.

L'enquête de la commission d'éthique a porté sur diverses questions liées à la gouvernance de la CAF, dont l'organisation et le financement d'un pèlerinage à La Mecque, ses accointances avec l'entreprise d'équipement sportif Tactical Steel et d'autres activités, selon la FIFA.

Les griefs de l'instance seront détaillés dans la décision intégrale, publiée dans les 60 jours sur le site de la FIFA.

Ahmad Ahmad, qui a abandonné temporairement son poste après avoir été atteint par le coronavirus, se voit donc interdire pour cinq ans toute activité relative au football, aux niveaux national et international, et pourra faire appel de cette suspension auprès du Tribunal arbitral du sport.

Cet ancien entraîneur et homme politique, qui a été secrétaire d'État au Sport et ministre de la Pêche à Madagascar, avait annoncé fin octobre qu'il briguerait en mars 2021 un deuxième mandat à la tête de la CAF.

À l'été 2019, Ahmad Ahmad avait demandé l'aide de la FIFA pour superviser son organisation, fragilisée par plusieurs polémiques et des problèmes de gouvernance.

La no 2 de la FIFA, Fatma Samoura, avait notamment effectué un mandat de six mois, mais celui-ci, qui visait à accélérer le processus de réforme au sein de l'instance, n'avait pas été renouvelé début février 2020.

Par ailleurs, licencié en avril 2019, le secrétaire général de la CAF, Amr Fahmy, avait envoyé une lettre à la FIFA dans laquelle il accusait Ahmad Ahmad de corruption (paiement de pots-de-vin à plusieurs dirigeants, usage personnel de fonds de la CAF) et de harcèlement sexuel à l'encontre de plusieurs salariées de la Confédération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !